Le Mistral espère du beau temps afin que les terrains extérieurs soient en bonne condition pour le lancement de la saison de soccer local, dans deux semaines.

Le soccer en perte de vitesse

Plus de 4000 joueurs frappaient le ballon rond il n’y a pas si longtemps à Sherbrooke. Le nombre de joueurs de soccer inscrits à Sherbrooke a baissé à 3800 l’an dernier et cette saison, le Mistral constate une baisse d’environ 100 joueurs. Le soccer fait maintenant face à un nouveau défi : ralentir la perte de croissance et regagner en popularité.

La vague sur laquelle le soccer surfait en région semble plus petite et le Mistral tente de comprendre pourquoi.

« On vit quelque chose présentement. On accueille moins de filles et moins de membres en général. Cette situation est constatée un peu partout. On peut se demander si la fusion ou le service aux membres a contribué à ça, mais il y a bien d’autres facteurs », mentionne le directeur général Michel Couturier.

Pendant ce temps, le baseball est en croissance tout comme le hockey balle.

« Il faut savoir que trois enfants sur dix font du sport. Donc sept enfants sur dix ne bougent pas. Il y a de la place pour tous les sports, mais ce n’est pas facile de pratiquer deux ou trois sports en même temps comme le font certains jeunes. Ces disciplines entrent parfois en conflit en ce qui concerne l’agenda. C’est toutefois possible de pratiquer un sport de compétition et un ou deux sports récréatifs. (...) On a connu une forte croissance et il faut avouer que le financement n’a pas toujours été basé sur la masse », estime Michel Couturier.

Selon ce dernier, on assistera bientôt à un changement de culture.

« On verra le soccer prendre un virage. On veut évidemment attirer les joueurs récréatifs, mais on souhaite aussi développer des athlètes élites et il faudra trouver la bonne façon d’y parvenir. On est un jeune club encore. Le Mistral en est à sa deuxième année seulement même si ça fait longtemps que le soccer est pratiqué ici sous d’autres noms. On a encore des choses à adapter et ça se fait peu à peu. Je ne connais pas beaucoup de clubs qui doivent gérer environ 1000 jeunes de moins de huit ans », souligne le DG du Mistral de Sherbrooke.

D’ailleurs, le Mistral aimerait revoir une équipe senior AAA féminin renaître.

« On a du senior AAA masculin et du M17 AAA féminin, mais pas de senior AAA féminin », précise M. Couturier.

Manque de terrains éclairés

Le Mistral souhaite pouvoir utiliser encore plus de terrains, dont certains éclairés.

« Il y a un manque à cet effet, c’est certain. Il va y avoir d’autres terrains et on continuera à faire valoir notre point. Même chose pour le futsal. Ça nous prend des infrastructures adaptées. Il y pourrait y avoir du semi-pro, mais pas dans les conditions actuelles. Présentement, les terrains extérieurs sont trop trempés pour nous permettre de commencer les entraînements extérieurs. La saison du AAA est commencée depuis deux semaines et celle du local sera lancée dans deux semaines. On se croise les doigts pour que Dame Nature soit de notre bord », résume Michel Couturier.