Le Phoenix affrontera l'Armada en séries.

Le Phoenix et l'Armada s'affronteront en séries

C’est finalement l’Armada de Blainville-Boisbriand que le Phoenix de Sherbrooke affrontera en première ronde des séries éliminatoires. Grâce à son 3e rang dans l'Association Ouest, le Phoenix pourra compter sur son septième joueur, puisqu’il détient l’avantage de la glace.

Rappelons que Sherbrooke a eu le dessus cinq fois en sept matchs contre l'Armada cette saison. 

En confiance malgré la défaite

Malgré une défaite de 4 à 2 face aux Voltigeurs à Drummondville samedi après-midi, l’entraîneur-chef Stéphane Julien sent que l’équipe surfe sur une belle vague. Après avoir essuyé huit revers consécutifs, les Oiseaux ont gagné en confiance en se sauvant avec la victoire à Shawinigan et à Victoriaville lors de la dernière semaine.

Avant ces victoires, le club sherbrookois jouait tout de même du bon hockey, selon lui. « On a joué deux gros matchs contre Rouyn-Noranda et contre Chicoutimi. Après, nous sommes allés chercher deux victoires. J’ai l’impression qu’on a joué une solide partie aujourd’hui également. On entre en séries en confiance », assure-t-il.

De plus, le gardien du Phoenix Dakota Lund-Cornish semble avoir trouvé ses repères à Sherbrooke. Celui-ci, qui est arrivé dans la Ville reine des Cantons-de-l’Est au mois de janvier, a stoppé 37 rondelles samedi face aux puissants Voltigeurs et a blanchi les Tigres la veille. « Depuis quatre matchs, il est très solide. C’est vraiment du positif pour nous », décrit Stéphane Julien.

La défensive aussi semble plus confiante. « Parfois contre des clubs comme Drummondville, ça parait que nous sommes jeunes. Si on enlève le match d’aujourd’hui, je pense que ça s’en vient bien », décrit Stéphane Julien.

Drummondville

Somme toute, le Phoenix a joué un bon match à Drummondville. Les Sherbrookois ont réussi à contenir la puissante attaque drummondvilloise tout au long du premier vingt. Les choses ont toutefois été plus difficiles en deuxième alors que les gros canons ont signalé leur présence. Nicolas Guay a inscrit le premier du match, mais la réplique rapide du Phoenix a plu à Julien.

« Nous avons joué une bonne première période, j’ai l’impression que l’on dominait. Le match ne s’est pas joué en deuxième période. C’était une question de rythme », analyse l’entraîneur.

Maxime Comtois par deux fois, et Dawson Mercer ont complexifié la tâche du Phoenix. Les poulains de Stéphane Julien ont cependant fait preuve de caractère, marquant un but en fin de partie.