Samuel Poulin a à nouveau brillé pour le Phœnix pendant le voyage de l’équipe dans les Maritimes.

Le Phœnix, trop généreux

Le Phœnix de Sherbrooke a mis un baume sur son difficile voyage dans les Maritimes samedi, lorsqu’il a eu raison des Islanders de Charlottetown par la marque de 6-4. Ce voyage, qui s’est conclu avec une fiche de 1-2 a mis en lumière la générosité des Sherbrookois, une tendance observée depuis quelque temps déjà.

En effet, à ses 10 derniers matchs, le Phœnix a accordé 44 buts à ses adversaires. Lors de cinq de ces matchs, les adversaires du Phœnix ont marqué cinq buts ou plus en un match. En contrepartie, les Sherbrookois ont marqué 31 buts lors de la même séquence.

L’unité défensive de l’équipe, de même que son duo de gardien formé de Thommy Monette (moyenne de 3,95 et pourcentage d’efficacité de 0,857) et Dakota Lund-Cornish (moyenne de 3,80 et pourcentage d’efficacité de 0,877 depuis son arrivée à Sherbrooke), devra resserrer le jeu d’ici la fin de la saison.

Tout de même, la victoire acquise face à Charlottetown a fait du bien aux Sherbrookois, maintenant installés au 10e rang du classement général de la LHJMQ.

Sherbrooke rentre donc à la maison avec une victoire en poche, après avoir subi la défaite à Cap-Breton et à Halifax.

Le Phœnix a une fois plus pu compter sur Samuel Poulin pour mener les siens. Celui qui est classé parmi les meilleurs espoirs en vue du repêchage de la LNH en juin prochain a ouvert la marque pour son équipe, pour un deuxième match de suite.

De fait, Sherbrooke s’est rapidement bâti une confortable avance de 5-0 avant que les locaux ne répliquent enfin.

Les Islanders ont chauffé le Phœnix en fin de match, réalisant trois buts sans réplique dans les 14 dernières minutes de jeu, mais ce fut trop peu trop tard.

Poulin (1-1), Patrick Guay (0-2) et Alex-Olivier Voyer (1-2) ont été réunis à nouveau sur le même trio et les résultats ont été immédiats.

Ryan DaSilva, Félix Robert (1-2), Jaxon Bellamy et Bobby Dow ont complété la marque pour Sherbrooke.

Devant famille et amis, le gardien Dakota Lund-Cornish a été plus que solide, lui qui a repoussé 37 lancers pour la victoire.

« Je trouve qu’on a joué un excellent match. On menait 6-2 et on a pris une mauvaise punition, ce qui a ouvert la porte pour les Islanders, et qui a rendu le match un peu plus serré au pointage. Mais quand même, on s’était forgé une avance de 5-0. Je crois qu’on a dominé cette rencontre et c’est ce que je recherchais », a expliqué l’entraîneur-chef Stéphane Julien.

Ce dernier ne s’était pas montré satisfait du travail des siens, notamment de ses vétérans, après la défaite de 8-2 face à Halifax.

« Je suis content de voir qu’on a rebondi. J’ai senti les gars engagés. »

Julien avait aussi de bons mots à propos de Samuel Poulin, qui ne dérougit pas depuis quelque temps.

Le jeune homme a maintenant 22 buts et 34 passes pour 56 points en 50 matchs.

« Depuis les Fêtes, Samuel est dominant. C’est un tank, il est incroyable. On est chanceux de l’avoir. Il est très solide. Il a pris une coche depuis quelque temps. Et ce que j’aime, c’est qu’il a une super relation avec la recrue Patrick Guay. Il m’impressionne, celui-là. Il progresse beaucoup, même s’il est toujours confronté aux meilleurs défenseurs adverses et ce, à seulement 16 ans. »

« Je suis aussi content de voir notre gardien rebondir. C’est du positif, pour lui et pour nous. »

Le Phœnix profitera de quelques jours de congé avant de reprendre le collier mardi, en prévision de ses deux prochains duels, prévus à la maison jeudi contre Baie-Comeau et vendredi contre Val d’Or.