Jermer Braswell et Richard Seraphin.

Le Vert & Or recrute aux États-Unis

L'entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke a rendu ses vacances familiales en Floride profitables pour son équipe de football. Mathieu Lecompte est revenu au Québec avec l'engagement de trois nouveaux joueurs pour son équipe.
Mathieu Lecompte entouré de Jermer Braswell et de Richard Seraphin.
Jermer Braswell, Richard Seraphin et Donte Fils Aimé ont fait leur demande d'admission à l'Université de Sherbrooke, et ils ont été acceptés.
Une première dans l'histoire du programme du Vert & Or.
« On doit maintenant avancer dans le processus de visas et de passeports afin que les gars puissent venir à Sherbrooke. On aimerait les accueillir cet été, afin qu'ils aient le temps de s'acclimater avant le camp d'entraînement et le début de la session », a dit Mathieu Lecompte.
Braswell est le fils de Jeffrey Braswell, un Américain qui a joué au football universitaire à Iowa State et qui a joué pendant six ans avec quatre formations dans la Ligue canadienne de football.
Jermer a 22 ans et il est receveur de passes et il a joué pendant un an en NCAA division 1 FCS avec Austin Peay State.
Seraphin est lui aussi receveur de passes et retourneur de bottés. Il a plus récemment joué avec le Shasta College, en Californie. Il est âgé de 22 ans également.
Quant à Donte Fils Aimé, c'est le neveu de Jeffrey Braswell. Il est le plus jeune des trois nouveaux joueurs, âgé de 19 ans.
Les trois joueurs sont issus des Titans de l'école secondaire Lake Worth, en Floride.
« Dès mon entrée en poste, j'ai voulu développer de nouveaux créneaux. En Floride, il y a un bassin très intéressant de joueurs de football. C'est un autre niveau de talent ; j'ai donc profité de mon passage là-bas - ma famille y a une résidence - pour faire avancer quelques contacts. J'ai rencontré Jeffrey par l'intermédiaire d'un contact ; on a fait une pratique à Lake Worth, j'ai rencontré les gars, on a soupé ensemble. »
« Pour eux, venir à Sherbrooke est une très belle opportunité ; si un athlète n'a pas une bourse complète comme athlète pour fréquenter l'université, ce ne sont pas tous les parents qui peuvent absorber les coûts. Le Canada est une option plus qu'intéressante », a analysé Lecompte.
« Ces gars-là n'ont besoin que d'une chance. Ils sont bourrés de talent. Ils peuvent jouer des deux côtés du ballon ; mais nos besoins sont en attaque. »
C'est la première fois que le Vert & Or recrute des joueurs américains.
« Moi, ça ne me fait pas peur, les anglophones. Ça a fait beaucoup réagir, quand on a embauché Brent Bailey. Il fait de beaux progrès en français. Ce sera la même chose pour ces joueurs américains. On a un programme bilingue en administration des affaires ; une année et demie en anglais et une année et demie en français. De plus, ils vont aller en francisation pendant un an. C'est un beau défi pour eux. On va leur apprendre le français », a dit Lecompte, décidé.
« Ces gars-là sont affamés, ils sont conscients de la chance qu'ils ont. Ce n'est pas toujours le cas de certains jeunes Québécois que l'on tente d'attirer ici et qui lèvent le nez sur nous. Tant pis pour eux. »
Mathieu Lecompte confirme que deux autres joueurs américains sont en processus de demande d'admission à l'Université de Sherbrooke.