Stephan Lebeau.

Le vrai capitaine du CH selon Lebeau : Shea Weber

Si Max Pacioretty était le capitaine du Canadien de Montréal jusqu’à lundi dernier, c’était par défaut, estime l’ancien joueur du Tricolore Stephan Lebeau.

Celui qui a soulevé la coupe Stanley en 1993 avec le Bleu-Blanc-Rouge se trouvait au sein du personnel hockey du Canadien lorsque Brian Gionta a été échangé aux Sabres de Buffalo en 2014. C’est à ce moment qu’un comité de leaders formé de Max Pacioretty, Andrei Markov, P.K. Subban et Tomas Plekanec prenait la relève de capitaine Gionta.

Lire aussi: Lebeau brasse ses Cougars après deux victoires

« Max a été nommé capitaine par défaut l’année suivante parce que la grande organisation du Canadien ne pouvait pas se passer d’un capitaine pendant plus d’une saison, croit Stephan Lebeau. Par la suite, Subban est parti, Shea Weber est arrivé. Max Pacioretty est trop égocentrique pour être capitaine. Quand son jeu ne va pas bien, il n’est pas heureux et c’est l’équipe qui paie. Le vrai capitaine, c’était Shea Weber. C’est d’ailleurs la seule option que le Canadien a pour nommer un prochain capitaine. »

Le divorce était devenu inévitable selon Lebeau.

« Je crois Marc Bergevin quand il dit que Max a demandé d’être échangé à quelques reprises. Il était en perte de valeur puisque c’était connu partout dans la ligue que Max allait changer d’adresse. Si le CH ne l’échangeait pas, il l’aurait perdu pour rien puisqu’il serait devenu agent autonome sans compensation. Marc Bergevin s’en sort bien étant donné les circonstances. En obtenant l’attaquant Tomas Tatar, l’espoir Nick Suzuki et un choix de deuxième ronde au repêchage de 2019, le CH pourrait être gagnant à long terme, mais à court terme, c’est Vegas qui obtient le meilleur joueur de la transaction », rappelle Lebeau.

Si le Tricolore refuse d’utiliser le mot reconstruction, Lebeau parle quant à lui de « relance ».

« Par respect pour Weber et Carey Price, on refuse de parler de reconstruction. Je vois d’un bon œil l’avenir du Canadien, mais il devra bien jouer ses cartes pour espérer avoir du succès dans les prochaines années. Il y a une bonne banque de jeunes joueurs maintenant chez le Canadien. Mais la direction devra avoir fait les bons choix lors des derniers repêchages et continuer à le faire », termine Lebeau.