Michel Goudreau s’est admirablement ressaisi après avoir accordé quatre points au Big Bill en première manche pour mener son équipe à une victoire convaincante de 7 à 4.

Lécuyer remporte son pari

Les Expos de Sherbrooke sont revenus de l’arrière en cinquième manche vendredi pour vaincre leurs rivaux de toujours, le Big Bill de Coaticook, par la marque de 7 à 4.

Le propriétaire et nouvel entraineur-chef François Lécuyer croyait pouvoir compter sur le lanceur Brett Lee des Capitales de Québec pour la rencontre, ce qui l’avait poussé à promettre la victoire aux partisans sherbrookois. Ce n’est finalement pas Lee, mais bien Michel Goudreau appuyé de son attaque qui a permis à Lécuyer de remplir sa promesse.

Les choses auguraient pourtant bien mal pour les Expos dès le premier tour au bâton du Big Bill. Goudreau a atteint deux frappeurs et accordé un simple pour remplir les buts, après quoi le receveur Miguel Comptois a frappé un double bon pour deux points. Maxime Beaudoin a frappé un double et Kevin Bergeron a suivi avec un ballon-sacrifice, tous deux bons pour un point, portant le pointage à 4-0.

Les Expos ont immédiatement répliqué en remplissant les buts avec aucun retrait à leur premier tour à l’attaque. Ils n’ont réussi qu’à soutirer un point, quand Nelson Ercia Jr s’est fait atteindre alors que les coussins étaient tous occupés. La formation sherbrookoise en a rajouté dès la deuxième manche sur un simple du vétéran Issael Gonzalez qui a fait marquer le receveur Devan O’Bryan, qui s’est illustré en arrière du marbre en retirant deux coureurs en tentative de vol.

Michel Goudreau a effectué tout un jeu en défensive en début de quatrième manche. Avec un coureur au premier but et aucun retrait, Guy Grimard a frappé une flèche en direction du lanceur. Ce dernier l’a habilement saisie et l’a lancée au premier but pour obtenir le double jeu. Galvanisé par ce bijou défensif, Samuel Brousseau a frappé une longue balle par dessus la clôture du champ gauche pour approcher les Expos à un point du Big Bill.

Les Expos sont revenues à la charge en cinquième manche. Tirant de l’arrière 4 à 3, leur poussée offensive a été permise par une erreur du joueur d’arrêt-court Cédrick Vallières, qui connaissait pourtant un excellent match en défensive. L’attaque des bleus a suivi avec un double et Eddie Lantigua a créé l’égalité sur un ballon-sacrifice.

Nelson Ercia Jr a ensuite frappé un simple pour faire marquer Javier Rivalta et mettre les Expos dans le siège du conducteur, position qu’ils ne perdraient pas du reste de la partie. Luis Argumedes a ajouté à l’avance de son équipe avec un triple frappé dans la redoutable butte au champ gauche du stade Amédée-Roy. Les Expos ont ajouté un dernier point sur un simple à l’avant-champ pour donner ce qui allait être le score final, une victoire de 7 à 4.

Michel Goudreau a excellé après avoir connu une première manche laborieuse. Il a lancé un match complet, accordant quatre points seulement à l’adversaire pour se mériter la victoire. Son vis-à-vis Jonathan Raftus a eu une soirée de travail difficile, accordant cinq points, dont quatre mérités en cinq manches de travail. Son coéquipier Cédrick Vallières a donné deux points en relève.

Ramener le plaisir

À sa première partie à la barre de son équipe cette saison, François Lécuyer explique que son équipe ne s’est pas découragée malgré l’absence de Brett Lee et de la première manche difficile.

« Je ne peux pas jouer, donc je fais tout mon possible pour garder les gars dans la partie avec des pep talks et des encouragements. Michel lance très bien, il avait un contrôle impeccable de ses lancers et il a peinturé les coins de la zone de prises après avoir connu une première manche difficile. »

« Depuis plusieurs semaines, les gars n’avaient plus de plaisir. C’est ce que je leur ai dit de faire aujourd’hui et ça a marché. On a une grosse partie dimanche contre Shawinigan et Matthew Rush, ça va être un beau défi. Je ne sais pas encore combien de temps je vais être derrière le banc, mais j’en profite pendant que je peux. Mes gars ont très bien joué ce soir, la victoire fait du bien », poursuit-il.