L'équipe du coach vedette Keith Beloli a fait un retour en force, après 18 ans d'absence, et a remporté la finale de la classe invitation masculine de la Classique Pif. Travis Tucker, le numéro 23, a reçu le titre de joueur le plus utile.

Le grand retour de Beloli

Il a fallu 18 ans à l’entraîneur vedette Keith Beloli pour remettre les pieds au Pif. Mais il ne lui a fallu qu’un grand retour pour remporter le trophée du plus grand tournoi de balle lente en Amérique du Nord... une huitième fois.

Le coach Américain a débarqué en ville avec les Beloli/Smashit Sports/OSS/Yeti, une équipe toute neuve à qui il a visiblement su transmettre son affection pour la Classique Pif. « C’est extraordinaire de revenir après tout ce temps et d’en sortir vainqueur, une huitième fois ! », partage avec excitation M. Beluli, qui s’exprime en anglais. Le coach bien connu au tournoi sherbrookois, qu’il a remporté dès sa première participation, en 1984. S’étant présentée sous plusieurs noms à travers les années, l’équipe de Beloli a toujours su tracer son chemin jusqu’au sommet. On se rappelera d’ailleurs des éditions de 1995 à 2001, où le trophée de lui a échappé qu’une seule fois. 

« Je ne pense pas qu’il y ait une autre équipe qui soit près de cet exploit », ajoute-t-il à propos de sa formation homonyme, basée au Massachusetts. Son secret ? « Des bons joueurs qui travaillent bien ensemble », répond-il.

L’équipe a disputé un match serré contre l’équipe de joueurs étoiles Recrupharm/Rousseau sport, menée par le Sherbrookois David Goulet. Cette dernière a cédé la victoire avec 14 points, soit un seul de moins que la troupe de Beloli. 

Le joueur Travis Tucker, qui a reçu le titre de joueur le plus utile, vivait sa toute première expérience au Pif, à l’instar de plusieurs de ses collègues. « C’est vraiment incroyable ici. Il y a toute une ambiance et énormément de support. On n’a pas ça en Caroline du Nord. » La balle lente n’est pas aussi populaire là d’où il vient, explique celui qui pratique ce sport depuis maintenant 16 ans. C’est un ami qui l’a convaincu de se joindre à l’équipe de Beloli, un entraîneur qu’il qualifie de « très positif ». « Je suis heureux pour lui, je vois à quel point c’est important pour lui d’avoir gagné le tournoi », mentionne celui qui porte le numéro 23. 

un ciel clément pour la dernière journée

Ce n’est qu’une fois les finales terminées que les organisateurs de la Classique Pif Portes Mackie ont pu pousser un soupir de soulagement. Ayant déjà dû annuler les activités et les parties de samedi soir après avoir été frappés par une microrafale, ils ont craint le pire pour la journée de dimanche. Quelques nuages menaçants ont tournoyé autour du parc Quintal, mais sans jamais perturber sérieusement le tournoi.

L'entraîneur Keith Beloli a remporté sa 8e Classique Pif dans la classe invitation hommes.