Le TriMemphré victime de son succès

La popularité du TriMemphré à Magog a tellement grandi qu'on doit fermer des rues durant toute la fin de semaine, ce qui cause un certain mécontentement chez les gens qui ne pourront se déplacer comme à l'accoutumée.
On doit faire de la place pour laisser circuler en sécurité les milliers d'athlètes attendus samedi et dimanche, un chiffre qui ne cesse de grandir, lance le grand manitou de l'événement, René Pomerleau.
« Oui, il y a du mécontentement. Mais il est difficile de faire autrement, dit-il. Nous avons consulté la Ville et la Régie de police. Nous avons eu une très bonne collaboration. »
« Nous avons convenu de fermer des rues toute la journée samedi et une partie de la journée dimanche (une voie sur deux). C'est une question de sécurité. Nous ne pouvons pas laisser les véhicules circuler avec tout ce monde dans la rue. »
La compétition se fera sentir principalement sur la route 112, à partir de la sortie 115 de l'autoroute 10 vers la ville de Magog. Un bénévole fera dévier le trafic en provenance de Montréal vers la sortie 118, ajoute M. Pomerleau, qui prévoit que la compétition pourrait créer des bouchons de circulation dans un secteur déjà passablement achalandé de la région de Magog.
Le secteur risque d'être pris d'assaut en fin de semaine, compte tenu du début des vacances de la construction et que les prévisions météo anticipent une fin de semaine chaude et ensoleillée.
« Nous demandons la collaboration et la compréhension des gens », plaide René Pomerleau.
Les derniers préparatifs ont débuté plus tôt cette semaine à la pointe Cabana pour la tenue de la 19e édition du TriMemphré. La compétition 2014 aura une saveur provinciale, canadienne et internationale.
Pour le volet triathlon canadien et la Coupe panaméricaine, 2100 athlètes (hommes et femmes) sont inscrits. Ils proviennent d'une douzaine de pays. On compte aussi 300 coureurs inscrits au demi-marathon du Crépuscule, samedi 19 à 17 h.
L'organisation profite de la tenue des Jeux du Canada dans la région l'an dernier, ajoute M. Pomerleau. « Nous avons présenté les compétitions de triathlon, l'été dernier, dans le cadre des Jeux du Canada. En 2012, des athlètes s'étaient inscrits pour venir voir le parcours avant », explique l'organisateur.
« L'organisation du triathlon nous a permis de décrocher le championnat canadien cette année. Ce qui fait que notre événement grossit de plus en plus depuis quelques années. Nous recevons constamment des courriels de gens qui veulent s'inscrire samedi. On pourrait avoir 100 inscriptions de plus. »
Plusieurs triathloniens sont arrivés à Magog depuis lundi afin de se familiariser avec la région. « Ils sont ici pour s'entraîner », dit-il.
« On estime que 30 pour cent des gens inscrits viennent d'en dehors du Québec, ça veut dire de grosses retombées pour la région. »