Jérémy Jacques lorgne les États-Unis afin de poursuivre sa carrière de hockeyeur.

Le rêve américain de Jérémy Jacques

Classé au 8e rang des meilleurs espoirs au prochain repêchage par le Centre de soutien au recrutement de la LHJMQ, Jérémy Jacques ne répond pas aux demandes d'entrevue des différentes équipes de hockey junior. Ce qu'il leur dit? « Ne gaspillez pas un choix au repêchage pour moi. »
Le joueur des Cantonniers de Magog est catégorique. Il est beaucoup moins intéressé par la Ligue de hockey junior majeur du Québec que par les circuits collégiaux américains.
« C'est certain que c'est une bonne nouvelle pour moi de voir mon nom au 8e rang des meilleurs espoirs admissibles au repêchage de la LHJMQ selon la liste finale du CSR. Ce n'est pas nécessairement une surprise parce que durant toute la saison, j'ai vu mon nom se promener entre le 8e rang et le 12e  rang. Mais mon but est plutôt de jouer aux États-Unis. Donc je ne peux pas me présenter à un camp du junior majeur, sinon je perdrai mon admissibilité pour les rangs américains », indique-t-il.
Voilà pourquoi il se pourrait très bien que son nom ne résonne pas en première ronde dans le Harbour Station de St-John, le 3 juin prochain. Par contre, une organisation pourrait très bien prendre une chance en utilisant un choix tardif. Au cas où le défenseur des Cantonniers change d'idée.
« Certains ont écrit que je refusais d'aller jouer à Baie-Comeau, mais en réalité, je suis plus ou moins intéressé par la LHJMQ. J'aurai toutefois un choix final à prendre après le repêchage. J'ai déjà visité des universités américaines. J'ai aussi été repêché dans la USHL par le Steel de Chicago. Je souhaite me concentrer à la fois sur mes études et le hockey, donc l'option des États-Unis devient intéressante », souligne le numéro 25 des Cantonniers.
Courtisé par les universités du Maine et Clarkson, Jérémy Jacques voit quelques options se présenter à lui.
« J'ai déjà visité quelques campus et j'ai adoré l'ambiance. Je dois aussi effectuer une deuxième visite à Chicago au début du mois de juin. Sincèrement, je trouve ça dommage de ne pas avoir plus d'une option au Québec. Ici, c'est la LHJMQ ou rien. Voilà pourquoi plusieurs joueurs songent parfois aux États-Unis ou aux autres ligues canadiennes », soutient-il.
En 36 matchs cette saison, Jacques a marqué quatre buts et amassé neuf mentions d'aide. L'ancien des Cyclones bantam AAA du Séminaire Saint-François admet qu'il a bien réussi son intégration à Magog.
« J'ai été bien accueilli et je suis content de retourner avec les Cantonniers l'an prochain pour une deuxième saison dans le midget AAA. Je suis un défenseur polyvalent capable de jouer dans les deux sens de la patinoire et j'ai encore quelques points à améliorer pour atteindre le niveau espéré. Je ne m'attendais pas nécessairement à connaître autant de succès cette saison en tant que recrue et une autre campagne à Magog sera bénéfique pour moi », résume l'athlète de 16 ans.