Samuel Poulin a débloqué offensivement avec deux buts samedi soir.

L'Armada en eaux troubles face à Poulin et sa bande

Samuel Poulin est sorti de sa coquille samedi soir lors de la visite de l'Armada en marquant deux buts dans une victoire de 5-0 du Phoenix.

En marquant son deuxième but et ensuite son troisième de la saison, le capitaine du Phoenix a répondu aux attentes de son entraîneur, qui espérait en voir davantage de la part de son joueur étoile. 

« Ça fait du bien, c’est certain, confie Samuel Poulin. La chance n’a pas toujours été en ma faveur, mais aujourd’hui, j’ai trouvé une façon de marquer. Les quatre trios ont attaqué sans arrêt. L’Armada était incapable de nous contenir. »

« Sam fournit toujours l’effort et contrôle bien le jeu, mais il devait trouver le moyen de marquer régulièrement et il l’a fait aujourd’hui, soutient son entraîneur Stéphane Julien. Il avait beaucoup de chances de compter et ce n’était qu’une question de temps dans son cas. »

C'est toutefois Alex-Olivier Voyer qui a pavé la voie à ses coéquipiers avec un but dès les premiers instants du deuxième vingt, et ce, après une première période sans fait saillant.

Vincent Anctil a doublé l'avance des siens et c'est à ce moment que Samuel Poulin a enfoncé deux autres clous dans le cercueil de l'Armada de Blainville-Boisbriand. Nathael Roy en a rajouté en comptant le cinquième but des siens. 

Samuel Hlavaj a ainsi obtenu son premier blanchissage dans la LHJMQ grâce à ses 18 arrêts. Émile Samson a pour sa part été bombardé de 50 tirs, la plupart décochés en deuxième et troisième périodes durant lesquelles les Sherbrookois ont tout simplement été dominants.

« La sensation est bonne, admet Hlavaj. L’équipe a bien joué devant moi. C’est une victoire collective. Mon entraîneur me fait confiance et sentait que j’allais être difficile à battre ce soir. J’étais plus occupé en première période, mais ensuite, notre équipe a tout simplement pris le contrôle du jeu. »

Comme affronter Mike Tyson

Le pilote de l'Armada de Blainville-Boisbriand n'a pas hésité à dire que l'adversaire était dans une classe à part samedi au Palais des sports. 

« Ce n’est pas une question de si mon club a bien joué ou pas, estime Bruce Richardson. Le Phoenix a joué très fort. Si je montais dans le ring contre Mike Tyson, j’aurais beau vouloir, mais je risquerais de manger une volée. Le Phoenix aspire aux grands honneurs et il nous manquait cinq joueurs. Sur leur avantage numérique, il y avait cinq choix de première ronde sur la glace. On doit être réalistes. »

« Ce match me faisait peur un peu, admet pour sa part l’entraîneur du Phoenix, Stéphane Julien. On est revenus à 3 h du matin de Gatineau cette nuit alors que l’Armada jouait à domicile la veille. Hlavaj a gardé notre équipe dans le match en première période et ensuite notre premier trio a pris les commandes.»

« On affrontait des joueurs matures et fort physiquement, ce qui a amené le Phoenix à prendre le contrôle du match, observe Bruce Richardson. Leur gardien a aussi fait les bons arrêts quand c’était le bon moment. On a réussi à garder le match à notre portée en première période, mais dès le premier but du Phoenix, notre adversaire a haussé son jeu d’un cran et c’est normal quand on affronte une équipe comme Sherbrooke. »

Le Phoenix tentera de s'offrir un coussin plus confortable au premier rang du classement général de la LHJMQ en semesurant lundi à 14 h aux Tigres de Victoriaville au Palais des sports à l'occasion du match de l'Action de grâce.