Dave Pichette, ancien défenseur des Nordiques, est persuadé que le Canadien de Montréal a intérêt à faire obstacle au retour de la LNH à Québec.

Le Canadien bloque le retour des Nordiques, croit Dave Pichette

«Il y a des gens qui sont plus ou moins intéressés à ce qu’on revienne dans la ligue, pas tellement loin d’ici.»

Dave Pichette croit que le Canadien de Montréal empêche le retour des Nordiques à Québec, ou du moins en est l’un des principaux freins.

Lui-même un ancien joueur des Nordiques de 1980 à 1984 aujourd’hui président de l’association des Anciens Nordiques, Pichette ne va pas chercher jusque dans les bureaux de la LNH à New York pour trouver le premier blocage à la venue d’une équipe de la LNH dans la capitale. On n’a qu’à chercher à tout juste 250 km d’ici, dit-il.

Le Canadien «a conquis le marché de Québec! C’est un marché pour eux, un marché de bière, un marché pour la téléphonie et toutes sortes de choses. C’est une grosse business», indique celui qui a disputé 322 matchs dans la LNH avec quatre équipes.

«Houston est un nouveau marché, Seattle est un nouveau marché, c’est plus intéressant pour la LNH. Québec n’est pas un nouveau marché, tu divises avec Montréal», constate Pichette. «Autrefois, quand on jouait, il y avait quelques irréductibles, mais aujourd’hui, c’est Canadien partout. Les Nordiques n’existent plus depuis 1995, alors c’est sûr que les jeunes n’ont plus les Nordiques à cœur comme les gens plus âgés.»

Pichette n’est également pas dupe. Il voit bien que les bonzes de la LNH, son commissaire Gary Bettman en tête, ne considèrent pas Québec non plus. «L’intérêt de la LNH n’est pas ici. J’ai toujours pensé que ça passerait plus par un transfert qu’autre chose, dans une situation où ils seraient mal pris. On a un amphithéâtre, on a un propriétaire potentiel qui attend et qui a fait ses devoirs, alors il reste à avoir une volonté de la ligue.»

L’éternel plan B

Son ancien coéquipier chez les Nordiques, Alain Côté (1977 à 1989) va dans le même sens. «Si quelque chose arrive, ce sera une relocalisation, tout simplement. On a tout ce qu’il faut, mais veulent-ils venir chez nous? Ça, c’est une autre histoire. On sera toujours un plan B», résume l’ailier célèbre pour son but refusé, disant néanmoins ne pas avoir abdiqué sur un éventuel retour des Nordiques.

Un autre ancien bien aimé du public, Marc Tardif (1974 à 1983) continue de son côté de prôner patience et optimisme. «Faut être patient comme Winnipeg l’a été et ils ont eu leur équipe. Québec, c’est une question de temps aussi et ça va se faire», souhaite l’auteur de 1067 points en 963 matchs combinés dans la LNH et l’AMH.

Les Anciens Nordiques tenaient jeudi leur tournoi de golf annuel. L’événement a permis d’amasser 72 000 $ au profit de la Fondation Maurice-Tanguay, qui vient en aide aux enfants malades et handicapés de l’Est du Québec.

L’association des Anciens Nordiques compte une soixantaine de membres, dont certains étaient présents au club de golf Lorette. Les Pichette, Côté, Tardif, André Savard, Tardif, Marc Fortier, Pierre Lacroix et compagnie ont croisé pour l’occasion quelques joueurs actuels de la LNH, tels Patrice Bergeron (Boston), Marc-Édouard Vlasic (San Jose) et Jonathan Marchessault (Las Vegas), et Mikhail Grigorenko (KHL). Des membres des Remparts, des Capitales, du Rouge et Or football et de l’Océanic de Rimouski étaient aussi de la partie.

+

BERGERON EN CONVALESCENCE

Patrice Bergeron se dit un piètre joueur de golf. De toute façon, il ne pouvait pas jouer jeudi à l’Omnium des Anciens Nordiques, au club Lorette. Le joueur de centre de bientôt 33 ans des Bruins de Boston se remet d’une opération à l’aine, il y a trois semaines, et ne reprendra l’activité physique qu’en août. Il s’agit d’une blessure que Bergeron traîne depuis le début de la dernière saison et qui l’a rattrapé durant les séries. Bien qu’il n’ait raté qu’un seul match éliminatoire, en première ronde contre Toronto, et ce dû à une blessure au haut du corps. «Ma réhabilitation se déroule bien, lentement, mais sûrement», a-t-il affirmé jeudi. «Je vais être remis à temps pour le camp présaison, mais ce sera de la remise en forme plus qu’à l’habitude, parce que je n’aurai pas eu autant le temps de patiner et de m’entraîner.»

+

FLEURY ET PERREAULT AU PROAM

Le ProAm Gagné-Bergeron ajoute Marc-André Fleury, des Golden Knights de Las Vegas, et Mathieu Perreault, des Jets de Winnipeg, dans l’alignement pour son match caritatif annuel du 9 août. Vingt pros actuels ou retraités feront équipe avec 22 joueurs amateurs pour cet événement qui sert de collecte de fonds à cinq organismes de bienfaisance. Les frères Malcom (Las Vegas) et Jordan Subban (Los Angeles) seront de la partie — les organisateurs attendent la réponse de P.K. Subban (Nashville), l’aîné du clan —, tout comme bien sûr les présidents d’honneur Patrice Bergeron (Boston) et Simon Gagné, Marc-Édouard  Vlasic (San Jose), Vincent Lecavalier, Alex  Chiasson (Washington), Philipp  Danault (Montréal), Yanni  Gourde (Tampa Bay), Jonathan  Huberdeau (Floride), Brad Marchand (Boston), Jonathan Marchessault (Las Vegas), Martin St-Louis, David Savard (Columbus), Mark Barberio (Colorado) et Antoine  Vermette (Anaheim). Un spectacle du groupe rock Simple Plan clôturera la soirée.