Le Relais du lac Memphrémagog dont la 11e édition sera présentée ce samedi 23 septembre à Magog n'a rien perdu de son attrait, de sa magie. Une longue journée que le fondateur et grand manitou Christian Vachon savoure pleinement.

Le relais de l'espoir

Le Relais du lac Memphrémagog dont la 11e édition sera présentée ce samedi 23 septembre à Magog n'a rien perdu de son attrait, de sa magie. Une longue journée que le fondateur et grand manitou Christian Vachon savoure pleinement.
Parce que le maître d'oeuvre de l'événement n'y voit que des sourires. À commencer par les premiers bénévoles qui se pointent au petit matin jusqu'à l'arrivée des derniers coureurs tard en fin de soirée.
« Je suis toujours estomaqué par l'enthousiasme des bénévoles. Ils me donnent de l'énergie pour passer à travers la journée. J'aime bien les croiser sur le terrain, les remercier. Ce n'est pas chaque année que je peux le faire, mais je prends plaisir aussi à rencontrer les bénévoles qui sont éparpillés sur le parcours de 123 kilomètres des deux côtés de la frontière », raconte celui qui ne se gêne pas non plus pour donner tout le mérite qui revient à l'équipe qui l'entoure.
« Je leur fais de l'ombre, car je suis toujours celui qui est à l'avant-scène avec ma fondation qui porte mon nom et qui est liée directement au relais. Je leur dois tellement. Ils ont tous leur mot à dire si le relais et la fondation rayonnent et grandissent toujours et toujours. »
Les coureurs
La formule du Relais du lac Memphrémagog continue d'attirer les coureurs et coureuses. Chaque année, les 200 places réservées aux équipes s'envolent rapidement lorsque la période d'inscription débute. Avec des équipes formées majoritairement de six coureurs et coureuses, ils seront tout près de 1200 à se lancer sur le parcours de 123 kilomètres tout autour du lac Memphrémagog.
On peur ajouter 1200 autres coureurs, ceux-là beaucoup plus jeunes, qui s'en donneront à coeur joie lors du cross-country scolaire en après-midi à l'école secondaire la Ruche.
Jasmin Gaudet, un des coureurs du relais, décrit bien ce que les participants ressentent dans cette course à relais. « C'est un trip de famille, de gang d'amis ou encore d'employés d'une même compagnie. Il y a souvent des écarts de 40 ans et plus entre les participants d'une même équipe, mais c'est bien secondaire. Le relais, c'est comme des vacances avec un paysage coloré qui défile en plus sous nos yeux. Personnellement, j'aime bien les derniers kilomètres à la noirceur où on doit avancer avec une lampe frontale. Ça donne une autre dimension à la course », fait valoir Gaudet qui ne se préoccupe guère de la position que son équipe prendra au classement.
Christian Vachon, lui, attire l'attention sur la générosité des coureurs.
Car la Fondation Christian Vachon s'enrichira de tout près de 300 000 $ samedi. À quelques jours de l'événement, 275 000 $ avaient déjà été recueillis. « Cette somme provient des inscriptions des participants. Les coureurs puisent dans leurs poches et cognent aussi à la porte de leurs connaissances, des marchands et bien d'autres personnes pour maximiser leurs dons. Tout près d'une vingtaine d'équipes ont déjà amassé 2000 $ et plus. On en compte trois à plus de 10 000 $, dont une qui a dépassé le cap des 22 000 $. Et ce n'est pas fini », déclare Christian Vachon
De toute évidence, la cause défendue par Christian Vachon et sa fondation, dont les fonds sont destinés à la réussite scolaire et aux familles défavorisées, ne laisse personne indifférent.