Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Jérôme Gaudreau
Tomas Tatar, qui discute ici avec son nouveau coéquipier Corey Perry, mènera-t-il encore une fois l’attaque du CH? Les candidats au poste de champion marqueur sont nombreux cette saison chez le Canadien.
Tomas Tatar, qui discute ici avec son nouveau coéquipier Corey Perry, mènera-t-il encore une fois l’attaque du CH? Les candidats au poste de champion marqueur sont nombreux cette saison chez le Canadien.

L’attaque : Le point d’interrogation

Article réservé aux abonnés
Chronique / François Legault l’a dit en conférence. Le divertissement à la télé en temps de pandémie est essentiel. Le Canadien de Montréal lancera enfin sa saison et les Québécois, en confinement complet, seront nombreux à l’appuyer devant leur petit écran. Mais se divertir en appuyant une équipe perdante... on a déjà vu mieux comme divertissement. La bonne nouvelle est que le CH possède de bonnes munitions cette année pour rivaliser face aux autres équipes canadiennes. Devant les buts et à la défensive. Le point d’interrogation : l’attaque.

Ça ne sert à rien de comparer l’offensive du Tricolore à celle des autres formations du Canada. Le CH n’est pas du tout bâti comme les Canucks, les Flames, les Oilers, les Jets ou les Maple Leafs. 

En fait, il n’y a que les Sénateurs qui possèdent à première vue une attaque moins dangereuse que celle du Canadien dans sa division.

Les différents médias du Groupe CN2i, dont La Tribune, ont d’ailleurs dévoilé les résultats de la très attendue Liste des listes ce samedi. 

Le meilleur pointeur de la formation montréalaise selon la moyenne des projections de quatre sites de références chez les poolers? Tomas Tatar.

Nick Suzuki le suit. Drouin, Gallagher et Toffoli terminent le top 6.

Pas de Connor McDavid et Leon Draisaitl avec 115 et 108 points par saison normale de 82 matchs chez les Oilers. Pas d’Elias Petterson comme à Vancouver. Auston Matthews et Mitch Marner sont à un autre niveau chez les Leafs comparativement à Tomas Tatar. Mark Scheifele et Kyle Connor aussi à Winnipeg. Et Montréal n’a pas de Johnny Gaudreau non plus.

Imaginez. Tatar se trouve au 63e rang des meilleurs pointeurs selon les projections. Il y a 31 équipes. Un peu troublant de penser que Marc Bergevin pense pouvoir aller loin avec comme leader offensif le 63e meilleur pointeur du circuit. 

La profondeur pourrait toutefois faire la différence. Rarement j’ai vu une attaque aussi bien balancée. 

Trois trios pouvant contribuer largement. Des défenseurs comme Jeff Petry et Shea Weber qui s’impliquent à l’attaque. L’offensive du CH proviendra en partie de la défensive, qui aura son mot à dire dans la production du CH. 

Reste à voir maintenant si la défensive fera le poids face aux gros canons des formations canadiennes. Carey Price pourrait justifier les quelque 10 M$ qu’il reçoit maintenant en salaire chaque année.

À la recherche du leader offensif

Ce qui est fascinant cette saison chez le Canadien, c’est que les possibilités sont nombreuses lorsque vient le temps de prédire le champion marqueur de l’équipe. 

Tatar aura de la compétition cette année. Il ne perdra peut-être pas son titre, mais Suzuki chauffera le vétéran. 

Kotkaniemi demeure le négligé. Selon son utilisation, le jeune attaquant du CH pourrait connaître une ascension fulgurante cette saison. Je n’hésite pas à l’inclure dans les candidats de choix. 

Quel type de contribution offrira Toffoli? Gallagher? Anderson? 

Est-ce que Jonathan Drouin explosera enfin et saura passer au niveau suivant en profitant de bons partenaires de trio? Il a tous les outils pour mener l’attaque. La constance sera la clef dans son cas. 

Finalement, Phillip Danault s’est retrouvé tout juste derrière Tatar au classement la saison dernière. Est-ce qu’il demeurera au sein du top 6 cette fois?

En parcourant les alignements projetés de chaque équipe de la même division que le Canadien, on se rend compte que rares sont les équipes pouvant compter sur autant de profondeur que le Tricolore. 

Celle des Maple Leafs est impressionnante. Mais sinon... 

C’est donc sur cette fameuse profondeur que Marc Bergevin a misé. Autant à l’attaque qu’à la défensive. Même devant les buts, grâce à l’arrivée de Jake Allen. Reste à voir si la stratégie sera bonne.

La Coupe à l’Avalanche

Si je doute que la profondeur du Canadien puisse ramener une Coupe Stanley à Montréal cette année, je crois tout de même qu’elle risque d’offrir tout un spectacle. 

McDavid ne trouvera peut-être pas que le Canadien est difficile à affronter. Le trio de Petterson non plus. Mais le coéquipier de ce dernier, Nils Hoglander qui évolue sur la deuxième ligne, risque de trouver la saison longue lorsqu’il sera constamment confronté aux trois bons trios du Canadien. 

C’est là que le Canadien gagnera ses points. Tout comme l’Avalanche d’ailleurs.

Parlons-en. Au Colorado, l’avenir est prometteur. Et le présent l’est tout autant. 

Deux trios des plus dangereux. Deux autres de soutien qui sont à envier. Une jeune défensive remplie de talent. 

Si ses gardiens de but peuvent tenir le coup cette année, l’Avalanche refera vivre de mauvais souvenirs aux partisans des Nordiques. 

Chers amateurs du CH, ce n’est donc pas pour cette année, la Coupe Stanley.

La fenêtre d’opportunité est toutefois bien présente, mais la Coupe s’en va dans les montagnes du Colorado. Là où il n’y a aucun point d’interrogation à l’attaque, grâce à la présence de deux des dix meilleurs attaquants du circuit.