Le Phœnix s’est bien battu face aux dangereux Huskies, mais n’a pas su marquer le but qui aurait fait la différence.

Le Phœnix souhaite freiner sa série noire

Le Phœnix de Sherbrooke connait actuellement sa pire séquence de la saison. Avec cette défaite tout de même honorable de 3 à 2 contre les meneurs au classement, les Huskies de Rouyn-Noranda, les hommes de Stéphane Julien ont enregistré un huitième revers consécutif samedi au Palais des sports, mais voient tout de même la lumière au bout du tunnel.

«On doit apprendre de ces défaites. Si nos performances sont en crescendo, c’est bon signe. On sent que la situation s’améliore et on veut absolument gagner les trois prochaines parties pour arriver confiants en séries éliminatoires», a indiqué Michaël Kemp.

«Il ne faut pas être déçus, estime pour sa part Bobby Dow. On a bataillé ardemment contre la meilleure équipe du circuit. On a commis quelques erreurs, mais on a bien joué. Dakota Lund-Cornish a été excellent devant notre filet. On doit continuer de fournir l’effort en jouant de façon robuste et en gardant notre concentration durant 60 minutes pour éviter d’offrir trop de chances de marquer à l’adversaire.»

Les Huskies de Rouyn-Noranda ont dû trimer fort pour quitter Sherbrooke avec les deux points. Ils ont d’ailleurs bien failli se faire jouer un vilain tour par un Phœnix résilient. Après avoir pris les devants grâce à Benjamin Tardif, le Phœnix a accordé les trois buts suivants et devait combler ce déficit de deux buts pour surprendre les Huskies.


«  On doit apprendre de ces défaites. Si nos performances sont en crescendo, c’est bon signe. On sent que la situation s’améliore.  »
Michaël Kemp

«Nos intentions étaient bonnes, croit Ryan DaSilva. L’effort était là. Mais on a manqué d’expérience contre les Huskies. Ce n’est pas un secret: ils ont un excellent club. On a fait quelques erreurs d’exécution et on se concentre sur le processus quand on affronte des équipes qui sont arrivées à maturité comme celle de Rouyn. On est tout de même contents du résultat.»

Malgré le filet de Bailey Peach en fin de partie, la troupe de Stéphane Julien s’est avouée vaincue par la marque de 3 à 2 samedi après-midi au Palais des sports.

Tyler Hinam, Joël Teasdale et Félix Bibeau sont les trois marqueurs dans le clan des visiteurs, qui s’est buté à un solide gardien en Dakota Lund-Cornish.

Ce dernier a bloqué 32 des 35 tirs reçus et son homologue Zachary Émond a également bien fait de l’autre côté de la patinoire avec 36 arrêts.

«On a joué nerveusement lors des dix premières minutes et on a commis un revirement coûteux qui a mené à notre perte, mais le reste du match, on a été solides. C’est dommage que le résultat ne soit pas positif», a confié Stéphane Julien.

Encore une fois, les visiteurs ont profité de beaucoup plus d’avantages numériques que le Phœnix et ont touché la cible à une reprise sur cinq occasions. Le Phœnix, lui, n’a obtenu qu’une seule supériorité numérique.

«On a d’ailleurs eu une excellente chance de marquer durant cette occasion. On aurait pu niveler la marque à la toute fin. On affrontait une équipe mature et dangereuse et mes joueurs ont su bien rivaliser», a poursuivi l’entraîneur.

La bonne nouvelle? Le trio de Félix Robert, Benjamin Tardif et Bobby Dow a une fois de plus bien fait.

«On joue avec détermination et c’est difficile d’affronter notre ligne. Il y a une belle chimie entre nous et on doit continuer de bien faire les choses», résume Dow.

Notons que les trois dernières parties de la saison auront lieu sur la route, dont la prochaine mercredi à Shawinigan.

Par ailleurs, les billets des deux premiers matchs de la première ronde de séries du Phœnix, les 22 et 23 mars, sont déjà mis en vente. Les adversaires potentiels: les Foreurs de Val-d’Or, les Olympiques de Gatineau et les Tigres de Victoriaville.

Les joueurs de 20 ans du Phœnix Ryan DaSilva, Bobby Dow et Michaël Kemp étaient entourés de leurs parents et de quelques actionnaires du club lors de la cérémonie en leur honneur.

Les joueurs de 20 ans honorés

Il s’agissait samedi de la dernière partie de saison à domicile pour le Phœnix, qui en a profité pour honorer ses trois joueurs de 20 ans, Michaël Kemp, Ryan DaSilva et Bobby Dow. 

« Ça m’attriste de voir que j’en suis à mes dernières parties dans le junior majeur, avoue Dow, qui a également joué dans le circuit ontarien avant d’arriver à Sherbrooke. On espère aller le plus loin en séries, donc ce n’est pas encore terminé. Je vais bien profiter des derniers matchs ! »

« Ça me rappelle que la route a été longue et que j’ai parcouru beaucoup de chemin pour me rendre jusqu’ici, a indiqué DaSilva, acquis cet été après un passage à Drummondville et Blainville-Boisbriand. J’ai disputé trois saisons dans cette ligue et je me souviens très bien de mon premier camp d’entraînement à Drummondville. C’est comme si c’était hier. J’ai connu des hauts et des bas dans ma carrière. Ce ne fut pas toujours facile. Mais le fait de terminer mon stage junior à Sherbrooke à 20 ans avec cette équipe, c’est tout un honneur. »

« C’est spécial de voir que mon parcours s’achève, a affirmé Michaël Kemp, échangé par l’Armada il y a quelques mois. Quand on arrive dans la LHJMQ à 16 ans, on le sait qu’il est possible de jouer quatre saisons ici et ça nous paraît long, mais en vérité, ça passe très rapidement. »