Rémi Delafontaine se plait dans un équipement de gardien de but et ne regrette pas du tout son choix.

L’attaquant converti en gardien

Rémi Delafontaine ne s’est pas questionné longtemps s’il avait pris la bonne décision en bas âge en délaissant la position d’attaquant pour celle de gardien de but. Huit ans plus tard, à l’âge de 15 ans, Delafontaine est l’un des deux cerbères des Cantonniers de Magog dans la Ligue midget AAA du Québec.

C’est en voulant imiter son père Martin, ancien gardien de but, que Rémi Delafontaine, alors âgé de six ans, a décidé de porter le lourd équipement de gardien. « C’est encore frais à ma mémoire. C’était avec l’organisation des Mineurs de Sherbrooke-Ouest et on pouvait louer de l’équipement de gardien pour nous donner la chance de jouer à cette position. Après seulement trois parties à ma deuxième année dans le hockey je ne voulais plus rien savoir de rester à l’avant. Ç’a été facile de convaincre mes parents, car ils m’ont rapidement acheté tout ce dont j’avais besoin pour jouer à la position que je préférais de loin. Je suis donc un ancien attaquant converti en gardien », explique Delafontaine.

Ce dernier ne s’est jamais remis en question. « J’ai toujours trouvé plus valorisant arrêter l’adversaire au lieu d’aller marquer des buts ou en préparer. Je me plais dans ce rôle. Je gère assez bien la pression qui vient avec », d’enchaîner l’athlète de Sherbrooke, plus précisément de l’arrondissement Bromptonville.

Retrouver son entraîneur

Après avoir gardé les filets des Harfangs bantam AAA de Sherbrooke (Triolet) la saison dernière, Delafontaine avait comme seul objectif de passer à l’étape suivante et de faire le saut dans le midget AAA avec les Cantonniers. « J’ai trimé dur tout au long de l’été. Les deux postes étaient ouverts, car les Cantonniers avaient perdu leurs deux gardiens. Je ne tenais rien pour acquis, mais c’est clair que j’avais les yeux sur un des deux postes. Je ne voulais pas attendre d’avoir 16 ans pour graduer avec les Cantonniers », mentionne Rémi Delafontaine.

À Magog, ce dernier a aussi retrouvé en Alex Carrier son ancien entraîneur de gardien lorsqu’il évoluait atome BB. « C’est un drôle de hasard. Alex a fait ses preuves comme entraîneur des gardiens et l’avoir à mes côtés est rassurant », précise Delafontaine qui n’a pas raté son entrée dans le circuit Lévesque.

Avant les matchs du week-end, la recrue des Cantos affiche la meilleure moyenne de buts alloués de la ligue à 1,25. Il est aussi comeneur avec Nicolas Ruccia de Laval-Montréal pour le nombre de victoires, soit quatre, tandis qu’il vient au troisième rang pour le pourcentage d’efficacité qui s’établit à .940.

« Je ne juge pas mon travail et mon efficacité à partir de mes statistiques personnelles qui ne font pas nécessairement de moi un bon gardien. J’ai quelque chose à améliorer chaque fois que je prends place entre mes poteaux et cela ne passe pas par des chiffres. En réalité, je suis plus content de mes progrès réalisés depuis le début de la saison que mes chiffres personnels », fait valoir le gardien de cinq pieds 11 pouces.

Si la marche est haute entre le bantam AAA et le midget AAA, force est de reconnaître que Delafontaine s’adapte à un bon rythme. « En début de saison, les jeux autour de moi me donnaient un peu de fil à retordre. Je n’étais pas habitué dans les rangs inférieurs à autant de trafic autour de mon filet et des gars costauds en plus qui sont maîtres dans l’art de te voiler la vue. C’est le plus gros ajustement que j’ai eu à faire », confie Delafontaine.

Ce soir, Rémi Delafontaine et ses coéquipiers des Cantonniers seront les hôtes des Gaulois de Saint-Hyacinthe à 19 h à l’aréna de Magog.