Les Sherbrookois auraient pu paraître rouillés après leur pause d’une semaine, mais ce fut le contraire. Le Phœnix est sorti en lion, inscrivant trois buts sur quatre lancers.

Le Phœnix s’amuse face aux Foreurs

Le Phœnix de Sherbrooke s’est amusé aux dépens des Foreurs de Val d’Or, samedi, ridiculisant son adversaire par la marque de 7 à 0. La troupe de Stéphane Julien, qui a marqué trois buts sur les quatre premiers tirs, a simplement été trop forte pour celle de Pascal Rhéaume, qui n’a rien pu faire contre la vitesse des Oiseaux.

Il faut dire que les Foreurs sont assez amochés. Quatre joueurs évoluant sur les trois premiers trios sont tombés au combat. En deux ans, Pascal Rhéaume — qui a été l’entraîneur adjoint du Phœnix — n’a pu savourer de victoire face à son ancienne équipe.

« Ç’a mal commencé, analyse Rhéaume. Sur la première séquence, on était dans leur zone et on travaillait fort. C’est un mauvais but, ç’a parti raide. Ils ont compté deux buts assez rapidement. Après, on a pris un momentum en fin de première. Ils ont réussi à faire un autre gros but en avantage numérique. À 3-0, ça nous a cassé les deux jambes. Je sentais que les gars avaient la tête basse. »

Les Sherbrookois auraient pu paraître rouillés après leur pause d’une semaine, mais ce fut le contraire. Le Phœnix est sorti en lion, inscrivant trois buts sur quatre lancers. Alex-Olivier Voyer, d’un tir précis dans la lucarne du côté rapproché, Samuel Poulin, laissé seul devant le but et Jacob Rabouin d’un tir faible de la pointe ont échappé à la vigilance de Jonathan Lemieux en première période.

Sherbrooke a gardé la cadence en début de deuxième. Félix Robert a marqué 25 secondes après la première mise au jeu du deuxième tiers et Benjamin Tardif a fait de même un peu plus d’une minute après, chassant ainsi le gardien Lemieux.

Tardif a rapidement souhaité la bienvenue à Francesco Lapenna, qui s’amenait dans le match, comptant le sixième des siens.

Mais Lapenna ne s’est pas laissé intimider, au contraire. Le Phœnix aurait pu marquer beaucoup plus de buts si le gardien substitut était resté au bout du banc des visiteurs. Le gardien a multiplié les arrêts majestueux sur des échappés et des surnombres. Il n’a cédé que deux fois sur 35 lancers.

« On ne pouvait pas jouer offensive contre offensive, confie Pascal Rhéaume. On n’avait pas l’attaque pour rivaliser contre le Phœnix ce soir. Quand tu tires de l’arrière 3-0, mentalement, tu veux tricher. Tu travailles moins fort. Le Phœnix avait le pied sur le gaz et ne l’a pas lâché. »

Benjamin Tardif s’est mérité la première étoile grâce à ses deux buts. « Ça s’est fait sur deux belles passes de Patrick Guay. Je pense qu’on a une belle complicité, nous et Taro Jentzsch. Il n’a peut-être pas eu de point, mais on a fait de beaux jeux avec lui. La prochaine partie, ça va y aller ! » pense-t-il.

Le Phœnix sera en action dimanche, 15 h, au Palais des sports face à l’Armada.

Ce qu’ils ont dit :

Pascal Rhéaume sur le succès de son ancien club : « C’est le fun. C’est une très belle organisation, j’ai adoré mon séjour. Le directeur général, Jocelyn Thibault, c’est mon chum. Même chose pour Stéphane Julien. Je suis très fier d’avoir travaillé pour eux et fier de voir qu’ils ont du succès. C’est une équipe qui est partie de loin. Elle a eu des années difficiles. Présentement ça va bien, je leur lève mon chapeau. »

Stéphane Julien sur l’indiscipline qui a été moins marquée samedi soir : « Ç’a été un gros travail cette semaine. Comme coach, j’ai fait beaucoup de choses avec les gars à ce propos. C’était l’un des seuls problèmes qu’on avait depuis le début de la saison. Cette semaine, j’ai donné la charge aux gars de s’arranger entre eux pour trouver des façons de se discipliner entre eux. Je pense qu’ils ont bien réagi. J’ai vu une différence aujourd’hui, les gars faisaient attention. »

Jacob Rabouin sur son premier but : « Ça faisait longtemps que je n’avais pas compté, ça fait du bien ! Je vais donner crédit à mes gars, ils ont joué toute une partie ce soir. Pour le Phœnix, ç’a super bien été. On est là où on veut être. »