Alexandre Joncas bataille pour l'obtention de la rondelle avec Jared McIsaac.

Le Phoenix vend chèrement sa peau à Halifax

Le Phoenix a tout fait pour compléter son voyage dans les Maritimes avec une deuxième victoire en trois soirs, mais devra se satisfaire d’une défaite en prolongation contre les Mooseheads de Halifax.

C’est par la marque de 3-2 que les Sherbrookois ont dû s’avouer vaincus samedi soir à la suite d’un but en prolongation de Raphaël Lavoie.

Envoyé devant la cage des Oiseaux, Brendan Cregan disputait une partie devant famille et amis et n’a pas été intimidé par les 7964 spectateurs présents au Centre Scotiabank en effectuant 36 arrêts pour ainsi permettre au Phoenix de ramener trois points sur une possibilité de six de son voyage dans les Maritimes.

« C’était une partie très serrée, admet le gardien du Phoenix. Les Mooseheads ont bien joué et nous aussi. Je suis très fier de l’effort déployé par notre équipe. Je n’oublierai jamais cette partie. Nous repartons d’ici avec un point très important. Je connais bien Mann-Dixon. Au moins, c’est un ami qui a gagné et non pas un gardien quelconque. Je suis content pour lui, mais j’aurais voulu la victoire. »

« On a raté quelques échappées, un trois contre un en surtemps, un but ouvert. On a eu nos chances. On a manqué un peu d’opportunisme, mais ça va payer bientôt », a souligné l’entraîneur Stéphane Julien.

Cooper Jones a d’abord ouvert la marque en première période avec un but chanceux. La rondelle flottait dans les airs avant de frôler le dos à Cregan qui tentait de la repérer.

Marek Zachar a inscrit les siens à la marque dans cette même période avec un tir franc et le Phoenix regagnait le vestiaire avec un compte de 1-1.

Mathieu Olivier a par la suite déjoué Blade Mann-Dixon en faisant dévier une passe de Félix Robert en avantage numérique.

Moins de cinq minutes plus tard, Benoit-Olivier Groulx remettait les compteurs à zéro : 2-2. Et ce, malgré une domination de la troupe de Stéphane Julien au second vingt.

Aucun but n’a été marqué en troisième période et c’est après avoir gagné une bataille le long des rampes en zone sherbrookoise que les Mooseheads ont fermé les livres à trois contre trois par l’entremise de Lavoie, qui a récupéré un rebond après avoir vu la rondelle toucher le poteau.

« On peut être satisfaits. On visait les quatre points, mais trois c’est tout de même bon, surtout parce qu’on a dominé les Mooseheads pendant plusieurs séquences. On a retrouvé notre confiance et ça regarde bien pour la suite », résume Hugo Roy.