Théo Rochette ne devrait plus être disponible lorsque le Phœnix de Sherbrooke sélectionnera au cinquième rang ce samedi lors du repêchage de la LHJMQ.

L’ajout du Canado-Suisse Rochette change la donne

Puisque le jeune Canado-Suisse Théo Rochette a récemment confirmé sa venue au Québec la saison prochaine, ce qui le rend disponible en vue du prochain repêchage de la LHJMQ, la donne change pour les équipes qui grimperont sur la scène au début de la séance de sélection de samedi, présentée à Shawinigan. De quoi mêler les cartes du Phœnix de Sherbrooke.

Considéré comme un choix intéressant lors de l’encan 2020 de la LNH, Rochette devrait être parmi les premiers joueurs à entendre leur nom samedi matin. Sinon le premier.

Considérant que le Phœnix parlera en principe au 5e rang, la sélection de Sherbrooke pourrait être bien différente de celle prévue il y a une semaine, avant l’annonce de l’arrivée de Rochette au Québec.

Or, tout indique que les Saguenéens de Chicoutimi seraient tentés de sélectionner le jeune prodige au tout premier rang plutôt que l’attaquant Hendrix Lapierre, qui est actuellement considéré comme le meilleur espoir selon la liste du Centre de soutien au recrutement.

Le défenseur William Villeneuve et l’attaquant Patrick Guay devraient suivre, suivis du défenseur Jérémy Poirier et de l’attaquant Mavrick Bourque.

« Sa venue est très intéressante, a confié le directeur général du Phoenix, Jocelyn Thibault. Ça mettra du piquant lors du repêchage de samedi. La LHJMQ a finalement obtenu le droit de le rendre admissible et selon ce que j’ai pu comprendre, il viendrait au Québec pour y rester. C’est bon pour la ligue et pour les amateurs. Il ne souhaiterait pas seulement jouer une seule saison dans la LHJMQ. »

Puisque les organisations possèdent peu d’information sur lui à quelques jours du repêchage, Jocelyn Thibault se demande à quel point elles seront courageuses en osant le sélectionner.

La saison dernière, Rochette a terminé avec 34 points en 48 rencontres avec l’équipe des moins de 20 ans de Lausanne, ce qui amène son agent Pat Brisson à croire qu’il serait même supérieur à Nico Hischier au même âge. Stéphane Rochette, le père de Théo, est natif de Donnacona et a quitté le Québec pour la Suisse en 1991. La famille Rochette est revenue au Québec entre 2007 et 2011 pour ensuite retourner en Europe.

« C’est un risque, mais s’il est bien calculé, ça pourrait profiter à l’équipe qui osera le repêcher. Quand on possède l’un des cinq premiers choix au repêchage, on ne peut pas se permettre de manquer notre coup. S’il est choisi rapidement, les autres joueurs seront repêchés plus tard, ce qui sera bon pour nous. S’il est encore disponible au cinquième choix, on y réfléchira. »

Le Phœnix envisage la possibilité de repêcher plus rapidement qu’au cinquième choix. Surtout s’il peut mettre la main sur l’un des deux joueurs locaux, Patrick Guay ou William Villeneuve.

« Si je fermais la porte à cette possibilité, je ne ferais pas mon travail, mais je suis très à l’aise au cinquième rang », soutient le DG de Sherbrooke.

Le prix à payer afin de grimper de deux ou trois rangs de sélection pourrait être cher, comme un deuxième choix ou même un premier, selon Jocelyn Thibault.