Xavier Ouellet 
Xavier Ouellet 

L'absence de Ouellet était liée à la COVID-19

BROSSARD — Xavier Ouellet a surtout été confus quand il a appris avoir subi un contrôle positif à la COVID-19 avant le début du camp de relance du Canadien de Montréal, mais il n'a pas craint pour sa santé ou encore ses chances de se tailler un poste dans la formation de l'équipe.

Le défenseur natif de France a levé le voile jeudi sur la raison derrière son absence au début du camp du Tricolore.

Ouellet a noté n'avoir jamais ressenti de symptômes de la maladie et les résultats de tous les tests subséquents se sont avérés négatifs. Un test sérologique a toutefois révélé la présence d'anticorps au nouveau coronavirus dans son système.

«Je ne sais pas si j'ai vraiment eu (la COVID-19) ou non, a affirmé Ouellet en visioconférence, jeudi. Mais le protocole est clair, et la LNH veut s'assurer que tout le monde est en santé et protégé. J'ai dû m'isoler, rester à l'écart, pour protéger les autres. Je n'ai jamais ressenti de symptômes et j'ai testé négatif à tous les jours depuis (le contrôle positif).»

Ouellet a indiqué n'avoir jamais eu peur ou imaginé les pires scénarios quand il a appris avoir subi un contrôle positif.

«Je n'ai jamais ressenti de symptômes et je n'ai jamais pensé que j'étais atteint (de la COVID-19), a-t-il répondu à ce sujet. Je me sentais bien et j'étais confiant de mettre bien comporté pendant le confinement. J'ai plutôt ressenti de la confusion.»

Ouellet a passé le confinement avec son épouse et leur fille au Michigan et n'a jamais ressenti de symptômes pendant cette période. Il est revenu seul dans la région de Montréal en prévision de la phase 2 de la relance de la LNH et le Canadien a signalé sa présence dans les installations de l'équipe les 7, 8 et 9 juillet.

Il a ensuite été déclaré «dans l'incapacité de s'entraîner» jusqu'à son retour à l'entraînement mercredi.

«Je me suis entraîné à la maison et j'ai fait ce que j'avais à faire pour être prêt physiquement, a dit Ouellet. Je suis content d'être de retour.»

Signe que Ouellet a bel et bien été en mesure de garder la forme pendant ses quelques jours d'isolement à Montréal, il a réintégré le groupe principal à l'entraînement dès son retour mercredi.

Ouellet, qui célébrera son 27e anniversaire de naissance mercredi prochain, ne croit pas que son absence a joué contre lui dans la course pour les derniers postes disponibles au sein de la brigade du Tricolore. Il avait disputé 12 matchs avec le grand club en février et mars et en avait joué 19 la campagne précédente.

«Quand on parle d'évaluer un joueur, ce n'est pas parce que l'on ne connaît rien de lui, a affirmé l'entraîneur-chef Claude Julien. Nous avons une idée de ce qu'il peut apporter, mais nous voulons évaluer où il est en dans son retour - sa forme, son jeu.

«Même avant que (Ouellet) manque la première semaine et quelques jours, il s'entraînait quand même. Il arrive tôt tous les jours et semble en bonne forme. Les deux derniers jours, il n'avait pas l'air d'avoir manqué la première semaine du camp. Il a de l'expérience et a connu les séries avec (les Red Wings de) Detroit. C'est un atout. Ces choses-là font en sorte que nous sommes à l'aise avec la situation dans laquelle il se retrouve.»

De son côté, Ouellet a noté qu'il devait continuer à retrouver son synchronisme et son aisance sur la patinoire.

«Je savais qu'il resterait neuf ou 10 jours avant le premier match à mon retour. Ça me donne assez de temps pour montrer à la direction que je suis prêt. Le plus gros de la job a été fait quand j'étais avec l'équipe en fin de saison. Là, je veux montrer que je suis au même niveau et prêt à poursuivre sur ma lancée», a conclu Ouellet.

Kulak avec les réguliers

Le défenseur Brett Kulak a intégré le groupe régulier pour une première fois au camp de relance du Canadien, jeudi.

Kulak avait foulé la patinoire du Complexe sportif Bell pour une première fois depuis le début de la relance de la LNH, mercredi. Il n'avait toutefois pas participé au match simulé avec ses coéquipiers.

Le Canadien n'a pas pu fournir d'explications concernant son absence pendant les neuf premiers jours du camp en vertu de la politique de la LNH sur les blessures et maladies pendant les phases 3 et 4 de sa relance.