Samuel Hlavaj a été bien protégé par sa défensive dans cette victoire de 5-1 du Phœnix à Boisbriand.

Le Phoenix seul au premier rang

Patrick Guay s’est illustré dimanche après-midi à Boisbriand en marquant deux buts tout en obtenant une passe dans une victoire de 5 à 1 du Phœnix de Sherbrooke, qui occupe maintenant le premier rang du classement général de la LHJMQ.

L’excellent début de saison du Phœnix s’est poursuivi et grâce à sa fiche de 6-1-1-0, la troupe de Stéphane Julien forme actuellement la meilleure équipe du circuit Courteau.

« Ça nous fait de quoi de voir notre équipe au premier rang. On ne suivait pas trop le classement, on n’en parle pas trop, mais on se réjouit d’être en haut même si la saison est encore jeune », soutient le Magogois Patrick Guay, la première étoile du match.

Le Phœnix a semblé en contrôle du début jusqu’à la fin contre l’Armada. Guay a été le premier à déjouer Émile Samson en décochant un tir du poignet sans avertissement dans le haut du filet pendant que Bailey Peach attirait le gardien adverse à sa droite.

« Si je veux des buts, je dois utiliser mon lancer, a expliqué Guay, qui a empoché dix points en huit parties. Je possède un bon tir, il faut que j’en profite, mais je dois donner le crédit à mes coéquipiers, qui me repèrent bien. »

Guay en pleine progression

En deuxième période, Vincent Anctil a doublé l’avance du Phœnix devant parents et amis, lui qui a grandi dans la région de Boisbriand.

Après s’être illustré à quelques reprises, Samuel Hlavaj a finalement cédé face à Yaroslav Likhachev moins de deux minutes après le but d’Anctil. 

Patrick Guay a touché la cible pour une deuxième fois en plus de participer au but d’Alex-Olivier Voyer en troisième période.

« Pat a été notre meilleur joueur au camp, observe l’entraîneur Stéphane Julien. Il a connu un été de préparation extraordinaire et il a corrigé plusieurs lacunes en défensive. Il y a de gros événements qui peuvent l’attendre dans les prochains mois, dont un repêchage, et il a levé son jeu d’un cran. »

Julien Anctil a finalement enfoncé le dernier clou dans le cercueil des visiteurs avec un but dans une cage déserte en fin de rencontre.

« J’aime toujours venir ici devant mes proches qui me supportent, a raconté Vincent Anctil. Je sens que j’ai de l’énergie et j’étais aussi content de voir Julien marquer. J’avais crié à mon frère qu’il n’y avait plus de gardien et je pense qu’il m’a entendu. Cette victoire était importante pour nous et on a réussi à l’obtenir malgré l’absence de plusieurs joueurs importants. »

Samson bombardé

Les Sherbrookois ont atteint le chiffre magique des 50 tirs dans ce match. De l’autre côté de la patinoire, Hlavaj a fait face à 23 lancers. Et ce, sans Israel Mianscum (commotion), Benjamin Tardif (virus), Taro Jentzsch (blessé) et Jérémy Jacques (virus). Aurélien Jaheem Lagacé-Aurélien a été appelé en renfort.

« Émile Samson a montré pourquoi il est encore dans la LHJMQ à 20 ans, a affirmé le pilote de l’Armada, Bruce Richardson. Il est un leader et j’espère qu’il est revenu dans sa zone. »

« On a commis beaucoup trop de revirements en zone neutre, a évalué le gardien de l’Armada. Contre Sherbrooke, ça ne pardonne pas. Le Phœnix contrôlait bien la rondelle dans notre zone. »

Le Phœnix possède ainsi un point de plus que ses plus proches rivaux, les Eagles du Cap-Breton et les Islanders de Charlottetown.

« Les unités spéciales ont fait le travail, surtout lors de nos désavantages numériques à 5 contre 3, a indiqué Julien Anctil. On a retrouvé le momentum par la suite. Après une grosse séquence de cinq matchs en sept jours, on est heureux de voir notre équipe trôner au sommet. »

« On a profité de la profondeur de notre alignement ce soir. La ligne des Anctil a été excellente et notre gardien a fait les gros arrêts. Il faut avouer que notre avantage numérique a sauvé notre équipe aujourd’hui avec deux gros buts », a confié Stéphane Julien, qui préparera son équipe cette semaine en vue de la partie de vendredi à Gatineau.