Yaroslav Alexeyev (à l'avant) espère voir le Phoenix faire longue route en séries, question de lui permettre de revenir au jeu et de disputer d’autres matchs avec les Oiseaux.

Le Phœnix sous son meilleur jour

CHRONIQUE / Le Phœnix a mangé son pain noir pendant cinq longues années. Après avoir raté leur objectif en 2015-2016 en ne connaissant pas la grosse saison espérée, les Sherbrookois surprennent présentement en étant au cœur de leur plus belle séquence de leur jeune histoire. Les hommes de Stéphane Julien visent une neuvième victoire de suite mercredi contre les Saguenéens de Chicoutimi. Ce qui augure bien pour la suite.

Le Phœnix se bat pour obtenir un rang avantageux en vue des séries éliminatoires. Ses chances d’affronter les Tigres de Victoriaville, les Huskies de Rouyn-Noranda ou les Remparts de Québec sont énormes. Le meilleur scénario : un duel contre les Remparts en première ronde de séries.

Le but de la dernière équipe d’expansion de la LHJMQ : gagner au moins une ronde. Sa première depuis sa naissance en 2012. Et de la façon dont elle joue depuis quelques semaines, elle pourrait très bien y parvenir.

Les partisans ont enfin droit à un club qui joue à la hauteur de son talent et avec confiance. Ce qui le rend invincible présentement. Le Phœnix peut battre n’importe quelle formation et l’a prouvé en février.

Deux gardiens qui assurent devant le filet, une jeune défensive qui joue avec aplomb surtout depuis le retour au jeu du vétéran Luke Green et une puissante attaque répartie principalement sur les trois premiers trios. Le Phœnix est équipé pour aller à la guerre. Reste à savoir si elle performera en séries autant que lors des huit derniers matchs. Sinon, la bataille sera courte, encore une fois.

Le cas Alexeyev

Est-ce que le Russe Yaroslav Alexeyev a disputé son dernier match avec les Oiseaux le week-end dernier en Abitibi? Victime d’une fracture au doigt, l’attaquant de 18 ans du Phœnix sera sur la touche pour une durée indéterminée.

Alors que tous pensaient il y a quelques semaines à peine que le Russe allait être de retour la saison prochaine afin de disputer une dernière saison à l’âge de 19 ans dans la LHJMQ, voilà que nous apprenons qu’il pourrait songer immédiatement aux professionnels.

J’en serais toutefois le premier surpris. Parce que le jeune hockeyeur répète depuis son arrivée au Québec l’an dernier qu’il rêve à la LNH. Et c’est en évoluant dans le junior majeur, en Amérique du Nord, que ses chances sont les meilleures de se faire voir par les recruteurs. Surtout s’il voit ses statistiques gonfler à 19 ans. Ce qui risque d’arriver.

Mais la perte de son père pourrait devenir un nouvel argument l’incitant à se rapprocher de sa mère et sa sœur. Ce qui serait évidemment louable.

Des absences à combler

D’ores et déjà, le Phœnix s’attend depuis le début de la saison à perdre trois attaquants de premier trio, les joueurs de 20 ans Hugo Roy, Nicolas Poulin et Mathieu Olivier.

Et ce, sans parler des faibles possibilités de revoir l’attaquant Marek Zachar avec le Phœnix, comme on le voit souvent avec les Européens de 20 ans.

Les deux Européens pourraient donc être rapidement remplacés dès cet été par deux autres Euros talentueux

La bonne nouvelle? La jeune défensive restera probablement intacte. Le seul départ potentiel? Luke Green, repêché par les Jets de Winnipeg. Toutefois, avec sa blessure à l’épaule qui l’a forcé à rater la majorité de la saison, ne soyez pas surpris de voir les Jets choisir de le renvoyer dans le junior majeur l’an prochain afin qu’il puisse terminer son développement. Et ce, même si Green multiplie les points depuis son retour.

Devant le filet, une nouvelle règle à l’étude pourrait permettre aux formations de garder un gardien de 20 ans sans qu’il compte dans les trois joueurs de 20 ans réguliers, nombre maximal permis par la LHJMQ présentement. Après avoir offert Evan Fitzpatrick en échange de Reilly Pickard, âgé de 19 ans, il ne faudrait pas s’étonner de le voir compléter un duo avec Thommy Monette ou Thomas Sigouin, deux jeunes gardiens déjà prêts à faire le saut dans le junior majeur. La décision reviendra au directeur général Jocelyn Thibault.

Avec l’émergence de Samuel Poulin, Evan MacKinnon, Félix Robert, Alexandre Joncas, Jaxon Bellamy, Bailey Peach, Benjamin Tardif et Olivier Crête-Belzile pour ne nommer que ceux-là, l’avenir semble rose au Palais des sports. Enfin!