Zachary Émond a été époustouflant dans la victoire des Huskies mercredi soir à Rouyn-Noranda.

Le conte de fées prend fin à Rouyn

Le Phœnix se présentait à Rouyn-Noranda avec une fiche parfaite en temps réglementaire. Après avoir remporté quelques matchs en prolongation, assisté à des performances titanesques de quelques-uns de leurs joueurs et multiplié les buts en désavantage numérique, cette fois, les Sherbrookois n’ont pas fait de petits miracles. Le conte de fées a ainsi pris fin mercredi soir avec une défaite de 4 à 2.

Les hommes de Stéphane Julien ont pourtant multiplié les attaques en direction de Zachary Émond, la première étoile du match. Mais les 46 tirs vers le gardien des Huskies n’auront pas suffi.

De l’autre côté de la patinoire, Thomas Sigouin a cédé quatre fois sur 23 lancers. En revanche, le gardien n’a pas vu les gros canons de son équipe en faire suffisamment pour gagner ce sixième match de la saison.

« J’ai senti mes joueurs avoir les jambes lourdes lors de la première période, a confié Julien sur le chemin du retour vers Sherbrooke. On a joué à Val-d’Or la veille, on disputait un deuxième match à l’extérieur en autant de soirs après avoir fait une longue route alors que les Huskies, eux, n’avaient pas joué la veille et étaient bien reposés. On a cependant manqué d’opportunisme et en deuxième et troisième période, on a été dominants. Mais Émond a été excellent. Leurs bons joueurs ont été meilleurs que les nôtres ce soir. »

Faux départ

La soirée a bien mal commencé pour le Phœnix. Tristan Gourdeau s’est inscrit à la marque en première période et Tyler Hinam et Vincent Marleau ont triplé l’avance au second vingt : 3-0 Huskies.

Habitué d’amorcer des remontées et de les compléter avec succès depuis le début de la saison, le Phœnix a entrepris ce retour dans le match par le biais de Patrick Guay, qui a touché la cible deux fois au dernier tiers.

Mais Alex Beaucage s’est rapidement chargé de mettre fin aux espoirs des visiteurs en marquant le but d’assurance. Et ce, avec l’aide de Vincent Marleau, qui a contribué aux quatre buts des Huskies.

« Un revirement en zone neutre a malheureusement scellé l’issue de la rencontre. Oui, j’ai senti une certaine fatigue chez mes joueurs, mais je les ai sentis engagés du début jusqu’à la fin. Tout ce que je souhaite voir prochainement, c’est moins de grosses séquences et plus de constance de la part de nos meilleurs joueurs. Je souhaite pouvoir compter sur mes gros canons à chaque match. »

Stéphane Julien aura justement besoin de ses piliers vendredi soir au Palais des sports de Sherbrooke pour reprendre le premier rang de l’Association Ouest, maintenant occupé par les Huskies un point devant Sherbrooke. Car le meilleur espoir du pays, Alexis Lafrenière, sera en ville avec la visite de l’Océanic de Rimouski.