Taro Jentzsch et Oliver Okuliar

Le Phœnix ajoute deux joueurs de centre

Le Phœnix a ajouté deux joueurs de centre naturels à son alignement, jeudi matin, en sélectionnant le Slovaque Oliver Okuliar (6’1’, 192 lb) et l’Allemand Taro Jentzsch (6’1’, 170 lb), lors du repêchage annuel des joueurs européens. Sherbrooke repêchait au 25e et au 85e rang.

Le directeur général de l’équipe Jocelyn Thibault est emballé de ces deux additions, qui viendront combler des besoins à l’offensive pour son club.

« Au repêchage des joueurs midgets, et à celui des joueurs européens, notre objectif était d’entrer plusieurs attaquants dans l’alignement, et c’est chose faite. Oliver et Taro sont deux joueurs de centre naturels et ils ont des physiques avantageux. On voulait grossir notre ligne de centre. En séries éliminatoires, c’est toujours bien de pouvoir compter sur des joueurs au gabarit imposant dans le top 6 de l’équipe », a-t-il dit.

Tous les deux âgés de 18 ans, Okuliar et Jentzsch pourraient logiquement disputer les deux prochaines saisons avec le club sherbrookois, si tout se passe bien. Le Phœnix n’a d’ailleurs jamais caché ses intentions d’être parmi les équipes favorites de la LHJMQ lors de la saison 2019-20.

Okuliar était admissible au repêchage de la LNH la semaine dernière, à Dallas, lui qui était classé comme le 66e meilleur espoir en Europe. Il n’a finalement pas trouvé preneur.

Il a toujours été l’un des plus jeunes joueurs de sa formation. Lors du Championnat du monde junior des moins de 18 ans de l’IIHF (International ice hockey federation), Okuliar a inscrit huit points (quatre buts et autant de passes) en seulement cinq matchs pour la Slovaquie. Il a également disputé cinq matchs avec l’équipe nationale de Slovaquie des moins de 20 ans.

En saison régulière, avec sa formation du HK Dukla Trencin U20, il a récolté l’impressionnant total de 64 points en 37 matchs, et le tout aussi impressionnant total de 137 minutes de punition.

« C’est mon adjoint Jean Gagnon qui a eu l’occasion de le voir jouer, lors du Tournoi des cinq nations U18, en Suisse, pendant le temps des Fêtes. Il jouait alors au centre, mais il peut jouer à l’aile aussi. Il n’a pas un super bon coup de patin, mais il avance. C’est un gars robuste, gritty, un vrai attaquant de puissance qui aime jouer dans le trafic pour amasser des points. C’est un cheval. Il se présente à tous les matchs et il travaille fort. On avait une liste de trois ou quatre gars qui nous intéressaient, au 25e rang, et il en faisait partie », a analysé Jocelyn Thibault.

Tout comme Okuliar, Jentzsch devrait lui aussi se trouver une niche dans le top 6 offensif du Phœnix la saison prochaine.

Joueur de centre naturel droitier, il fut le meilleur pointeur de la formation allemande qui a participé au Championnat du monde junior des moins de 18 ans, en division 1A avec un but et six passes en cinq matchs.

« Taro évoluait avec le Red Bull Hockey Akademie en Ligue d’Autriche U18 l’an dernier, où il a amassé 54 points en 40 matchs (18 buts et 36 passes). Il était le premier centre de l’équipe U18 de l’Allemagne au Tournoi des cinq nations U18. Il est capable de jouer aussi bien à l’attaque qu’en défensive et je dirais que c’est davantage un fabricant de jeux. Je crois qu’il va entrer parfaitement dans le système de l’équipe, puisqu’on a plusieurs bons ailiers. Des centres droitiers fabricants de jeux, il n’y en a pas beaucoup », a évalué Jocelyn Thibault.

Ce dernier croit avoir comblé avec succès les départs du Russe Jaroslav Alexeyev et du Tchèque Marek Zachar.

Beau surplus
« Le repêchage européen, c’est loin d’être une science exacte. Il y a tellement de choses qui peuvent changer, à la dernière minute. Toutes les équipes junior au Canada font face à la même situation, c’est comme aller à la pêche dans un étang. Au 25e rang, on n’avait pas le gros bout du bâton, et on devait attendre. Finalement, cinq équipes ont passé leur tour, devant nous, alors on a repêché au 20e rang. Et, chose importante, les deux joueurs sont contents de venir chez nous. »

« On se retrouve donc avec un surplus de joueurs de centre, et c’est mieux comme ça. C’est plus facile de muter un joueur de centre à l’aile que l’inverse. En choisissant deux gars de 18 ans, on voulait des joueurs plus matures qui pourraient contribuer tout de suite. »