Le Québécois Luc Lange est l’annonceur maison de toutes les parties à la Coupe Telus à Thunder Bay. Une belle surprise pour la délégation magogoise.

Le Québécois au service de la Coupe Telus

C’est un Québécois pure laine qui agit comme annonceur maison à toutes les joutes de la Coupe Telus à Thunder Bay, Ontario. Luc Lange, de la région de Québec, est cet homme à la voix d’or au Fort William Gardens, site du championnat national midget AAA.

La délégation magogoise a rapidement compris que quelque chose d’inhabituel était en train de se passer lors de leur première partie. Les noms des joueurs des Cantonniers étaient prononcés de la bonne manière, sans accent. Même Jesus Piaget Ntakarutimana avait droit à la bonne prononciation.

« Piaget était en plus de l’alignement de départ des Cantonniers lors de la première partie. On m’a mis à l’épreuve rapidement, mentionne Luc Lange, un brin taquin. Vous savez, je me fais un devoir de m’assurer de la bonne prononciation. Je ne veux pas que ça devienne une source de distraction pour les athlètes, et encore plus important, c’est une marque de respect. Ne serait-ce que pour leur origine. »

Lange, 53 ans, n’est pas seulement de Québec. Il trempe quelque peu dans l’entourage des Chevaliers de Lévis. Il a pris place à quelques reprises dans la chaise du descripteur des joutes locales des Chevaliers sur le web de l’organisation. « Il y a bien des gens qui pensaient voir Lévis représenter le Québec à la Coupe Telus. C’est la beauté du hockey. Il n’y a jamais rien d’acquis. Mais que ce soit Lévis ou Magog, j’ai un travail à accomplir et je dois demeurer impartial », fait valoir celui qui travaille comme officier aux communications pour la Garde côtière depuis maintenant trois décennies.

Une passion

Perché dans les hauteurs de l’aréna, Luc Lange prend son rôle très au sérieux. « Les vedettes, ce sont les jeunes sur la glace. Je ne suis pas là pour faire le show à leur place. C’est important d’avoir le sens du timing dans nos interventions. Du moins c’est ma philosophie », estime Lange.

Celui-ci n’en est pas à ses premiers pas à la Coupe Telus. « Ma première collaboration avec eux remonte en 2010 à Lévis justement. J’en suis maintenant à ma cinquième assignation. Je n’ai pas toujours été disponible en raison de mon travail. J’aime annoncer, mais je suis avant tout un amateur de tous les sports, pas seulement de hockey. J’ai été mêlé à d’autres événements d’envergure dans d’autres sports. Mon rêve est d’agir comme annonceur d’une discipline aux Jeux olympiques. »

Entretemps, c’est à Thunder Bay que Lange met son expérience au service du comité organisateur. Le Fort William Gardens est devenu sa résidence jusqu’à dimanche avec trois rencontres par jour. « Ça exige une bonne discipline. Je dois arriver préparé comme les joueurs et les entraîneurs. »

Assez jasé avec le journaliste monsieur Lange. Allez reposer votre voix.