Lafrenière termine les célébrations en beauté

La présence de Sidney Crosby à Rimouski a semblé inspirer l’Océanic. Le Phœnix de Sherbrooke croyait pouvoir toutefois jouer les trouble-fête en amenant le match en prolongation vendredi, mais Alexis Lafrenière en a décidé autrement.

Le joueur vedette de la LHJMQ a terminé la soirée de célébration en offrant une victoire de 4 à 3 à l’Océanic, qui réservait finalement un scénario rêvé aux 5062 partisans.

L’ambiance était survoltée au Colisée Financière Sun Life en début de partie. Profitant d’un relais de Benjamin Tardif, Félix Robert n’a cependant pas perdu de temps pour calmer la foule en marquant à la cinquième minute de jeu.

Voilà d’ailleurs le temps qu’a pris Samuel Poulin pour obtenir un premier point cette saison grâce à une mention d’aide empochée à son premier match depuis son retour du camp des Penguins de Pittsburgh.

Cédric Paré a ensuite refusé de voir le Phoenix donner le spectacle en première période et le joueur de l’Océanic y est allé de deux buts sans réplique pour ainsi donner les devants aux siens. 

Indiscipliné, le Phœnix a offert de nombreuses supériorités numériques aux locaux en première période, mais a réussi à en tirer avantage en voyant Alex-Olivier Voyer remettre la rondelle à Xavier Parent, auteur du deuxième but du Phœnix, avec un homme en moins sur une poussée à deux contre un.

L’Océanic dominait alors le Phœnix au chapitre des tirs au but en amorçant le deuxième vingt et les Sherbrookois ont offert une meilleure opposition, menant ainsi à un jeu plus serré. 

La troupe de Serge Beausoleil a aussitôt repris sa bonne habitude de mitrailler Samuel Hlavaj en troisième période. C’est cependant Félix Robert qui a trouvé le moyen de battre l’attaque à cinq de l’Océanic, qui accordait ainsi un deuxième but en avantage numérique : 3-2 Sherbrooke. 

Tout indique que Dmitry Zavgorodniy tenait à faire durer le plaisir. Au dixième avantage numérique de l’Océanic, Zavgorodniy et les unités spéciales des locaux ont enfin battu Hlavaj. 

Puis sur le 46e tir effectué en direction du gardien du Phœnix, Lafrenière a mis fin au débat peu avant minuit. 

Notons que l’Océanic a terminé la partie avec un seul but en onze supériorités numériques. Le Phœnix a lancé à seulement 19 reprises vers Colten Ellis et sera de retour à domicile dimanche à 15 h pour y affronter le Drakkar de Baie-Comeau.