Stéphane Julien veut voir son Phœnix très impliqué en début de match, mardi, lors de la troisième rencontre de la série qui oppose son équipe à Rouyn-Noranda.

Le Phœnix veut prendre l’avantage à domicile

Le Phœnix de Sherbrooke ne pouvait espérer un scénario plus parfait.

À égalité 1-1 dans sa série éliminatoire de la LHJMQ face aux Huskies de Rouyn-Noranda après les deux premiers matchs disputés en Abitibi, il aura la chance, dès mardi soir, de prendre l’iniative de la série en disputant un premier match éliminatoire à domicile en deux ans et peut-être, d’offrir une première victoire en séries à ses partisans depuis celle du 28 mars 2015, face aux Islanders de Charlottetown.

Le Phœnix en est à une quatrième participation à la danse du printemps de la LHJMQ depuis son retour, à l’aube de la saison 2012-13.

À l’an un, il avait perdu en quatre matchs face au Drakkar de Baie-Comeau.

À l’an trois, il s’était incliné en six rencontres face aux Islanders de Charlottetown, récoltant une de ses deux victoires à Sherbrooke.

Et il y a deux ans, lors de l’an quatre, il avait baissé pavillon en cinq matchs face aux Cataractes de Shawinigan. Encore là, Sherbrooke avait remporté son seul match sur la patinoire adverse.

Le Phœnix a été exclu des séries à l’an deux (2013-14) et l’an dernier.

L’équipe sherbrookoise est due, c’est le moins que l’on puisse dire.

Et pour ce faire, le Phoenix devra s’imposer dès le départ de ce troisième match, mardi.

« L’une de nos forces, c’est notre excellente tenue en première période. On est une équipe qui fonctionne beaucoup au "momentum", alors quand on amorce en force, on a souvent du succès. Mardi, on va profiter de l’énergie de la foule, on est revenus dans nos affaires, on est prêts pour le défi », a confirmé l’entraîneur-chef du Phoenix, Stéphane Julien.

« La ligne est mince entre l’émotion et l’indiscipline. On veut demeurer intenses, surtout en zone offensive, mais il faut choisir ses moments et tenter de rattraper la rondelle en patinant. »

« L’important, pour nous, sera d’être impliqué rapidement dans le match, d’être impliqué physiquement, afin de sentir que le match est commencé. Nos jeunes joueurs seront sûrement un peu nerveux, mais je fais confiance à notre groupe de vétérans pour replacer les choses, s’il y a lieu », a dit Stéphane Julien.

« On doit jouer comme on joue depuis le temps des Fêtes, avec une excellente éthique de travail et être impeccable sur les unités spéciales. On doit être plus vigilants en désavantage, notamment. »

Green et Alexeyev toujours absents
L’équipe a tenu un entraînement optionnel lundi matin. Une douzaine de joueurs y ont participé.

Stéphane Julien entend utiliser sensiblement le même alignement que lors des matchs 1 et 2 disputés en Abitibi.

C’est donc dire que l’attaquant russe Yaroslav Alexeyev et le défenseur Luke Green seront absents.

« Je vais probablement y aller avec six défenseurs, plutôt que sept. Le groupe est relativement en santé. Quant à Green et Alexeyev, c’est certain qu’on ne les verra pas avant la fin de la semaine. On n’a toujours pas reçu le "OK" des médecins. »

Rielly Pickard sera le gardien partant.

Jouer à la maison représentera un aspect tactique important pour Stéphane Julien, qui entend en profiter pleinement.

Lors du premier match de la série, Samuel Poulin et Nicolas Poulin ont tous les deux marqué dans la victoire sherbrookoise; les Huskies ont non seulement pris bonne note de la chose, mais fait les modifications lors du deuxième match, remporté par Rouyn.

Les frères ont d’ailleurs été blanchis, samedi, dans la défaite de 6-2.

« Avoir le dernier changement à la maison sera très important. Les Huskies ont fait les ajustements lors du deuxième match en opposant leur troisième trio pour contrer les Poulin. On s’attend à voir les Huskies jouer avec beaucoup d’énergie en début de match, mardi; ils vont vouloir s’en sortir à égalité, ou en confiance, après la première période. Ce sera à nous à imposer notre rythme. »

La STS et le Phoenix s’allient
La fièvre des séries sera transportée par autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS). À compter du premier match à domicile de la série opposant le Phœnix de Sherbrooke aux Huskies de Rouyn-Noranda, mardi, l’organisation du club de hockey junior et la STS s’unissent pour offrir un tarif spécial à 1 $ et ce, pendant tous les soirs de match pendant les séries.

À partir de 18 h les soirs de match à domicile, les Sherbrookois pourront bénéficier d’un tarif avantageux à 1 $ pour leur déplacement en ville, et ce, jusqu’à la fin de la partie pour le retour à la maison.

Cette initiative est un projet pilote en vue d’un éventuel partenariat. En effet, si les utilisateurs répondent positivement, il se peut que le partenariat entre la STS et le Phœnix prenne forme à plus long terme et se déploie pendant les saisons régulières.

Les prochains matchs à domicile auront lieu mardi et mercredi à 19 h. Avec Claude Plante