Le Hongrois Kristof Rasovszky, le champion de la Traversée internationale du lac Mégantic 2019, pose ici avec la directrice de course, Alexandra Désilets. Des vagues de trois pieds, au milieu du lac, ont compliqué son travail. Avec son temps de 2 h 6 m 46,3 s, il n’a pas battu le record absolu de la l’histoire de la Traversée, qu’il détient lui-même depuis 2017, qui s’établissait à 1 h 58 m 18,6 sec.

Le Hongrois Rasovszky et les Italiennes Bridi et Bruni gagnent la Traversée internationale du lac Mégantic

Les dénouements spectaculaires, comme dans les bons scénarios de films, n’ont pas manqué à la Traversée internationale du lac Mégantic, samedi après-midi. L’arrivée de la course, qui s’était établie depuis plusieurs années à l’OTJ, est revenue cette année au Parc des Vétérans, pour la 13 édition de l’événement.

Chez les hommes, ils étaient une bonne douzaine de nageurs à terminer la course dans un laps très court de 15,6 secondes. Le Hongrois Kristof Rasovszky a su tirer son épingle du jeu, avec un temps de 2 h 06 m 46,3 s. C’était quand même loin de son record absolu de l’histoire de cette traversée, qu’il avait lui-même établi en 2017, en 1 h 58 m 18,6 sec.

L’Italien Dario Verani l’a suivi de très près, avec un temps de 2 h 06 m 48,1 s. C’est un Canadien qui a terminé troisième, contre toute attente, Hau-Li Fan, 21 ans seulement, à seulement 6,4 secondes du vainqueur.

Chez les femmes, ce fut également très serré, l’arrivée s’effectuant par un peloton de six nageuses, avec seulement 4,5 secondes d’écart entre la première, et la troisième. Les Italiennes Arianna Bridi et Rachele Bruni ont pris les deux premières places, avec des temps respectifs de 2 h 24 m 30 s et 2 h 24 m 32,6. La troisième place a été ravie par la Hongroise Anna Olasz, avec un temps de 2 h 24 m 34,5 s.

Ce sont quand même tous des temps plus longs que ce qui était prévu, comme pour les hommes d’ailleurs, à cause des vagues de trois pieds de hauteur qui ont compliqué de beaucoup la nage, au milieu du parcours. La plupart des nageurs ont fait des commentaires sur les conditions qui ne les avantageaient pas, mais plusieurs ont mentionné vouloir revenir à Lac-Mégantic l’an prochain.

À noter que le gagnant Kristof Rasovszky a remporté le 10 km à Roberval, la semaine dernière, et domine la Coupe du monde de nage en eau libre de la FINA/CNSG.

Les athlètes internationaux étaient tenus de participer, jeudi dernier, au Sprint 1 km qui porte le nom de Xavier Desharnais, pour les mettre rapidement dans le bain et les acclimater au lac Mégantic. Chez les femmes, la logique a été respectée, les trois premières ont été les mêmes que pour l’épreuve principale de samedi.

Pour ce qui est des hommes, Kristof Rasovszky l’a également remporté, devançant l’Espagnol Guillem Pujol Belmonte, deuxième, et Fernando Ponte, du Brésil, troisième.