Justin Bergeron (16) des Huskies de Rouyn-Noranda et Samuel Bolduc (58) de l’Armada de Blainville-Boisbriand sont deux candidats potentiels pour venir consolider la défensive du Phœnix.

Le Phœnix devra se joindre à la parade

CHRONIQUE / La période de transactions n’est même pas encore commencée, que déjà, le Phœnix voit les principaux poursuivants bonifier leur alignement. La parade passe et le Phœnix ne peut se permettre de la regarder : il devra s’y joindre.

En début de saison, on pouvait comprendre la prudence avec laquelle le directeur général Jocelyn Thibault abordait le sujet des transactions. Le Phœnix n’a pas atteint sa pleine maturité. Le cœur de l’équipe est âgé de 18 ans. On ne s’attendait surtout pas à voir le Phœnix trôner au sommet du palmarès canadien.

Mais à l’heure actuelle, la réalité est la suivante : le Phœnix est au premier rang de la LHJMQ. Mieux encore : elle forme la meilleure équipe junior du Canada.

Le Phœnix doit bouger. Jocelyn Thibault en est conscient. Et il transigera. Croyez-moi.

Or, le plan pourrait changer. Jocelyn Thibault visait principalement les joueurs de 18 ans afin qu’ils s’insèrent dans la stratégie d’être compétitif cette saison et dominant l’an prochain. Ça, c’est dans un monde idéal où Samuel Poulin reviendra à Sherbrooke.

Les meilleurs joueurs de 18 ans disponibles se trouvent toujours dans la mire du Phœnix.

Mais plus le temps passe, plus le portrait se précise. Selon plusieurs sources, Dawson Mercer des Voltigeurs de Drummondville prendra le chemin de Chicoutimi en échange de William Dufour. Tout comme Raphaël Lavoie des Mooseheads de Halifax. Le premier aurait grandement aidé le Phœnix, qui semble vouloir encore s’offrir une fenêtre d’opportunité de deux saisons. Âgé de 18 ans, Mercer reviendra fort probablement dans le circuit l’an prochain.

Le second est âgé de 19 ans et pour le prix qu’il coûtera, Lavoie ne répond pas aux besoins précis de l’organisation sherbrookoise.

Avec l’absence d’une durée indéterminée du jeune Hendrix Lapierre, les Saguenéens devaient bouger.

Et avec ces transactions, les Sags deviennent soudainement l’équipe à surveiller. Surtout avec l’acquisition de l’ancien Rempart Félix Bibeau contre deux choix de première ronde. Théo Rochette devrait s’ajouter au lot de choix lors de la prochaine séance de repêchage.

Bref, Yanick Jean a mis la table quelques jours avant le début de la période des transactions, le dimanche 15 décembre.

Les Sags ne sont pas les seuls à avoir frappé le coup de circuit. Les Wildcats de Moncton semblent tout aussi agressifs sur le marché. Benoit-Olivier Groulx et Jared McIsaac des Mooseheads seront bientôt transigés aux Wildcats selon quelques médias. Tout cela en plus d’avoir ajouté Olivier Rodrigue devant le filet de l’équipe. Avec Jakob Pelletier, Jeremy McKenna et Alexander Khovanov, les Wildcats ont tous les outils pour viser la coupe du Président... et même la coupe Memorial.

Le gros point d’interrogation à l’heure actuelle : l’Océanic de Rimouski, qui compte sur le premier choix de première ronde au prochain repêchage de la LNH : Alexis Lafrenière. Un atout de taille. Seul le nom de Gabriel Fortier a été entendu dans les rumeurs.

Bergeron ou Bolduc avec le Phœnix?

Tout cela nous amène au Phœnix, qui se battra certainement avec l’Océanic dans sa chasse au renfort.

Plus les jours avancent, moins de candidats sont disponibles. Et plus Nathan Légaré semble s’éloigner de Sherbrooke. On sait que le Phœnix a tenté à quelques reprises d’obtenir ses services. Mais tout indique que le Drakkar de Baie-Comeau serait tenté d’attendre l’an prochain avant de transiger l’attaquant étoile. Car après tout, un joueur de 18 ans a bien souvent la même valeur sur le marché à 19 ans. Contrat en poche avec les Penguins de Pittsburgh, il y a un risque, même s’il est très peu probable qu’il fasse le saut dès l’an prochain dans la LNH. Mais une blessure est aussi vite arrivée.

Or, il reste encore de bons joueurs disponibles. Comme Alex Beaucage, un ailier droit de 18 ans qui évolue à Rouyn-Noranda.

Je rêve aussi à l’ajout d’un attaquant robuste et talentueux. Un Shawn Element par exemple, âgé de 19 ans. Le Phœnix deviendrait alors redoutable.

Le besoin numéro 1 se trouve toutefois en défensive. Le Phœnix se cherche un général à la ligne bleue. Surtout en sachant que Jérémy Jacques est présentement blessé.

Mais il y a pire. Le Phœnix pourrait devoir se passer des services d’un excellent défenseur défensif. Retiré de l’alignement mercredi, le cas d’Olivier Crête-Belzile sera à surveiller dans les prochains jours. Malade, ce dernier pourrait être tenté de disputer les deux dernières parties disputées avant la pause des Fêtes. Le Phœnix, tout comme son défenseur, espère bien sûr éviter le pire.

Tout cela explique encore plus l’intérêt de Jocelyn Thibault d’améliorer sa brigade défensive.

Deux noms sont à retenir : Justin Bergeron et Samuel Bolduc.

Bergeron est un défenseur de 19 ans capable d’obtenir sa part de points, mais aussi excellent en défensive. Le joueur des Huskies a d’ailleurs affronté la Russie en représentant la LHJMQ lors de la Super Série CIBC. Le Magogois fait partie de l’élite.

Bolduc est quant à lui reconnu pour sa forme physique impressionnante et sa force brute. Plus imposant, le choix de 2e ronde des Islanders de New York maintenant âgé de 19 ans possède moins d’aptitudes offensives, mais demeure très efficace en défensive.

Ces deux défenseurs seraient les plus susceptibles de rejoindre la formation sherbrookoise. Certaines informations concernant l’imposant Xavier Bernard circulent aussi, mais semblent moins sérieuses. Repêché en 4e ronde par les Devils du New Jersey, le défenseur défensif de 19 ans des Islanders de Charlottetown coûterait toutefois moins cher et pourrait disputer une dernière saison à l’âge de 20 ans. Le jeu en vaut la chandelle.

Chose certaine, les chances de voir le Phoenix repêcher en première ronde en juin prochain sont presque nulles. Idem pour son choix de première ronde en 2021. Il y a des limites à vouloir garder la chimie intacte, à ne pas vouloir ébranler le vestiaire et à refuser de changer une recette gagnante.

Mais pour battre les Saguenéens ou les Wildcats, il faudra plus qu’un bon esprit d’équipe.