Le premier choix du dernier repêchage de la LHJMQ Hendrix Lapierre a inscrit son premier but en déjouant Thommy Monette en première période du match remporté 5-0 par les Saguenéens, mercredi.

Le Phoenix corrigé par Chicoutimi

Le Phœnix de Sherbrooke était méconnaissable mercredi soir à Chicoutimi et les Saguenéens en ont profité pour lui servir toute une correction. Après s’être incliné par la marque de 4-3 la veille dans un match âprement disputé, le Phœnix a terminé son voyage de deux parties avec une autre défaite, cette fois au compte de 5-0.

C’est un entraîneur tout de même serein qui s’est présenté au traditionnel point de presse d’après-match.

« On n’avançait pas. On n’avait aucun support au porteur de la rondelle. Disons que je ne me suis pas acharné longtemps sur nos joueurs. Même si j’avais lancé deux ou trois caisses de Gatorade à gauche et à droite, ça n’aurait rien changé », a expliqué Stéphane Julien

Après avoir connu un bon début de match, tout s’est effondré par la suite pour les Oiseaux.

« C’était une deuxième partie en 24 h, rappelle Julien, et on a laissé beaucoup d’énergie à Baie-Comeau. La partie avait été intense la veille et ce soir, on n’a jamais été dans le coup. »

« On n’a pas respecté notre plan de match et ce n’est pas à notre image, souligne Ryan DaSilva. Ce n’était pas notre meilleure performance. On manquait d’énergie. Notre équipe est jeune, c’est le premier long voyage sur la route et tout cela explique notre mauvaise sortie, mais ce n’est pas une excuse. »

Un Alexis Shank brillant

Le Phœnix a multiplié les attaques en première période, mais Alexis Shank s’est dressé tel un mur permettant ainsi à son équipe de prendre le momentum et de s’inscrire au pointage, l’œuvre du tout premier choix au repêchage 2018, Hendrix Lapierre, son premier but dans la LHJMQ. « J’attendais ce but depuis longtemps. Notre trio a connu un bon match et ce but m’enlève de la pression. Marquer dans un gain de 5-0, c’est encore mieux! » soutient Lapierre.

Au deuxième vingt, Samuel Houde a doublé l’avance des locaux. Artemi Kniazev a ensuite porté la marque à 3-0 et mine de rien, le Phœnix accordait un quatrième but lors des quatre derniers désavantages numériques. Rappelons que la veille contre le Drakkar, le jeu des Sherbrookois était une fois de plus déficient avec un homme en moins.

« On a peut-être encore accordé deux buts avec un homme en moins, mais ce qui a changé l’allure du match, c’est Alexis Shank, qui a réalisé de gros arrêts en première période pour garder son club dans la rencontre. Par la suite, on n’a jamais suivi le rythme », croit Stéphane Julien. 

Comme si ce n’était pas assez, Justin Ducharme a touché la cible avant la fin de la période et le gardien Thommy Monette s’est alors fait montrer la porte de sortie après avoir accordé quatre buts sur 15 lancers. 

« Thommy a joué un bon match et il n’a pas reçu notre aide, précise le défenseur de 20 ans Ryan DaSilva. Le changement de gardien a été fait surtout pour changer le tempo de la partie. On doit l’oublier rapidement. »

« Monette a livré une performance correcte, estime son entraîneur. On a donné de bonnes chances de marquer à notre adversaire. Je ne voulais pas l’embarrasser en le laissant devant le filet. Après quatre buts, on devait apporter un changement. »

Amené en renfort, Brendan Cregan a vu Jérémy Fortin ajouter l’insulte à l’injure au dernier tiers, puisque ce dernier a marqué le cinquième but des siens et cette fois, en désavantage numérique. 

La jeune sensation Hendrix Lapierre a terminé la partie avec trois points et Shank s’est montré parfait en bloquant les 19 tirs dirigés vers lui. 

Notons que le Phœnix a été blanchi lors de ses deux attaques à cinq.

« C’était comme si je dirigeais une équipe au jour 1 du camp, confie le pilote des Oiseaux. Les sept dernières semaines, on les avait oubliées. Je ne me rappelle pas d’avoir vu mon équipe donner autant de chances de marquer à l’adversaire. On avait pourtant gardé le focus depuis le début de la saison, mais ce soir, on manquait de concentration. »

Théo Rochette ne regrette pas son choix

Le Suisse Théo Rochette avait fait parler de lui lors du dernier repêchage, en ajoutant son nom à la liste des joueurs disponibles à l’encan 2018 de la LHJMQ, et ce, à la toute dernière minute. Considéré comme un espoir de premier plan, Rochette a finalement dû attendre jusqu’au septième choix de repêchage avant de pouvoir grimper sur la scène à Shawinigan. 

Le Phœnix de Sherbrooke avait alors préféré Patrick Guay, repêché au cinquième rang. Les Saguenéens de Chicoutimi n’allaient pas laisser l’attaquant de 16 ans leur filer entre les doigts et ce dernier a rejoint Hendrix Lapierre chez les Sags, le tout premier choix au repêchage. 

« Je suis très content d’être à Chicoutimi. J’aurais pu me retrouver à plusieurs places. Je compte sur de bons vétérans qui m’aident beaucoup. Je suis content de mon choix. La LHJMQ est l’une des meilleures ligues pour les joueurs d’âge junior. »

En cinq parties, Rochette a touché la cible une fois en plus d’amasser une mention d’aide. 

« J’ai un bon début de saison au plan personnel, estime le joueur de 16 ans. J’ai eu de bonnes chances de marquer et les buts viendront. Il ne faut pas se presser, il n’y a que cinq parties de jouées. J’aime évoluer sur une glace olympique. Cette année, ce sera une saison de préparation en vue de ma prochaine saison, alors que je serai admissible au repêchage de la LNH. » 

Un classement qui ne veut rien dire pour Poulin

Tout comme Maxim Cajkovic et Raphaël Lavoie, Samuel Poulin est considéré comme un futur choix de première ronde. Si c’est le cas, il imiterait son père Patrick, neuvième choix de première ronde en 1991, qui avait été sélectionné par les Whalers de Hartford. 

« J’ai vu le classement passer, mais pour moi, ça n’a aucune signification. Ce n’est qu’un classement et c’est le premier. Ça change toujours durant l’année. Et en plus, c’est un classement pour le repêchage et encore là, un repêchage ne veut rien dire bien souvent. »

Samuel Poulin refuse donc de s’emballer. Même son rang au repêchage ne signifie rien selon lui.

« Il y a des joueurs qui connaissent une belle carrière en étant repêchés en troisième ronde et d’autres qui sont repêchés en première ronde et qui ne joueront jamais dans la LNH. Je me concentre surtout sur ce que je fais sur la glace et le reste va suivre. »