Lionel Dion et William Tuthill sont convaincus que Magog serait un lieu idéal pour la tenue d’une coupe du monde de ski cerf-volant.

Le projet de Championnat de snowkite bien accueilli à Magog

Le projet du promoteur Lionel Dion d’organiser une coupe du monde de ski cerf-volant, ou snowkite en anglais, à Magog semble susciter de l’intérêt dans le milieu. Présent en sol magogois pour quelques jours la semaine dernière, le vice-président de la World Ice and Snow Sailing Association (WISSA), William Tuthill, a alors pu rencontrer plusieurs intervenants de la région.

M. Tuthill a notamment eu la chance de discuter avec le conseiller municipal Jean-François Rompré ainsi que les attachées politiques Amélie Cantin et Nathalie Lecours lors d’une rencontre à l’Auberge de jeunesse Magog-Orford. L’objectif de la rencontre était principalement de permettre à d’éventuels partenaires d’obtenir des informations concernant le ski cerf-volant et la coupe du monde de ce sport.

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm n’a pas participé à la rencontre. Elle a toutefois indiqué à La Tribune que le projet de Lionel Dion lui paraissait très intéressant et que le promoteur lui-même était crédible à ses yeux.

Éventuellement, la Ville de Magog pourrait offrir un soutien concret au promoteur. Mais, pour le moment, elle se contente d’écouter. « On a eu une série de rencontres avec lui et on attend de recevoir sa demande de soutien pour savoir dans quelle mesure on est capable de l’aider », indique la coordonnatrice des communications de la municipalité, Claudia Fortin.

Quoi qu’il en soit, William Tuthill se montre persuadé que Magog a tout ce qu’il faut ou presque pour accueillir la coupe du monde de ski cerf-volant en 2021. Le lac Memphrémagog lui paraît d’ailleurs un endroit idéal pour la tenue d’une telle compétition.

« Je connais Magog et je suis en mesure d’affirmer que ce serait un bon endroit pour une coupe du monde de snowkite, déclare M. Tuthill. En ce qui concerne les vents, le lac Memphrémagog a ce qu’il faut. Ce qui est plaisant aussi, c’est qu’il y a des hôtels autour du lac et que l’aéroport de Dorval n’est qu’à une heure et demie. »

Le vice-président de la WISSA croit que son organisation devrait se laisser facilement convaincre que Magog constitue effectivement un bel endroit pour une coupe du monde de ski cerf-volant. Il laisse cependant entendre que la Russie, pays dans lequel ce sport est très développé, pourrait être hésitante.

« Évidemment, les frais de transport pour amener les athlètes russes ici sont un enjeu. Mais on doit également penser à la question des visas. La prochaine coupe du monde, en 2019, est prévue aux États-Unis et on est obligé de travailler fort sur les visas des Russes en ce moment », explique William Tuthill.