Jack Kurrle

Le Phoenix ajoute deux joueurs américains

Le Phœnix de Sherbrooke a ajouté deux joueurs à sa formation, lundi, à l’issue du repêchage des joueurs américains de la LHJMQ. Si historiquement, ces joueurs n’ont pas l’habitude de choisir le Québec, Jocelyn Thibault croit pouvoir convaincre ses deux espoirs de se présenter à Sherbrooke.

Le Phœnix a choisi le joueur de centre Jack Kurrle (9e) des Selects Academy 15’s Nat de South Kent School, au Connecticut, de même que l’ailier gauche Robert Flinton (27e), des St. Paul’s PS Pelicans de Concord, au New Hampshire.

Chaque équipe de la LHJMQ a repêché deux joueurs américains, lundi. L’an dernier, neuf joueurs provenant des États-Unis ont évolué dans le circuit Courteau, dont le défenseur Gregory Kreutzer, acquis des Voltigeurs de Drummondville par le Phœnix de Sherbrooke samedi.

L’an dernier, les deux choix du Phœnix ont fait faux-bond à l’organisation tout juste avant l’ouverture du camp d’entraînement de l’équipe.

Robert Flinton

« Dans la mesure du possible, on repêche des gars que l’on aime et qui ont une chance de se présenter à l’équipe. Ces deux gars-là devraient se présenter. Kurrle est un gars du Vermont, à deux heures de Sherbrooke. J’ai parlé à sa mère à quelques reprises et il est intéressé. Il est familier avec la région puisqu’il est déjà venu disputer des matchs de hockey mineur à Sherbrooke », a mentionné le directeur général de l’équipe, Jocelyn Thibault.

« Quant à Robert Flinton, il nous a été recommandé par notre recruteur dans les Maritimes, Denis Chassé. On est confiant de les voir tous les deux. Je ne peux pas le garantir hors de tout doute, mais le feeling est bon. »

Ce repêchage américain est un peu une loterie. La réalité des joueurs américains est différente et c’est aux équipes de la LHJMQ à mousser leurs attributs si elles veulent vraiment les attirer, dit Thibault.

« On comprend que pour ces jeunes de la Nouvelle-Angleterre, le rêve c’est d’évoluer pour un programme américain dans leur coin de pays. En même temps, ils ne pourront pas tous obtenir des bourses complètes en division 1. Dans la LHJMQ, on offre un excellent calibre de jeu, et une éducation gratuite. On ne parle pas assez souvent de nos points positifs. »

Kurrle est âgé de 16 ans (6’ et 176 lbs) et il a inscrit 71 points (24 buts et 27 passes) avec les Selects.

Quant à Flinton (6’1’’ et 185 lbs), et qui aura 16 ans le 16 août prochain, il a inscrit quatre buts et deux passes pour six points en 28 matchs.

Cameron Whynot

Cameron Whynot : un Thomas Chabot, dit Jocelyn Thibault

Jocelyn a bon espoir de convaincre Cameron Whynot de choisir Sherbrooke. Amener le prometteur défenseur à Sherbrooke est le plan A du directeur général du Phœnix.

Sélectionné au neuvième rang samedi, lors du repêchage de la LHJMQ, Whynot n’était pas présent à Québec. Il était classé quatrième meilleur espoir du repêchage par la Centrale de recrutement de la LHJMQ.

Pour plusieurs recruteurs, il était le meilleur défenseur disponible lors de repêchage 2019 et certains le voyaient même comme un possible premier choix au total.

Originaire de Nouvelle-Écosse, Whynot fut le meilleur pointeur parmi les défenseurs de catégorie midget l’an passé avec 40 points en 35 matchs.

Il a récemment été sélectionné par les Buccaneers des Desmoines, dans la USHL. Une sélection tardive, cependant, au 129e rang.

Whynot ne s’est pas présenté au repêchage puisque sa famille veut qu’il fréquente une école anglophone pour sa 11e et 12e année, ce qui limitait le nombre de clubs LHJMQ pouvant lui offrir cette option, peut-on lire dans The Chronicle Herald.

« Bailey Peach et Jaxon Bellamy ont fait leur 11e et 12e année par correspondance et ils ont gradué cette fin de semaine. On a un bon système de ce côté », a dit Thibault.

« J’ai parlé à son agent après la première ronde samedi, de même qu’à Cameron. Et j’ai reparlé à son agent ce matin (lundi). On doit convenir d’une date pour se rencontrer, que ce soit à Sherbrooke ou chez lui. Le canal de communication est ouvert », a dit Thibault.

Ce dernier a épié Whynot lors des Jeux du Canada; le jeune homme était le meilleur défenseur de son équipe, en plus d’être le capitaine.

« Il a un coup de patin comparable à celui de Scott Niedermayer. Il est excellent en relance, en avantage numérique, et il a une vision exceptionnelle. Avec son équipe, c’était comme un quatrième attaquant. Mais ce que j’ai aimé, c’est qu’aux Jeux du Canada, on lui a donné un tout autre mandat, plus défensif, et il a été très solide. Il a été physique et hargneux. Il peut tout faire. »

« Je suis convaincu que pour lui, pour son développement, pour le rôle qu’on lui donnerait à Sherbrooke, et la situation de l’équipe, que c’est ici la meilleure place pour lui. »

Le Phœnix a jusqu’au camp d’entraînement pour convaincre Whynot de se présenter à Sherbrooke; si le Phœnix l’échange d’ici là, il recevra un choix compensatoire de deuxième ronde (ou début de la troisième ronde, 37e sélection au total). S’il ne peut l’échanger, le Phœnix récupérera son choix de première ronde (#9) en 2020.

« Et dans ce cas, le joueur sera considéré defected et retournerait au repêchage l’année suivante », a dit Thibault.