Le fait saillant de la première période a été le brio de Hlavaj lors de l'avantage numérique à cinq contre trois des visiteurs.

Le Phœnix demeure intraitable

Deux excellentes offensives s’entrechoquaient vendredi soir au Palais des sports et celle du Phœnix de Sherbrooke a eu le meilleur sur l’attaque des Cataractes de Shawinigan. Mené par un Félix Robert en plein contrôle de ses moyens, le club sherbrookois s’est sauvé avec une victoire de 4 à 2, une dixième en 12 rencontres.

Le petit numéro 72 du Phœnix a commencé le match en force en marquant le premier but. Mikaël Robidoux a aussitôt répliqué en déjouant pour une première fois Samuel Hlavaj, mais Félix Robert a refusé de ralentir la cadence en préparant le deuxième des siens marqué par Samuel Poulin. 

Le fait saillant de la première période aura toutefois été le brio de Hlavaj lors de l’avantage numérique à cinq contre trois des visiteurs, alors que les jumeaux Vincent et Julien Anctil se trouvaient au banc de punitions. 

« Le point tournant du match est probablement nos difficultés en avantage numérique ce soir, a confié Mavrik Bourque. En fait, c’est le cas depuis le début de la saison. Il faut avouer que le Phœnix forme une bonne équipe. Ce n’est pas pour rien qu’il est au premier rang. On a rivalisé, mais on aurait pu gagner ce soir. »

« Nos unités spéciales en avantage numérique devront trouver une façon de nous faire gagner en ayant plus de punch », confirme pour sa part l’entraîneur des Cataractes, Daniel Renaud.

Il faut toutefois avouer que les Sherbrookois présentent le meilleur taux d’efficacité avec un homme en moins : 90,6 %. 

« On a tué chaque désavantage numérique à cinq contre trois depuis le début de la saison, soutient l’entraîneur du Phœnix, Stéphane Julien. Il y a trois appels sur quatre envers nous qui ont été douteux ce soir, comme ceux contre Vincent Anctil et Israel Mianscum. Heureusement, notre équipe a trouvé le moyen de limiter les dégâts. »

Le Phœnix doit d’ailleurs remercier son gardien, qui a effectué trois arrêts spectaculaires en moins de 30 secondes lors de ce désavantage numérique.

« Samuel n’a peut-être pas reçu beaucoup de tirs, mais les lancers étaient bien souvent de qualité, surtout lorsque les Cataractes avaient deux hommes en plus, observe Félix Robert, la première étoile de la partie. Il a réalisé trois arrêts incroyables coup sur coup. Cette séquence aurait pu faire la différence, mais Samuel a motivé notre équipe et on est revenus en force. Nos unités spéciales sont incroyables en désavantage numérique et on en fait une fierté. »

« J’ai trouvé mes défenseurs excellents : ils ont fait le travail lors du cinq contre trois des Cataractes et Samuel Hlavaj a réalisé quelques gros arrêts sur cette séquence, renchérit Julien. On a gagné du momentum durant ce moment. »

La vitesse à l’honneur

Le Phœnix menait alors la partie 2 à 1 lorsque Robidoux en a rajouté avec son second du match, mais cette fois, en désavantage numérique.

En troisième période, les locaux ont continué de bombarder Justin Blanchette et Alex-Olivier Voyer a enfin donné les devants à son équipe en récupérant son propre retour pour battre l’ancien portier du Phœnix. 

Samuel Poulin a conclu la rencontre avec un autre but alors que Blanchette se trouvait au banc des siens en faveur d’un sixième attaquant.

« On a été défiés sur notre vitesse ce soir, a remarqué le pilote des Oiseaux. Les gars ont toutefois bien répondu. On a manqué quelques buts en deuxième période. On aurait pu mettre le match hors de portée, mais Blanchette a été bon. On a été patients en troisième période pour finalement aller chercher le gros but en fin de partie. »

Le Phœnix a tiré à 41 reprises vers Blanchette, la troisième étoile du match, mais Hlavaj a été encore meilleur en bloquant 21 des 23 lancers, dont plusieurs ont été dangereux. Ce qui lui a donné la deuxième étoile. 

« Les Cataractes forment une bonne et jeune équipe. Par contre, on a tout de même réussi à dominer au chapitre des tirs. Ils ont eu beaucoup de temps de possession dans notre territoire, mais on gardait leurs joueurs en périphérie. »

+

Les Cataractes souhaitent répliquer à domicile

 Le week-end des rivalités se poursuivra dimanche alors que ce sera le tour du Phœnix de visiter les Cataractes au Centre Gervais-Auto pour y disputer une deuxième partie en trois jours contre le même adversaire.

« Les deux équipes méritaient la victoire, estime Charles Beaudoin des Cataractes. Notre club a été malchanceux à la fin. On ne se laisse pas abattre et on va revenir fort dimanche parce que tout le monde a remarqué qu’il était possible pour nous de les suivre. »

Même si les Cataractes semblaient tout de même satisfaits de leur match, cette défaite a laissé un goût amer dans la bouche des visiteurs.

« On a réussi à rivaliser, croit l’entraîneur Daniel Renaud. En même temps, l’objectif n’est pas de perdre par deux buts, c’est de gagner. On tenait à garder le pointage serré pour s’offrir une chance de gagner, par contre les gars ont eu une mauvaise séquence en troisième période et parfois, tout est une question de détails comme ce fut le cas ce soir. »

Toujours premier au classement, le Phœnix espère accentuer son avance avec une autre victoire dimanche sur la route. 

« Il faudra adopter la même attitude pour ressortir de là avec deux autres points importants », affirme Félix Robert.

Chose certaine, la formation de Shawinigan croit en ses chances.

« Le Phœnix est presque arrivé à maturité, alors que nous, on forme la troisième plus jeune équipe du circuit. On avait juste un joueur de 20 ans en uniforme ce soir. On peut d’ailleurs remercier Justin Blanchette d’avoir donné une chance de gagner à notre club. »

Les Cataractes pourront compter sur du renfort dimanche puisque Daniel Renaud a dû se passer des services de Vasily Ponomarev, malade. 

Le Russe de 17 ans devrait toutefois être à son poste pour le match retour dimanche. Une confrontation que Mikael Robidoux espère plus robuste.

« Ce sont de petites erreurs mentales qui nous ont coulés aujourd’hui. Le Phœnix est perçu comme la meilleure équipe de la ligue, c’est le genre de formation qui te fait payer cher chacune de tes erreurs. Son premier trio a été très menaçant ce soir, il faudra trouver une façon de le ralentir dimanche. La meilleure façon, c’est de le frapper. Nous sommes en mesure, comme équipe, de livrer une performance plus physique », promettait l’ex-joueur des Remparts.