Julien Paillé célèbre après le deuxième but marqué par les Cantonniers.

Laval-Montréal s’ajoute à la liste des victimes des Cantonniers

Le Rousseau-Royal de Laval-Montréal s’ajoute à la liste des victimes des Cantonniers de Magog. Les deux formations s’affrontaient pour la première fois de la saison à l’aréna de Magog et les protégés de Félix Potvin ont savouré un gain de 2-1.

Les locaux ont inscrit leurs deux buts à la période médiane. Émile Gadoury, sur une échappée, a tout d’abord lancé les Cantos en avant. Vers la fin de l’engagement, profitant d’une belle percée d’Olivier Lamothe, Julien Paillé a sauté sur une rondelle libre alors qu’il y avait mêlée devant le filet pour faire 2-0. Le but a été attribué à Olivier Lamothe, mais les 477 spectateurs assis dans les gradins ont bien vu que Paillé avait poussé le disque dans le fond du filet. La correction sera certainement apportée dans les prochaines heures.

Si les Cantonniers avaient donné rien de moins qu’une clinique de hockey au Rousseau-Royal dans les 20 premières minutes, le vent a tourné par la suite. Les visiteurs ont même limité les champions en titre de la Ligue midget AAA à 11 petits lancers dans les 40 dernières minutes. Du jamais vu cette saison à l’aréna de Magog.

Le cerbère Rémi Delafontaine a eu à se surpasser à plusieurs occasions devant la forteresse magogoise pour protéger la maigre avance des siens. Le gardien de 15 ans a perdu son blanchissage dans la 56e minute alors que les Magogois se défendaient à court d’un joueur. Laval-Montréal a de nouveau déployé son attaque à cinq quelques instants plus tard, mais cette fois les Cantonniers ont résisté.

En demi-teinte

On peut parler d’une victoire en demi-teinte pour les Magogois. « On a bien amorcé le match, mais Laval-Montréal n’a jamais abandonné. Il faut leur donner crédit. Ils ont des joueurs très habiles en attaque. Ce n’était pas facile », a commenté Delafontaine.

Olivier Lamothe n’était pas fâché d’avoir enfin noirci la feuille de pointage. « Surtout que c’est dans une cause gagnante. Ça faisait huit parties que j’étais blanchi de la feuille de pointage. Ça commençait à me jouer dans la tête même je ne me laissais pas déconcentrer pour autant. Je travaillais plus fort défensivement. Je m’étais dit que je devais créer des chances de marquer à mes compagnons de ligne contre Laval-Montréal. Je crois y être parvenu », explique le diminutif Cantonnier.

Dans son bureau, Félix Potvin était conscient qu’il n’avait pas été témoin du meilleur hockey des siens dans les deux dernières périodes. « On venait de disputer quatre périodes presque parfaites en tenant compte de notre match de vendredi. On en demande beaucoup aux gars. Il y a eu une petite baisse de régime pour finir cette partie. Les punitions n’ont pas aidé. Merci à Rémi qui a encore été brillant. Nos deux gardiens nous donnent constamment une chance de gagner », a confié Potvin.

Les Cantonniers demeurent au premier échelon du classement général avec quatre points d’avance et une partie en main sur Gatineau.