Il y en aura pour tous les goûts en fin de semaine : des débutants à l’élite en passant par des familles complètes, les paratriathlètes, les endurcis qui prendront le départ du demi-Ironman dimanche, les jeunes et les moins jeunes. Des courses en duathlon et aquathlon sont aussi au programme.

Le Trimemphré à l’heure internationale

Le Trimemphré est plus que jamais à l’heure internationale. Avec quelque 2500 triathlètes provenant de 34 pays différents qui envahiront le Parc de la Baie-de-Magog samedi et dimanche les 13 et 14 juillet, l’affirmation n’est certainement pas exagérée.

Que de chemin parcouru par le Trimemphré depuis ses débuts il y a 24 ans. Le directeur de course René Pomerleau s’en réjouit grandement. Et n’allez pas croire que le comité organisateur est à court d’idées pour les années à venir. « On ne peut pas réinventer le triathlon, mais on peut attirer des compétitions d’envergure. Le championnat mondial militaire de triathlon a été repoussé de 2020 à 2021. C’est toujours dans notre mire. On ne laissera pas passer notre 25e anniversaire en 2020 sans un autre grand rendez-vous. Du moins on y songe. On a déjà manifesté notre intérêt pour tenir les Championnats canadiens. Les projets ne manquent pas », assure Pomerleau.

À LIRE AUSSI: Les paratriathlètes du monde entier à Magog

Celui-ci est le grand manitou du Trimemphré pour une 23e année d’affilée. L’homme respire le calme, l’assurance sur le terrain. « C’est effectivement ce que je projette, mais à l’intérieur, ça bouille. Je suis comme le petit canard que vous voyez sur l’eau. D’apparence calme, il en pédale un coup sous l’eau », d’imager Pomerleau.

Néanmoins, il en faudra beaucoup pour désarmer Pomerleau, le faire paniquer. « Ça ne sert pas cause de montrer des signes d’impatience ou de paniquer. Dans un triathlon comme le nôtre et vu l’étendue du parcours, il y aura toujours des imprévus. On essaie de les prévoir à l’avance, mais c’est impossible de maintenir une moyenne de 100 pour cent. Il y a quelques années, des chevaux ont décidé d’emprunter notre parcours de vélo. Notre responsable sur place m’a immédiatement contacté pour m’aviser de retarder le départ de l’épreuve qui était prévu. Vous imaginez la scène si les cyclistes arrivaient face à face avec des chevaux. Cette année, nous devrons exercer, entre autres, une gestion serrée avec l’horaire des trains. Des trains de marchandises et l’Orford Express circuleront. Il faut donc agencer tous nos départs de façon à s’assurer que les athlètes ne seront pas dérangés par le passage des trains. Et puis, avec 2500 triathlètes en perpétuel mouvement sur un parcours, les mésaventures peuvent surgir à tout moment. C’est inévitable. »

René Pomerleau se dit choyé de compter sur une équipe de directeurs, collaborateurs et bénévoles aussi dévoués. « Je suis aussi passionné qu’à ma première année. Je pourrais en dire autant de mes principaux lieutenants. Le Trimemphré compte sur un noyau dur de dirigeants et bénévoles qui sont à la base du succès que nous connaissons. Nous sommes chanceux à Magog d’avoir un club de triathlon en santé. Il compte 150 membres et ils sont tous là au Trimemphré prêts à faire du bénévolat », laisse entendre Pomerleau.

Feu roulant

Plus d’une trentaine de départs, des épreuves et des catégories à n’en plus finir, le Trimemphré se présente comme un véritable feu roulant constant de va-et-vient sur les différents parcours de l’événement. Il y en aura pour tous les goûts en fin de semaine : des débutants à l’élite en passant par des familles complètes, les paratriathlètes, les endurcis qui prendront le départ du demi-Ironman dimanche, les jeunes et les moins jeunes. Des courses en duathlon et aquathlon sont aussi au programme.

Mentionnons que la tenue du Trimemphré fera en sorte que la circulation sera légèrement perturbée samedi et dimanche. Les secteurs à éviter sont le chemin Roy, la rue Samuel-Hoyt, la route 141 et le chemin de la Montagne dans la municipalité d’Orford, ainsi que la portion de la route 112 entre le chemin Roy et la voie ferrée tout près du Végétarien.

En terminant, le Trimemphré accepte encore des bénévoles. On peut contacter Isabelle Creusot au isabelle@trimemphre.com.