La piste d’athlétisme du Stade de l’Université de Sherbrooke ne répond plus aux critères de sécurité de la Fédération québécoise d’athlétisme. Deux compétitions importantes prévues cet été sur cette surface ont été annulées.

Le Ian Hume et les provinciaux annulés

La piste extérieure à revêtement Mondo du Stade de l’Université de Sherbrooke est rendue au bout de sa vie utile. Installée en prévision des Mondiaux jeunesse de 2003, elle a été jugée non conforme pour accueillir le Ian Hume Invitation (16 et 17 juin), de même que les Championnats provinciaux junior, seniors, vétérans et paralympiques, prévus à la fin juillet.

Un dur coup pour le Club d’athlétisme de Sherbrooke (CAS), organisateur de ces deux événements, qui servent aussi de levier financier pour le club.

La décision a été prise à la fin du mois d’avril, par la Fédération québécoise d’athlétisme (FQA), à la suite des recommandations d’un comité composé de représentants de la FQA, de l’Université de Sherbrooke, du CAS et de la compagnie Carpell.

« À la suite du dernier hiver, le constat est que la piste s’est encore détériorée et il a été décidé que les compétitions suivantes ne seront pas sanctionnées et n’auront pas lieu à Sherbrooke à l’été 2018 (...). La FQA lance un appel urgent d’intérêt à organiser les Championnats provinciaux (...). Les crépuscules de lancers et de sauts verticaux (hauteur, perche), pourront avoir lieu à Sherbrooke, l’état de cette partie des installations étant jugée satisfaisante », peut-on lire dans un communiqué émis par la FQA.

L’annulation de la présentation de ces deux compétitions fera un trou dans le budget du CAS, confirme la présidente d’Athlétisme Sherbrooke, Patricia MacAulay.

« En fait, on perd les retombées financières liées à la présentation de ces deux événements, en plus d’avoir à couvrir les frais d’inscription et de déplacement de nos athlètes qui participeront à d’autres compétitions, forcément à l’extérieur de Sherbrooke. Nous n’avons pas le choix de relocaliser leurs épreuves, car plusieurs sont à la recherche de standards d’accès pour des compétitions spécifiques », a-t-elle expliqué.

Construite en 2003, cette installation, unique en son genre au Canada, représente un investissement de 10 millions de dollars. La surface de la piste d’athlétisme de type Mondo A1 est régie par la Fédération internationale d’athlétisme.

La fin annoncée de la durée de vie de la piste extérieure du Stade de l’Université de Sherbrooke n’est pas une nouvelle en soi pour personne.

« On savait que la vie de cette surface était d’environ 15 ans. Déjà, l’an dernier, on savait qu’il y avait une possibilité qu’on doive annuler des compétitions en 2018. On est au Québec, on a des hivers rigoureux ; tant que le dégel n’était pas complété, on ne pouvait pas statuer sur l’état de la piste », a-t-elle expliqué.

Le CAS est le plus important club d’athlétisme au Québec, avec ses 400 membres.

C’est la première fois que la compétition Ian Hume doit être annulée.

« Les entraîneurs poursuivent les séances d’entraînement sur certaines parties spécifiques de la piste. Nos compétitions Crépuscule vont malgré tout avoir lieu et j’estime que nos athlètes ne sont pas lésés par la situation », a poursuivi Mme MacAulay.

Les organisateurs du championnat régional d’athlétisme scolaire, disputé la fin de semaine dernière, ont dû modifier leurs plans et disputer les épreuves de courtes distances au Centre sportif intérieur de l’Université de Sherbrooke, puisque la piste extérieure n’était pas sécuritaire.

La piste et le Stade sont gérés conjointement par l’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke.

Attendre une réponse aux demandes de subventions
En février dernier, la Ville de Sherbrooke a appuyé une demande de subventions faite par l’Université de Sherbrooke pour la réfection de sa piste extérieure.

L’assistance financière espérée s’inscrit dans le Programme de soutien aux installations sportives et récréatives du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

À l’Université de Sherbrooke, le projet consistant à refaire la piste d’athlétisme et à la réfection des fosses du saut en longueur, notamment, est évalué à 4,1 M$, avec une participation de la Ville de 1,025 M$ payée sur 20 ans.

Déjà, au moment du dépôt de la demande, l’hiver dernier, il était acquis que la piste ne se conformait plus afin d’accueillir des compétitions nationales et internationales en raison de son état.

L’Université de Sherbrooke a aussi déposé un autre projet, celui-là pour le stade intérieur, où la surface est décollée sur près de 50 %. La piste d’athlétisme doit aussi être reconfigurée. Aucune participation de la Ville n’est attendue dans ce cas-là.

« Les propriétaires de l’infrastructure sont au courant de la situation ; on n’a pas levé le flag à la dernière minute. Le processus financier est complexe et long. Il faut avoir les moyens de le faire. On est en attente de réponses aux demandes de subventions », a dit Patricia MacAulay.

Déjà, il est avancé que certaines compétitions prévues au calendrier 2019 pourraient être annulées, non seulement à cause des délais de réponses aux demandes financières, mais aussi au calendrier de reconstruction de la piste, le cas échéant.

« On mesure l’impact de tout ça. L’idéal, c’est qu’elle soit refaite, le plus vite possible, et pour 15 autres années, au moins. Je reste positive dans ce dossier, j’ai confiance aux gens qui s’impliquent dans le processus. Je vois mon verre à moitié plein. »