Bruce Richardson a disputé quatre saisons à Sherbrooke comme attaquant des Faucons. Il retrouvera derrière le banc du Phœnix son bon ami et ancien capitaine Stéphane Julien.

L’Armada ne jouera pas les touristes

L’Armada ne se présentera pas au Palais des sports avec l’étiquette du club favori pour remporter cette première ronde des séries face au Phœnix de Sherbrooke. Mais l’entraîneur Bruce Richardson rassure ses partisans : « Si certains pensent que l’Armada s’en va à Sherbrooke pour jouer les touristes, c’est qu’ils ne me connaissent pas. »

L’Armada a conclu la saison au 14e rang du classement général avec une fiche de 26-40-2-0. Malgré tout, la formation de Blainville-Boisbriand ne s’estime pas battue d’avance.

« On croit en nos chances. On veut gagner la première partie. Ensuite la deuxième. On veut continuer à jouer comme on l’a fait en fin de saison! » avance Richardson.

L’Armada a tout de même terminé la campagne avec six victoires à ses dix derniers matchs. De quoi lui donner espoir.

« On le sait que l’on n’est pas les favoris dans cette série. Mais rendu là, ça ne veut plus rien dire. J’ai déjà causé la surprise dans le passé. Comme avec les Grenadiers de Châteauguay, lorsque notre club avait éliminé Saint-Eustache, qui comptait sur Nathan Légaré, Alexis Lafrenière et Christopher Ortiz. On était 14e au classement et on affrontait la 2e meilleure équipe. En séries, tout peut arriver », poursuit l’entraîneur de l’Armada.

C’est sur ses quatre trios et ses trois paires de défenseurs que Richardson misera pour vaincre le Phœnix.

« On doit parier sur notre profondeur et rester dans notre identité : on est une équipe jeune rapide et on doit toujours être premier sur la rondelle. L’Armada sera prête et je veux voir mes joueurs être en mission », poursuit le pilote de Blainville-Boisbriand.

Richardson rappelle que des éléments imprévisibles peuvent changer le sort d’une équipe en séries.

« Il y a trop d’impondérables au hockey pour croire que ce sera gagné ou perdu d’avance. La parité est bien présente dans le circuit. Il n’y a pas un gros écart entre les bonnes équipes et les moins bonnes au classement. De notre côté, j’aime l’évolution de mes joueurs et nos jeunes prendront de l’expérience durant cette série. »

Notons que Luke Henman sera absent pour le début de ce duel.

En territoire connu

Le Palais des sports n’est pas inconnu à Bruce Richardson et son adjoint Jean-François Fortin. Le premier a joué pour les Faucons de Sherbrooke. Le deuxième pour les Castors de Sherbrooke.

« Ce sera un retour aux sources pour JF et moi. J’ai joué à Sherbrooke durant quatre ans. Stéphane Julien était mon capitaine et Jocelyn Thibault mon gardien. Je les connais bien. Ils sont de fiers compétiteurs. Il n’y a pas d’amis en séries. On a une équipe à préparer et nos joueurs doivent livrer la marchandise par la suite. C’est ça, notre job. Quand on se voit à l’extérieur de la patinoire, on se rappelle de bons souvenirs, mais derrière le banc, ce ne sera pas la même affaire! » conclut Bruce Richardson.