Marco Fortier préfère de loin parler de football que de sa prise de bec d’il y a six semaines avec son homologue du Vert et Or.

Le temps d’une paix entre Laval et Sherbrooke

Six semaines depuis que le Rouge et Or s’est frotté au Vert et Or. Il en a fallu beaucoup moins pour que Marc Fortier et Guillaume Boucher fassent la paix. Les deux camps réclament donc de laisser toute la place au football en vue du duel de samedi.

Après une rencontre disputée à l’Université Laval et soldée 40-5 en faveur des locaux, le 26 août, les coordonnateurs défensifs de Québec et de Sherbrooke s’étaient pris au collet. Les palettes des casquettes se sont touchées. Bref et intense. Mais le monde du foot est petit. Se sont revus peu après, se sont expliqués.

«Pour moi, c’est une partie de foot, c’est tout. Tout est correct de mon bord», a simplement commenté Fortier, mercredi, au sortir sous la pluie de l’entraînement quotidien du Rouge et Or.

Plus tôt dans la journée, l’entraîneur-chef de Sherbrooke avait aussi écarté le sujet de la conversation aussi vite. «Je n’ai rien à dire là-dessus, c’est du passé. Ça ne me fait ni chaud ni froid», a dit Mathieu Lecompte, qui avait amorcé l’échange verbal avec Fortier.

McGee de retour

Fortier était toutefois très ouvert à jaser de son unité et de ce qu’elle a fait, ou pas, sur le terrain. Comme la confirmation que le maraudeur de troisième année Kevin McGee retrouve son poste de partant après sa suspension d’un match pour plaqué dangereux contre Concordia.

Remplaçant de McGee et auteur d’une interception dans la victoire de 34-0 aux dépens de McGill, dimanche dernier, Vincent Lévesque a acquis de l’«expérience de match et il est capable de répondre sous pression, alors il faut essayer de lui trouver une place», indique le coordonnateur défensif de l’UL.

Quant à la prestation collective, aucun point alloué, neuf sacs réussis et à peine 84 verges nettes accordées ne sauraient mentir. «On a joué sans erreurs, tout a bien marché», constate Fortier. «On était finalement pas mal tout le temps les 12 joueurs sur la même page sur la majorité des jeux. On est contents pour ça.»

Au plan statistique, l’attaque de Sherbrooke ne produit pas beaucoup plus que celle des Redmen de McGill. Mais le Vert et Or vient d’obtenir sa première victoire de la saison, 30-13 contre Concordia, que le Rouge et Or avait eu toutes les misères du monde à battre 12-8 la semaine précédente. La règle de trois est loin d’avoir force de loi sur un terrain de football, mais le nouvel élan sherbrookois n’est pas à négliger.

Sherbrooke progresse

Surtout que le Vert et Or l’a emporté entre autres grâce à quelques longs jeux en attaque, dont une passe de 53 verges pour le majeur en début de rencontre.

«Ils prennent du rythme, ils trouvent leur identité. Ils ont toujours eu le potentiel de réaliser de gros jeux. Et cette fois-là, ils ont saisi les occasions et ça donne ce résultat. Faudra rester alertes sur tous les jeux», résume Fortier, ajoutant que malgré une fiche de 1-4, Sherbrooke n’a jamais été déclassé cette saison.

Notons par ailleurs que le receveur intérieur partant Jonathan Breton-Robert n’a pas revêtu ses épaulières pour la séance d’entraînement de mercredi.

+

LECOMPTE APPREND «À LA DURE»

Mathieu Lecompte fait preuve de plus de réserve dans ses commentaires publics.

Mathieu Lecompte a amorcé sa première saison à la barre du Vert & Or avec tambour et trompette, déclarations incendiaires à la clé. Mais depuis, le club de football de l’Université de Sherbrooke a récolté une seule victoire en cinq sorties, la plus récente.

Six semaines après le premier rendez-vous avec le Rouge et Or, ses propos s’avèrent plus mesurés. Si la confiance n’a pas baissé, il fait preuve de plus de réserve dans ses commentaires publics. «C’est en toute humilité que j’ai accepté de prendre ce poste-là. Et cela veut dire d’accepter de faire des erreurs et d’accepter d’apprendre à la dure», affirme Lecompte, en vue de la visite du R et O à Sherbrooke, samedi. Lors du match inaugural à Québec, le Vert & Or s’était incliné 40-5. «Je suis arrivé au début de l’année à l’Université Laval sans aucune expérience d’entraîneur-chef», admet Lecompte. «Là, je m’apprête à jouer mon sixième match universitaire avec les gars. Les erreurs que j’ai commises plus tôt, j’essaie de ne pas les refaire et je grandis dans tout ça.»

Plus humble. Mais aussi plus en confiance. Ce qui n’a rien de contradictoire. «Que tu sois journaliste, coach en chef de football ou que tu travailles dans un supermarché, l’expérience dans un emploi est importante», illustre-t-il, disant qu’autant pour les entraîneurs que les joueurs, l’ébauche d’un nouveau système nécessite un temps minimal d’adaptation.

Quant à son dossier déficitaire de 1-4, Lecompte préfère voir la forêt au lieu de l’arbre. Il considère son association avec le Vert & Or sur l’ensemble de ses 13 années dans des rôles divers, de joueur de ligne défensive à grand patron. «Je n’ai jamais compté ma fiche avec le Vert & Or à partir de 2017. Ma fiche a commencé quand j’ai intégré l’organisation, et j’ai gagné le premier match du programme [en 2004]. Pour moi, le Vert & Or, ce n’est pas une histoire qui a commencé en janvier dernier. Je suis là depuis janvier 2004.»  

+

CARABINS-STINGERS ANNULÉ PAR LA GASTRO

La rencontre de football universitaire prévue jeudi soir entre les Carabins de Montréal (4-0) et les Stingers de Concordia (2-3) est annulée. Une quinzaine de joueurs et d’entraîneurs des Carabins sont aux prises avec une virulente gastro-entérite. Pour éviter toute propagation du virus chez les Stingers et les spectateurs, l’affrontement est tout simplement rayé du calendrier. Pas de gagnant ni de perdant, pas plus que de nouvelle date. Montréal et Concordia ne disputeront ainsi que sept rencontres régulières au lieu de huit et le classement final sera dressé à l’aide des taux de victoires et de points alloués par match.

Depuis mercredi après-midi, l’équipe de football de l’UdeM est en quarantaine pour 48 heures et un processus complet de décontamination des locaux et équipements est en cours. La santé publique de Montréal a été impliquée dans cette décision.