Les Stingers de Concordia l’ont emporté sur le dernier jeu du match.

Le Vert & Or s’incline sur le dernier jeu du match

Pour une deuxième année consécutive, le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke s’est incliné face aux Stingers de Concordia, sur le dernier jeu du match. Samedi après-midi, c’est un placement du botteur recrue Bradley James Santos, sur 36 verges, qui a donné la victoire aux locaux, par la marque de 37-35.

Une amère défaite pour les Sherbrookois, qui ont effectué toute une remontée en fin de match; après avoir récupéré un botté court, l’attaque du Vert & Or a traversé le terrain et le quart-arrière Zach Cloutier, venu remplacer Anthony Robichaud, a rejoint le receveur Christian Sénécal sur 27 verges pour le majeur.

Avec un peu plus de 30 secondes à faire au match, le Vert & Or prenait les devants et il croyait bien avoir remporté un deuxième match, dans les derniers instants, pour une deuxième semaine consécutive.

La semaine dernière, on se rappelle, Cloutier avait donné la victoire à Sherbrooke après une faufilade d’une verge, contre McGill.

Cette fois-ci, par contre, le quart-arrière Adam Vance et l’attaque des Stingers disposaient d’un peu plus de 30 secondes pour positionner le botteur recrue pour un placement victorieux, et c’est ce qu’ils ont pu accomplir.

Vance a rejoint James Tyrrell, sa cible préférée dans le match (11 attrapés, 176 verges et deux touchés), au centre du terrain, avant de faire de même avec Jeremy Murphy.

Un jeu plus tard, et Santos s’élançait pour le botté victorieux, qui a soulevé la foule présente, pour une deuxième année de suite.

En 2018, les Stingers avaient joué le même coup au Vert & Or, en réussissant à gagner le match dans les dernières secondes, grâce à une passe de touché captée par Tyrrell, encore lui.

Cette victoire des Stingers complexifie encore plus le classement du football universitaire québécois; Sherbrooke et Concordia se retrouvent ainsi avec la même fiche, soit une victoire et trois défaites, alors que McGill a une fiche de 1-2.

Les Carabins de l’Université de Montréal trônent en tête grâce à une fiche de 4-0, alors que Québec a une fiche de 2-1.

Le match de dimanche mettant aux prises McGill et Québec prend ainsi toute son importance.

Des erreurs et des revirements

L’attaque du Vert & Or a connu toutes sortes de difficultés, en première demie, peinant à faire progresser.

Anthony Robichaud (2 en 4, 6 verges de gain et une interception) a été remplacé après avoir lancé une huitième interception en un peu plus de trois matchs, et c’est l’autre quart-arrière recrue, Zach Cloutier (23 en 40, 326 verges de gain, une passe de touché une interception et deux touchés au sol), qui s’est amené sur le terrain.

Ce match mettait aux prises deux équipes qui avaient jusque là eu toutes les difficultés du monde à inscrire des touchés avec leur attaque; Sherbrooke n’en avait que deux, alors que Concordia était toujours à la recherche de son premier majeur.

Le botteur de précision Louis Tardif a donné les devants 3-0 à Sherbrooke en tout début de rencontre, avant que les locaux ne répliquent avec un touché, le premier de Tyrrell, et deux placements.

Un autre placement de Tardif, et une faufilade d’une verge de Cloutier ont ramené les deux clubs à la case départ.

Concordia a frappé fort en fin de première demie, alors que la tertiaire du Vert & Or n’a pu contenir Tyrrell, qui a marqué un majeur sur 64 verges, et les Stingers rentraient au vestiaire en avance 20-13.

Une course de 6 verges du porteur Glody Musangu au début du troisième quart procurait une avance solide aux Stingers, par 27-13.

Le Vert & Or a attendu le quatrième quart avant d’ouvrir la machine; une autre faufilade de Cloutier pour le majeur, deux placements de Tardif et un simple de PA D’Astous ont permis aux Sherbrookois de revenir dans le match, chaudement appuyés par plusieurs partisans qui avaient fait le voyage à Montréal.

Si le passe de touché de Cloutier à Sénéchal les a fait bondir de joie, le botté final fut autant crève-coeur.

«C’est sûr que c’est l’fun de gagner, on a montré qu’on est une équipe qui n’abandonne pas, même lorsqu’ils ont marqué à la fin. On a juste continué à travailler ensemble, c’était d’ailleurs le message à l’entraînement cette semaine, travailler tous ensemble. Chapeau les joueurs qui y ont cru jusqu’à la fin, et à notre botteur recrue, qui a remplacé notre botteur régulier», a dit l’entraîneur-chef des Stingers, Brad Collinson.

«Cette victoire nous enlève une grosse pression sur les épaules et ça fait du bien. On a une courte semaine devant nous, avec un match contre Montréal qui s’en vient.»

Même s’il a bien fait dans ce match, Zach Cloutier était déçu de la tournure des événements.

«Il faut toujours rester prêt, car on ne sait jamais quel genre de situation on peut rencontrer. Il fallait juste faire les jeux qu’on avait à faire. Ça fait un bon moment que j’attends d’avoir mon tour, et je suis assez content de pouvoir embarquer sur le terrain.»

«C’est sûr que cette défaite fait mal, mais il faut regarder de l’avant et penser au prochain match et continuer à travailler fort. On a bien exécuté, quand même, mais ça va être à analyser cette semaine sur vidéo.»

«Je regarde pas les stats individuelles, je veux juste des victoires», a d’abord dit le receveur Louis-Charles Moisan (10 attrapés pour 139 verges de gain).

«Oui, c’est brise-coeur, surtout que ça fait deux ans que ça nous arrive ici. Je crois en tous les gars de l’équipe et on va être capable de les battre lorsqu’ils vont s’amener chez nous. On a par contre un problème qu’on doit régler avec les punitions.»

«On a deux bons quarts-arrière alors on est à l’aise avec les deux.»

Le Vert & Or a écopé pour 179 verges de punition, contre 203 pour Concordia.

Sherbrooke se mesure à McGill samedi prochain à Montréal.