Patrick Guay, Alex-Olivier Voyer, Félix Robert et Bailey Peach arborent fièrement leur nouvelle coupe de cheveux des séries éliminatoires.

L’art de gagner en séries

Patrick Guay a vécu un réel conte de fées l’an dernier à pareille date avec les Cantonniers de Magog. Après avoir tout raflé dans le circuit midget AAA, le Magogois s’est rendu aux Nationaux pour finalement perdre en finale avec son ex-capitaine et coéquipier actuel chez le Phœnix, Jérémy Rainville. La recrue espère revivre ce même succès, mais dans la LHJMQ cette fois.

« Jérémy et moi, on s’est rendus loin en séries l’année dernière et on tentera de refaire les mêmes choses qui ont aidé notre équipe à connaître autant de succès en séries. En même temps, c’était dans le midget, là on joue dans le junior majeur, c’est différent. Entre autres parce que les séries seront plus longues, puisqu’il n’y a pas de 3 de 5 comme dans le midget AAA. Pour être franc, on se souvient à quel point c’était le fun à Magog et on a hâte tous les deux à la série contre l’Armada. »

C’est ce vendredi soir au Palais des sports que ce duel de première ronde débutera.

« J’ai hâte de voir la ferveur des séries à Sherbrooke, a confié Patrick Guay lors du 5 à 7 d’avant-séries tenu mardi soir. Déjà ici au restaurant Normandin, on ressent la fièvre des séries grâce à la présence de tous ces partisans. On sait par contre que tout dépend de nous. À Magog, plus on gagnait, plus les amateurs nous suivaient et nous appuyaient. »

Tout peut arriver, croit Voyer

Le Sherbrookois Alex-Olivier Voyer vivra aussi une première expérience de séries en terres sherbrookoises après avoir joué durant trois ans à Rimouski.

« J’ai hâte de disputer mes premières séries avec le Phœnix, explique le vétéran de 19 ans. J’ai déjà une certaine expérience avec l’Océanic et je tenterai de la partager avec les autres. Les séries, c’est la meilleure période de l’année au hockey. C’est là que ça compte on attend ce moment depuis le début de la saison. Tout devient plus important en séries et pour moi, c’est comme si je revenais dans le temps du hockey mineur: je représente ma ville et je veux l’amener le plus loin possible! »

La clef du succès

Les deux joueurs locaux du Phœnix ont leur propre théorie expliquant le succès en séries.

« Tout peut survenir durant les éliminatoires, estime Patrick Guay. C’est pour cette raison que l’on croit en nos chances non seulement de pouvoir battre l’Armada, mais aussi de vaincre les équipes suivantes. On le sait, les Voltigeurs forment tout un club et on pourrait les affronter en deuxième ronde. On se concentre d’abord sur la première ronde, mais on ne commence pas les séries en pensant que notre groupe ne pourra pas aller plus loin que le deuxième tour. On fera tout pour se rendre en deuxième ronde au moins et on sait que rien n’est gagné d’avance contre l’Armada. »

« La clef dans les séries, c’est de garder notre niveau énergie pas trop bas après une défaite et trop haut après une victoire, avance Voyer. On doit croire en nos chances peu importe les circonstances. À Rimouski l’an dernier, on était au troisième rang et on a perdu contre la 14e meilleure équipe du circuit. Tout peut survenir. On se bat pour notre survie. On ne peut pas prendre personne à la légère ou penser que c’est perdu d’avance contre un autre adversaire. »

Pour Patrick Guay, la chimie d’équipe est un élément à ne jamais négliger.

« On formait tellement un groupe soudé à Magog. On était toujours ensemble. Tous les coéquipiers étaient tissés serré et on voulait gagner l’un pour l’autre. On s’aimait beaucoup et on retrouve le même genre de groupe cette saison chez le Phœnix. C’est pour cette raison que notre club pourrait faire longue route lors des éliminatoires. On voit parfois la vraie nature d’un joueur en séries. Ce n’est pas rare de voir un joueur lever son niveau de jeu d’un cran en séries. Ce n’est pas toujours un joueur étoile. J’espère que cette magie se formera au sein de notre groupe cette année! » conclut Patrick Guay.

Deux anciens membres de l’Armada, Ryan DaSilva et Michael Kemp.

DaSilva et Kemp en territoire connu

Deux anciens membres de l’Armada reverront leurs ex-coéquipiers en affrontant Blainville-Boisbriand au premier tour: Ryan DaSilva et Michael Kemp se retrouveront effectivement en territoire connu au Centre Excellence Sports Rousseau lors des parties 3 et 4 de la série. 

« J’étais content quand j’ai appris que je retournerais à Blainville-Boisbriand pour les séries. J’ai hâte de voir comment ça se passe en séries en étant les visiteurs. L’Armada est une équipe qui travaille toujours fort. Mais l’Armada est très jeune, à l’exception de quelques vétérans, qui sont peu nombreux », informe Kemp, qui est arrivé à Sherbrooke après les Fêtes par voie de transaction. 

Ryan DaSilva est pour sa part à Sherbrooke depuis le début de la saison:

« C’était spécial de revenir au Centre Excellence Sports Rousseau la première fois, mais après les Fêtes, il y avait tellement de changements que je ne reconnaissais presque plus l’équipe. Il ne faut toutefois pas les prendre à la légère! »

« C’est peut-être notre dernière ronde. C’est une motivation supplémentaire. On veut aller le plus loin possible et aller jusqu’à la coupe: c’est notre dernière chance de la gagner! » ajoute aussitôt Kemp, également âgé de 20 ans.

DaSilva affrontera un gardien qu’il connaît bien en Brendan Cregan, un ancien membre du Phœnix. 

« Ce sera plaisant d’affronter Brendan. En plus, on se retrouvera à l’Université de Guelph l’an prochain. Mais au hockey, il n’y a pas d’amis, surtout en séries. Il voudra nous arrêter, il connaît notre équipe, mais on connaît aussi le style de l’Armada, donc ça s’équivaut. Tout recommence à zéro lors des éliminatoires et on sera prêts! »

En vitesse

Alex-Olivier Voyer a obtenu un match de suspension pour son coup envers Maxime Comtois samedi à Drummondville. Le Phœnix devra aussi se passer de Taro Jentzsch lors du premier match contre l’Armada vendredi au Palais des sports, qui purgera la dernière partie de ses trois matchs de suspension. 

/////

Benjamin Tardif a terminé la saison avec le plus grand nombre de mises en échec dans la LHJMQ: 213. Son plus proche aspirant: Peyton Hoyt des Foreurs avec 170, suivi de Joel Bishop de Halifax avec 165. 

/////

Pas moins de 84 540 spectateurs ont assisté aux 34 matchs locaux du Phœnix de Sherbrooke cette saison. En comparaison, en 2016-2017, 82 713 amateurs s’étaient déplacés au Palais.