Le Cactus espère faire encore mieux

Il y a longtemps que le Cactus de Victoriaville a été aussi confiant quelques semaines avant le début de la saison de la LBMQ. La troupe de Marc-André Jodoin a pris le premier rang de sa division l'an dernier et espère maintenant se frayer un chemin jusqu'en grande finale.
« Quand on a une année comme ça, c'est sûr qu'on veut répéter, lance le directeur général de la formation, Jonathan Camiré. On réalise qu'on a le potentiel pour faire encore mieux. On souhaite se rendre en finale cette fois. Il faudra travailler fort ».
Il faut dire que le Cactus a de quoi espérer pour 2015 puisque tous les joueurs de la dernière édition seront de retour, il s'agit d'un phénomène plutôt rare dans le Circuit.
« L'équipe est de retour au grand complet. Pour moi, c'est la preuve que les gars ont apprécié leur saison l'an dernier à Victoriaville. Nous avons développé un bel esprit d'équipe, nous avons un esprit de famille. Les gars se sont parlé au cours de l'hiver et ils ont juste hâte de revenir jouer ensemble », témoigne le DG.
En plus de compter sur ses effectifs de 2014, l'entraîneur Jodoin verra s'ajouter à son alignement le choix de première ronde du dernier repêchage, Julien Bélanger. Véritable marchand de vitesse, il évoluera au deuxième coussin et prendra le premier rang dans l'alignement des frappeurs. Afin de lui faire une place en défensive, le vétéran Jean-François Béliveau sera muté au premier coussin.
Pas de renfort pour Francis Michel
Le Cactus espérait bien pouvoir compter sur le choix de deuxième tour René-Dave Pelchat pour épauler Francis Michel au monticule, mais il a plutôt décidé de poursuivre sa carrière en Belgique. Le joueur le plus utile de la dernière année sera donc appuyé des mêmes artilleurs que l'an dernier et on souhaite qu'ils prennent davantage de place.
« Didier Landry, Nicolas Doyon et Mathieu Bernard devraient disputer plus de matchs cette année. Ces gars-là ont quelques saisons derrière la cravate et on souhaite les voir s'établir comme des lanceurs numéro 2 ou 3 dans le circuit senior élite. C'est sûr qu'on ne peut pas donner une charge de travail aussi grande à Francis Michel », ajoute Camiré.