Alexis Lafrenière possède l’un des cinq meilleurs ratios de points par match dans la LHJMQ.

Le piège de trop surveiller Lafrenière

Selon l’entraîneur du Phœnix de Sherbrooke, il est facile de tomber dans un piège lors des affrontements contre l’Océanic de Rimouski. Le joueur étoile de la LHJMQ, Alexis Lafrenière, mérite certainement une surveillance particulière. Mais cette stratégie avait finalement nui au Phœnix lors de la dernière visite de l’Océanic à Sherbrooke. Cette fois, c’est au tour du Phœnix de visiter Lafrenière vendredi soir à Rimouski.

Au début du mois de décembre, la troupe de Serge Beausoleil avait comblé un déficit de deux buts pour l’emporter au compte de 4 à 2 à Sherbrooke. Lafrenière n’avait pas marqué, mais avait tout de même contribué à trois buts des siens.

« L’Océanic compte sur des joueurs qui peuvent faire très mal à l’adversaire, rappelle l’entraîneur Stéphane Julien. On pense évidemment à Lafrenière. La dernière fois qu’il est venu au Palais des sports, on s’était beaucoup trop concentrés sur lui quand il avait la rondelle et on ne doit pas se laisser trop attirer par lui, puisque ça nuit à notre couverture défensive en général. Il y a d’autres bons joueurs chez l’Océanic, mais on tentera tout de même de limiter son espace et son temps de réaction. »

Même lors de la première présence de l’Océanic au Palais des sports en début de saison, c’était plutôt Dmitry Zavgorodniy qui avait épaté la galerie avec trois buts dans un gain de 7 à 2 de Rimouski. Lafrenière avait tout de même terminé la partie avec un but. 

« On doit le respecter, c’est évident, souligne le défenseur de 20 ans Michael Kemp. Il est super talentueux, mais on ne doit pas uniquement s’attarder à lui. Il ne faut pas oublier notre plan de match pour autant. En étant plus acharnés qu’eux, on peut gagner ce match. »

« On s’attend à une partie difficile, parce que l’Océanic s’est beaucoup amélioré, ajoute Julien. J’ai fait mes recherches concernant leurs dernières rencontres et je crois que l’Océanic tente de souder son équipe depuis l’ajout de quelques joueurs. Depuis le retour du congé des Fêtes, ils vivent certaines difficultés et ils ne sont pas contents du résultat de quelques matchs. On s’attend à ce qu’ils se présentent devant leur foule avec le couteau entre les dents. »

Le Phœnix vise le 7e rang

En seulement 39 parties, Lafrenière compte déjà 59 points, ce qui permet à son équipe d’occuper le septième rang. Une victoire contre l’Océanic pourrait permettre au Phœnix de dépasser Rimouski au classement et de grimper de deux positions pour ainsi atteindre le 7e rang. 

Notons que Stéphane Julien fera une fois de plus confiance à Dakota Lund-Cornish, qui a gagné ses deux dernières parties et qui demeure ainsi invaincu depuis sa venue à Sherbrooke à la suite de son départ de Charlottetown.

Il s’agira également du retour d’Alex-Olivier Voyer dans son ancien amphithéâtre. Le Sherbrookois a évolué durant trois saisons à Rimouski. 

Selon le pilote des Oiseaux, il n’y a aucune solution miracle afin de revenir de Rimouski avec les deux points :

« C’est certain qu’ils fourniront un effort important pour retrouver leur constance. On devra donc travailler encore plus fort qu’eux. »