Lors de la saison 1999-2000, les Cantonniers ont remporté leur premier trophée Jimmy-Ferrari comme grands vainqueurs de la LHMAAAQ. Ils ont vaincu le Collège Charles-Lemoyne en finale, en cinq parties, dont la dernière, à l’aréna de Magog.
Lors de la saison 1999-2000, les Cantonniers ont remporté leur premier trophée Jimmy-Ferrari comme grands vainqueurs de la LHMAAAQ. Ils ont vaincu le Collège Charles-Lemoyne en finale, en cinq parties, dont la dernière, à l’aréna de Magog.

Le 5 avril 2000, les Cantonniers signaient un premier championnat    

Il y a 20 ans, le 5 avril 2000, les Cantonniers de Magog remportaient un premier championnat dans la LHMAAAQ pour la première fois dans leur histoire. Une conquête qui sera suivie, quelques semaines plus tard, par leur seul titre canadien. Petit retour dans le temps.

Le temps était aux réjouissances et aux célébrations, il y a exactement 20 ans à Magog et en région. Le 5 avril 2000, les Cantonniers de Magog s’installaient comme les nouveaux champions des séries de fin de saison de la Ligue midget AAA du Québec (LHMAAAQ). Il s’agissait d’une première dans l’histoire de la concession. L’attente avait duré 21 ans.

À croire que le tournant du nouveau millénaire s’était avéré le remède aux malheurs des années précédentes pour les Cantonniers, qui avaient frappé à la porte à plusieurs reprises sans parvenir à soulever la coupe Jimmy-Ferrari.

En grande finale, les Cantonniers de l’entraîneur-chef Mario Durocher avaient disposé des Riverains du Collège Charles-Lemoyne en cinq parties. 

Une finale à première vue plus facile que les deux séries précédentes, alors que les Magogois avaient donné des sueurs froides à leurs partisans et entraîneurs, en ayant besoin de sept parties pour éliminer les Commandeurs de Lévis (aujourd’hui appelés les Chevaliers) puis les Gouverneurs de Sainte-Foy (aujourd’hui le Blizzard du Séminaire Saint-François).

Face à Lévis, les Cantonniers s’étaient placés en fâcheuse posture en se retrouvant en déficit 2-3 dans la série. Contre Sainte-Foy, en demi-finale, les Cantonniers avaient échappé une avance de 3-1 pour laisser leurs rivaux forcer la présentation d’un match décisif.

Pour en revenir à la finale, les Cantonniers savouraient du même coup une douce revanche sur le Collège Charles-Lemoyne, qui avait triomphé de la troupe magogoise en sept rencontres deux ans plus tôt en finale.

Quelques semaines plus tard, les Cantonniers étaient consacrés champions canadiens en enlevant la coupe Air Canada (maintenant appelée coupe Telus) à l’aréna Maurice-Richard. 

Le Québec, plus précisément Montréal, avait été désigné pour présenter le championnat canadien en 2000. C’est le seul titre canadien amassé par les Cantonniers dans leur histoire. Depuis, on le sait, les Magogois ont mérité deux fois l’argent, en 2018 et 2019.

Des entraîneurs de carrière

Ce qui frappe l’imaginaire lorsqu’on se remémore cette édition des Cantonniers de l’an 2000, c’est de constater la qualité des entraîneurs en place. Mario Durocher était entouré de ses adjoints Judes Vallée et Martin Bernard derrière le banc, alors que les gardiens de but avaient été confiés à un certain Stéphane Waite.

Tous ces hommes de hockey sont encore actifs en 2020 et leur feuille de route est plutôt impressionnante.

Les Cantonniers pouvaient compter sur un personnel d’entraîneurs qui est encore actif aujourd’hui, à différents niveaux du hockey. De gauche à droite : Mario Durocher, Judes Vallée, le gérant Guy Labbé, Martin Bernard, le préposé Patrick Bergeron, le soigneur Daniel Dicaire, ainsi que Stéphane Waite.

« On s’entendait comme larrons en foire! Les quatre ensemble, on ne faisait qu’un. Cela nous a marqués. Nous sommes tous demeurés très proches. Ce qui est moins connu, c’est toute l’équipe de spécialistes, chacun dans sa sphère, que nous avions réunie autour des joueurs. Je pense à Maryse Perreault, Jean Laroche, Serge Dubord, Jean-Pierre Lemelin, Rémi Bissonnette et le docteur Nadon », mentionne Mario Durocher, en entrevue avec La Tribune, tout en ajoutant qu’il ne se souvenait pas, dans sa longue carrière, d’avoir été aussi bien entouré en même temps à la barre d’une équipe.

Vingt ans plus tard, on réalise que les entraîneurs des Cantonniers lors de la saison 1999-2000 sont davantage connus des amateurs que les joueurs eux-mêmes, qui avaient pourtant formé l’équipe numéro un, non seulement au Québec, mais aussi au Canada.

D’ailleurs, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, aucun porte-couleurs de cette équipe championne n’a réussi à atteindre la Ligue nationale de hockey (LNH).

Le gardien Maxime Daigneault a été le seul repêché, soit par les Capitals de Washington (choix de 2e ronde, 59e au total, en 2002). En comparaison, deux joueurs du Collège Charles-Lemoyne, adversaires des Cantonniers en finale québécoise, ont connu une longue carrière dans la LNH, soit Pierre-Marc Bouchard et Pierre-Alexandre Parenteau.

« Le talent seul ne suffit pas pour acheter un championnat. On alignait des gars qui avaient gagné ailleurs avant de se présenter à Magog, des guerriers, des plombiers de luxe, d’autres plus talentueux, des joueurs robustes, avec un bon gabarit, et surtout un esprit d’équipe à l’épreuve de tout. C’est ce qui nous a permis de gagner notre tout dernier match de l’année, le rêve de tout entraîneur », a fait valoir celui qui pilote maintenant le Titan d’Acadie-Bathurst dans la LHJMQ.

Une édition unique

Les Didier Bochatay, François Fillion, Benoît Duhamel, Pierre Morvan, Maxime Daigneault, joueur par excellence des séries, Francis Trudel, Mathieu Brunelle et Mathieu Beaudoin, pour ne nommer que ceux-là, avaient quand même réussi à monopoliser l’attention chez les Cantonniers.

« On avait un groupe tellement uni, fait valoir le capitaine des Cantonniers à l’époque, François Fillion. Nous avions des gars talentueux dans l’alignement, mais personne ne brûlait la ligue.

C’est notre efficacité à travailler ensemble qui faisait la différence en fin de compte. Personne ne se jalousait. Si vous ajoutez à cela qu’on avait le meilleur personnel d’entraîneurs de la LHMAAAQ, on pouvait difficilement échouer! J’aimais l’énergie de Mario Durocher et de tous ses adjoints. Leur façon de nous préparer était unique. Ils n’oubliaient aucun détail. »

Mario Durocher a côtoyé le succès durant sa carrière, gagnant la coupe du Président à deux reprises dans la LHJMQ, sans oublier une médaille d’argent au Championnat mondial junior (en 2004 en Finlande). Néanmoins, il n’hésite pas à placer la saison 1999-2000 parmi ses plus beaux souvenirs depuis qu’il est associé au hockey.

« On avait un groupe formidable, unique. Des jeunes très matures et adultes avant leur temps. Je pourrais écrire un livre sur ces huit mois de hockey. Il y aurait tellement de choses à raconter sur notre retraite fermée, la visite de Jacques Demers, notre rituel avec des chandelles, et j’en passe! Ma bague de la coupe Air Canada a autant d’importance et de signification pour moi que les autres accumulées dans ma carrière. Ce serait tellement plaisant de se retrouver tous ensemble pour se remémorer nos souvenirs », a relaté avec le sourire Mario Durocher.

Martin Bernard, l’un des adjoints de Durocher, a le mot de la fin.

« Ce fut une saison mémorable à tous les points de vue. Les entraîneurs étaient soudés, les joueurs aussi. Le courant passait extrêmement bien entre les entraîneurs et les joueurs. Nous n’étions pas les plus talentueux et sûrement pas les favoris, mais cela n’allait pas nous ralentir, nous arrêter. Il y a des liens qui soudent les équipes championnes et ces liens traversent les années sans altérer nos souvenirs. »

Judes Vallée et Mario Durocher, derrière le banc des Cantonniers de Magog.

Alignement Cantonniers de Magog 1999-2000

Gardiens

Mathieu Audet
Maxime Daigneault

Défenseurs

Tommy Lafontaine
Didier Bochatay
Hugo Beaudet
Patrick Gosselin
Francis Trudel
Maxime Isabel

Attaquants

Érik Desrosiers
Benoît Duhamel
François Fillion
Mathieu Beaudoin
Pierre Morvan
Mathieu Brunelle
Steven Bertrand
Rémi Bergeron
Thierry Poisson
Simon Saint-Pierre
Gaby Beaudet

Entraîneur-chef 

Mario Durocher

Entraîneurs adjoints

Judes Vallée
Martin Bernard

Entraîneur des gardiens

Stéphane Waite

Gérant

Guy Labbé