Selon le directeur général Jocelyn Thibault et l’entraîneur Stéphane Julien, le Phœnix serait arrivé à maturité la saison prochaine.

Le Phœnix prêt à passer à l’étape suivante

Le Phœnix a bien souvent tracé un bilan en demi-teintes dans le passé. Pas cette fois.

L’organisation sherbrookoise a confié lundi lors de sa conférence d’après-saison que la campagne 2018-2019 n’était que positive et se dit peut-être même prête à passer à l’étape ultime : celle des grands honneurs.

« On est mûrs pour passer à l’autre étape, confirme le directeur général Jocelyn Thibault. Le coin est tourné et on veut maintenant monter au classement en atteignant le premier tiers du classement. Côté hockey, on veut grimper d’un niveau. »

La fenêtre d’opportunité semblait grande au début de la saison : avec Samuel Poulin dans son alignement et la progression des jeunes joueurs de 17 ans, le Phœnix devait en principe pouvoir miser sur la prochaine saison et même sur la campagne 2020-2021 pour espérer soulever le trophée tant convoité. Or, plus les jours passent, moins les chances sont grandes de voir le capitaine du Phœnix encore dans la LHJMQ à l’âge de 19 ans.

Est-ce que le Phœnix devra mettre tous ses œufs dans le même panier la saison prochaine pour ne pas risquer de rater sa chance avec l’éventuel départ de Samuel Poulin vers la LNH dans deux ans?

« J’y pense pas mal tous les jours, admet Jocelyn Thibault. L’éclosion de Samuel a été rapide. Je devrai encore y réfléchir dans les prochaines semaines afin de savoir si notre équipe misera tout sur la prochaine saison. Mais il est possible que la forte progression de Samuel fasse en sorte d’accélérer notre processus, en effet. »

À plus d’une reprise lors du bilan de fin se saison, il a toutefois été possible d’entendre l’état-major répéter que le capitaine de 17 ans sera encore à Sherbrooke « pour les prochaines saisons ».

« J’ai senti que Samuel a atteint un autre niveau après les Fêtes, estime pour sa part l’entraîneur Stéphane Julien. Il a été tout simplement exceptionnel lors des séries. Son avenir est assuré et on est contents de pouvoir compter sur lui lors des prochaines saisons. »

Bien malin celui qui peut prétendre aujourd’hui que l’espoir de première ronde fera le saut ou non dans la LNH à l’âge de 19 ans seulement. Les paris sont ouverts.

Des ajouts de taille

Tout indique que le Phœnix ajoutera du punch à son équipe dans les prochains mois afin de se concentrer sur le présent plutôt que sur l’avenir, comme il l’a fait si souvent.

« Si je ne faisais aucun changement au sein de l’alignement, on serait tout de même très compétitifs, croit Thibault. Il y aura probablement quelques changements avant le début de la saison et par la suite, on évaluera la situation et peut-être qu’aux Fêtes, on prendra d’autres décisions par rapport à nos observations du début de saison. On fera alors nos ajustements. Je crois au repêchage, je crois à l’importance de la chimie d’équipe. Donc tout sera à évaluer. »

L’équipe formait l’une des plus jeunes formations de la LHJMQ cette année, ce qui porte la direction à peut-être ajouter quelques joueurs plus expérimentés l’an prochain afin d’arriver à sa pleine maturité.

« On formait la sixième plus jeune équipe du circuit, rappelle Thibault. Malgré tout, on a obtenu un excellent rang au classement et on a gagné une ronde, ce qui n’est pas banal. Le but maintenant, c’est d’aller plus loin dans ce processus. »

« Notre club comptait tout de même sur 16 joueurs qui n’avaient jamais porté l’uniforme du Phœnix avant cette saison, ou presque, ajoute pour sa part l’entraîneur-chef. De ce nombre, il y avait 12 recrues. On avait également trois nouveaux entraîneurs et j’ai été agréablement surpris dès le camp d’entraînement malgré la présence de plusieurs nouveaux visages. »

Les Européens, les gardiens... et Peach

Trois dossiers ont particulièrement attiré l’attention des médias présents au bilan annuel. Celui des joueurs européens, celui des gardiens... et celui de Bailey Peach.

« On aura des décisions intéressantes à prendre admet Jocelyn Thibault. On évaluera entre autres la tenue de nos Européens. Ce n’est pas impossible d’assister à du changement à cet effet. »

Si Taro Jentzsch a répondu aux attentes, il a été plutôt surprenant de voir Oliver Okuliar sur le quatrième trio en séries.

D’ailleurs, Jocelyn Thibault quittera bientôt pour le Championnat du monde des moins de 18 ans en Suède et assistera ensuite au Challenge Gatorade afin de se préparer pour le prochain repêchage, qui aura lieu au début du mois de juin à Québec.

Pour ce qui est de la position de gardien de but, tout porte à croire que le directeur général se montra patient.

« Ma priorité n’est pas d’amener du changement devant le filet. Je suis à l’aise de commencer la saison avec Dakota Lund-Cornish dans notre alignement. Thomas Sigouin reviendra avec nous et j’espère qu’il sera en pleine forme malgré sa blessure au genou de cette saison et il faudra aussi rencontrer Thommy Monette. »

Repêché en première ronde en 2017, Bailey Peach a également attiré l’attention lors du bilan.

« Il est très talentueux, mais il est conscient que sa saison était en dents de scie, soutient Stéphane Julien. Bailey était notre meilleur joueur au camp. Même meilleur que Sam. Mais sa blessure l’a ralenti. Manquer huit semaines de jeu en début de saison, il n’y a rien de pire. Il a une bonne mentalité et veut faire les sacrifices cet été pour arriver prêt pour la prochaine campagne. »

« Les entraîneurs ont pris des notes. Est-ce qu’il y aura des changements? Assurément! Mais on n’ajoutera pas 16 nouveaux éléments l’an prochain. Il y aura toutefois des changements ici et là », résume le directeur général.