Les Huskies ont souvent été en possession de la rondelle samedi soir à Rouyn-Noranda, ne laissant aucune chance au Phoenix.

Le Phoenix commence la saison du mauvais pied

Il espérait revenir à Sherbrooke avec quatre points en banque, mais c'est finalement avec un maigre point que le Phoenix a quitté l'Abitibi samedi soir.
Après avoir été tout de même efficace la veille à Val-d'Or dans une défaite de 5-4 en prolongation, le Phoenix ne s'est tout simplement pas présenté à l'aréna Iamgold de Rouyn-Noranda. Un manque de concentration et de discipline a causé la perte des Sherbrookois, qui ont dû s'avouer vaincus par la marque de 4-1.
Tout ça, sans les frères Nicolas et Samuel Poulin. Le premier a subi une blessure à la tête après avoir été frappé illégalement par Médérick Racicot vendredi soir en première période. Le deuxième s'est porté à la défense de son frère et a été suspendu pour avoir été l'instigateur du combat, gagné par l'aîné de la famille.
« Les cinq premières minutes à Val-d'Or résument bien notre voyage, explique l'entraîneur Stéphane Julien. La perte de Samuel et Nicolas a causé un peu de fatigue chez nos joueurs et on perdait deux bons joueurs. Ce n'est pas une excuse, mais on roulait à trois lignes lors d'un voyage difficile en Abitibi. La jeunesse de notre défensive a aussi paru. On devra régler bien des choses en équipe pour connaître plus de succès. »
La bonne nouvelle? Nicolas Poulin sera de retour mercredi à Shawinigan contre les Cataractes. Sa blessure au poignet subie durant le combat n'est plus douloureuse. Samuel Poulin pourrait aussi être présent s'il n'y a plus de signe de commotion cérébrale.
Des débuts de partie difficiles
À Val-d'Or comme à Rouyn-Noranda, les Oiseaux ont commencé la partie en retard.
« On devra bien jouer durant les trois périodes, confirme Evan MacKinnon. On doit jouer comme on l'a fait lors de la troisième période du match de vendredi et de samedi. On forme une équipe offensive et tout le monde sait qu'il est possible de marquer plus de buts. Et idéalement, plus tôt dans la partie. »
L'indiscipline n'a pas non plus aidé la cause de Sherbrooke. Encore là, entre autres à cause du manque de concentration.
« On est trop indisciplinés et on commence nos parties d'une mauvaise façon. On tentera de corriger le problème en trouvant la solution à l'interne, parce que tout le monde en est conscient. Nos départs laissent à désirer, on devra travailler sur notre préparation », clame le défenseur Vincent Lampron.
« J'ai senti que mon équipe était fatiguée autant physiquement que mentalement. On perdait nos batailles le long des bandes. Les Huskies ont travaillé plus fort et les pénalités ont coupé notre momentum », a souligné Stéphane Julien.
« Ça fait deux parties de suite que notre équipe commence le match en retard, renchérit Félix Robert. L'énergie était moins là, le focus aussi. On doit rebondir pour la partie de mercredi. »
Neuf buts accordés par Fitzpatrick
Evan Fitzpatrick aurait certainement voulu connaître un meilleur début de saison. Après son neuvième but accordé lors du voyage, son entraîneur l'a ramené au banc.
« On n'était pas découragés en voyant Fitzpatrick être retiré de la rencontre. C'est seulement le début de la saison, mais on devra faire mieux parce que ce n'était pas le départ espéré », a avancé Vincent Lampron.
« Brendan Cregan a heureusement été très solide lorsqu'il est venu en relève à Evan Fitzpatrick, soutient Julien. J'ai retiré notre gardien afin qu'il conserve sa confiance et en espérant revenir dans le match. J'ai aussi donné un peu de repos à Thomas Grégoire en deuxième période. Il avait l'air fatigué et j'avais le luxe de pouvoir compter sur sept défenseurs. »
Heureusement, Brendan Cregan s'est montré parfait devant la cage.
« Oui, le voyage est difficile, on commence nos parties d'une mauvaise façon, mais on se reprend rapidement en montrant du caractère. Le point obtenu vendredi était très important. On a été indisciplinés ce week-end, tout le monde fait des erreurs, mais on se relèvera en équipe. Un point n'est pas suffisant, on vise toujours les deux points », soutient Cregan.