Le précieux cadeau de Noël de Tristan Roy

MAGOG — Âgé de 15 ans, possédant le physique de l’emploi, Tristan Roy des Cantonniers de Magog est considéré comme un des très bons espoirs en prévision de la prochaine séance de sélection de la LHJMQ. Pourtant, l’adolescent de St-Cyrille de Wendover a traversé des moments difficiles qui auraient pu le ralentir considérablement dans son développement de joueur de hockey.

Très jeune, Roy a appris que sa mère Isabelle Forest était atteinte d’un cancer du sein. Le mois dernier, ce fut au tour de son père Ghislain Roy d’être foudroyé par un infarctus. « Moi, tout ce que j’avais à faire, c’est de rester fort, de montrer à ma mère que je l’accompagnais dans son combat. C’est ma mère qui souffrait, pas moi. J’étais encore un enfant quand ma mère a été diagnostiquée avec le cancer du sein. Tu te poses des questions et tu n’as pas toutes les réponses. Tu t’inquiètes, mais quand tu retrouves ta mère avec une rage de vivre inébranlable, tu n’as pas le droit d’abdiquer. Mes parents insistaient pour que je continue à jouer au hockey. Ma mère venait à l’aréna entre ses traitements. Quand je levais les yeux et que je l’apercevais dans les gradins, c’est elle qui devenait ma force, mon inspiration. Je n’essayais pas de l’impressionner, mais juste lui montrer que j’avais compris qu’il ne fallait jamais lâcher dans la vie dans tout ce qu’on faisait », raconte celui qui a amassé 18 points, dont 10 buts, depuis le début de la saison.

Maturité

Par la force des choses, Tristan Roy a acquis une très grande maturité en bas âge, ce qui le sert bien sur la glace. « Je vois surtout les choses différemment. J’adore le hockey et je rêve à une carrière, mais il n’y a plus une erreur ou une défaite qui va faire en sorte que je vais m’écraser. Le hockey est un jeu, ma mère s’est battue pour sa vie. Il n’y a aucune comparaison possible. Je reste positif et je me dis quand il y a un obstacle sur mon parcours, c’est qu’il est là pour me faire grandir. J’ai appris ça avec la maladie de ma mère. Crier à l’injustice, me révolter, ce n’est pas moi », a souligné Roy.

Isabelle Forest n’a plus de trace de son cancer depuis 2017. Tristan Roy pouvait en principe se concentrer uniquement sur sa première saison avec les Cantonniers de Magog. Or, par une journée sombre de novembre, Tristan Roy a reçu un appel de sa mère pour l’informer que son père venait d’être victime d’un infarctus. Quand le malheur s’acharne sur une jeune famille.

« Les Cantonniers et notre entraîneur Félix Potvin ont été très bons pour moi. Félix m’a dit d’oublier le hockey et que ma place était avec mon père. Nous sommes chanceux à Magog d’avoir des dirigeants qui ont le cœur à la bonne place. Ma famille d’accueil à Magog m’a amené au chevet de mon père. Heureusement, mon père se rétablit très bien. Ça me fait quand même réaliser que la vie ne tient qu’à un fil et qu’il faut profiter de chaque instant. Par exemple, je n’aurai pas une multitude de chances pour faire carrière au hockey. C’est une journée à la fois. Je suis tellement content d’avoir mes deux parents à mes côtés. C’est mon plus beau cadeau Noël que je puisse avoir. Il n’y a rien pour remplacer deux parents en santé », précise le solide gaillard de six pieds deux pouces et 180 livres.

Éloges

Il va sans dire que Tristan Roy fait la fierté de ses parents. « Tristan est tellement humble. Il est toujours là pour les autres. Nous sommes une famille tissée serrée et nos enfants (Tristan a une sœur de 20 ans, Noémie) embellissent notre vie, mon mari et moi. Être témoins de leurs réalisations, des valeurs qu’ils véhiculent, c’est suffisant pour s’accrocher à la vie », affirme Isabelle Forest.

Chez les Cantonniers, Félix Potvin ne tarit pas d’éloges envers son jeune et colosse protégé. « Je n’ai pas croisé souvent dans ma carrière d’entraîneur un jeune de 15 ans aussi mature. Avec Tristan, ce n’est jamais trop vite ou trop fort. Faire des sacrifices, ce n’est pas un problème pour lui. Il ne s’est jamais laissé affecter par les épreuves de ses parents. Son attitude est irréprochable. Sa personnalité est tout aussi impressionnante. Tristan a tout pour réussir dans la vie. Je me considère privilégié de le diriger », a commenté le pilote des Cantonniers.

Partout où il a passé, Tristan Roy a fait l’unanimité. Difficile qu’il en soit autrement quand le jeune homme a autant de générosité à offrir.

Tristan Roy accompagné de sa soeur et de sa mère.