Après avoir franchi 650 km, dont certains à bord du traversier, le Phœnix affrontera l’une des puissances de la LHJMQ : le Drakkar de Baie-Comeau.

Le Phoenix s'attaque à la baie

Le défi est grand. Le Phœnix de Sherbrooke affrontera mardi soir la meilleure formation de la LHJMQ à l’heure actuelle. En visite à Baie-Comeau avant de se rendre à Chicoutimi mercredi, les Sherbrookois tenteront de surprendre le Drakkar avec une troisième victoire consécutive.

Avec une fiche de 4-0-0-1, le Drakkar est l’équipe de l’heure dans le circuit Courteau. Une réalité bien différente de celle des dernières années, quand la formation de Baie-Comeau s’est retrouvée au bas du classement plus souvent qu’à son tour.

« Le Drakkar forme à mon avis la meilleure offensive du circuit avec les Voltigeurs de Drummondville et les Mooseheads de Halifax, estime l’entraîneur du Phœnix, Stéphane Julien. On affronte vraiment une bonne équipe et ce sera la première fois que notre vitesse sera testée. Il faudra être très responsables et prudents en défensive. »

Grâce à ses 24 buts marqués en cinq parties, le Drakkar domine en effet cette colonne dans le tableau des statistiques. Le trio piloté par Gabriel Fortier, accompagné des deux Russes, a eu son mot à dire dans cet exploit.

« Ce n’est pas mon genre de porter de l’attention à des joueurs en particulier, rappelle Stéphane Julien. Leurs quatre lignes sont dangereuses en fait. Leur attaque est vraiment impressionnante. On est conscients que des gars comme Ivan Chekhovich et Yaroslav Alexeyev peuvent nous faire mal après une erreur de notre part. On connaît d’ailleurs très bien Yaro : il est intelligent avec la rondelle et il a du punch offensif. »

Un retour aux sources pour St-Laurent

Échangé contre Alexeyev, Édouard St-Laurent sait à quoi s’attendre de la part du prochain adversaire des Sherbrookois.

« J’ai vécu de beaux moments ici, rappelle l’ancien membre du Drakkar. Je suis content d’être de retour, ce sera plaisant d’affronter mon ancienne équipe. Je vais jouer contre mes amis, ce qui est toujours excitant. La base de l’équipe est la même. Le noyau est encore dangereux. Ivan Chekhovich est un très bon joueur. Il possède un bon tir, une bonne vision, mais on doit pratiquer notre style de jeu et tout ira bien. »

St-Laurent admet que les deux équipes déplaceront de l’air au Centre Henry-Leonard.

« Le Drakkar est reconnu pour travailler fort en pratiquant un style physique et rapide. Mais nous aussi, on est très rapides! Pour ma part, même si j’affronte mon ancien club, je vais jouer mon match comme d’habitude en gardant ma concentration et en utilisant mon lancer. »

Après s’être incliné à deux reprises dès le début de la saison, c’est avec un peu plus de confiance que le Phœnix s’attaque à la baie.

« Nos deux premières victoires ont ajouté un peu de confiance à notre équipe, ce qui est important en début de saison. On a obtenu cinq points sur une possibilité de huit : c’est excellent. Pour moi, ce type de voyages à Baie-Comeau et à Chicoutimi nous situe par rapport à notre niveau de jeu avant les Fêtes. On doit aller chercher des victoires qui ne sont pas obtenues d’avance lors de ces voyages. On a fait beaucoup de route lundi et malgré tout, on veut voir notre équipe jouer avec énergie et continuer de progresser à travers le système de jeu établi », résume Julien.