Lors d'un récent match contre les Olympiques de Gatineau, Daniel Audette tente d'échapper à Jake Coughler.

L'attaque du Phoenix signée Audette

À l'heure où le Phoenix recherche presque désespérément des points au classement, au moment où les vétérans gardiens ont réussi au cours des derniers matchs à tenir leur bout derrière une jeune défensive, l'attaque n'arrive que péniblement à marquer quelques rares buts qui sont loin de suffire à garantir une victoire.
Vendredi encore, l'entraîneur Judes Vallée le faisait remarquer à l'issue de l'entraînement quotidien : «Même à trois contre un, on a de la misère à compter!»
En fait, au cours de ses sept derniers matchs où il a connu autant de revers, le Phoenix n'a marqué que 13 buts, soit moins de deux buts par match. Ce qui ne laisse pas beaucoup de marge de manoeuvre à ses gardiens. Et ces 13 buts englobent les trois filets réussis en avantage numérique... soit 3 en 31 occasions de jouer en supériorité numérique.
Où serait le Phoenix sans l'apport de Daniel Audette, son maître d'oeuvre en attaque? Dans cette difficile période, Audette a récolté deux buts et cinq mentions d'assistance, participant à plus de la moitié des buts marqués par son équipe, 7 sur 13.
Audette est en train de donner raison au Phoenix d'en faire son tout premier choix à son entrée dans la LHJMQ. Malgré sa petite taille et ses 17 ans, il est déjà un joueur dominant dans le circuit junior québécois. Lui, qui avait récolté 35 points à ses 35 premiers matchs de la saison, en a amassé 28 à ses 20 derniers matchs, dans une période où le Phoenix n'a récolté que trois victoires.
Il attribue une part de ses récents succès au temps de jeu qu'il obtient. «C'est certain que ça y est pour quelque chose», confie le jeune attaquant qui ne semble jamais manquer d'énergie. «Judes contrôle bien mon temps de jeu et ne me laisse pas sur la glace au point de m'épuiser. Je me prépare aussi en conséquence en prenant soin d'être bien hydraté avant le match.»
Un homme heureux
À sa seconde saison dans la LHJMQ et à son année de repêchage, Daniel Audette se dit satisfait de ses statistiques offensives : 15 buts et 48 mentions d'assistance pour 63 points, une production qui lui permet de se maintenir parmi les 15 meilleurs marqueurs du circuit Courteau. «Je suis satisfait des 48 passes, mais j'aurais pu avoir plus de buts.»
Sa production offensive a évolué depuis son année dans la Ligue midget AAA du Québec où il était davantage un buteur qu'un fabricant de jeux. «J'ai changé et je pense que cela peut m'aider dans ma carrière de hockeyeur si j'arrive à démontrer que je suis en mesure d'aider mes coéquipiers à marquer.»
Alors que certains ralentissent lorsqu'on ajoute une lettre à leur chandail, Audette a poursuivi dans la même voie depuis que le Phoenix l'a promu au rang d'assistant-capitaine à la mi-janvier. En 10 rencontres depuis, il totalise 12 points, soit trois buts et neuf mentions d'assistance. «Pour moi, ce n'est pas une pression supplémentaire, c'est davantage une source de motivation parce que j'en suis vraiment fier.»
Judes Vallée trouve lui aussi que cette nouvelle responsabilité semble avoir motivé Audette, mais il attribue davantage ses succès à une nouvelle attitude. «Daniel est beaucoup plus positif dans ce qu'il fait et ça paraît partout, même dans sa façon de contrôler le jeu sur la patinoire.»
Ce soir, Daniel Audette retourne dans son patelin, à Blainville, où le Phoenix a rendez-vous avec l'Armada, une formation qui lui a souvent donné du fil à retordre, mais qu'il a vaincue, 4-3, lors de sa dernière visite au Palais des sports.
Le vétéran Maxime Lagacé devrait retourner devant le filet du Phoenix si Judes Vallée demeure fidèle à sa politique voulant que tant qu'il gagne, un gardien ne soit pas délogé. Lagacé et Desrosiers se partagent donc le travail à tour de rôle ces temps-ci... Cette rencontre marquera aussi le retour au jeu de Simon Desbiens qui a complété sa suspension de quatre matchs pour mise en échec par-derrière.