Annie Perreault a toujours en sa possession ses médailles d'or récoltées lors du relais féminin de 1992 à Albertville et lors du 500 m des Jeux olympiques de 1998 à Nagano.

La première médaille olympique a 25 ans

Il y a 25 ans, le relais féminin canadien sur 3000 m composé des Sherbrookoises Annie Perreault et Sylvie Daigle et de Nathalie Lambert et Angela Cutrone, remportait une première médaille d'or olympique en patinage de vitesse courte piste, à Albertville. Ce fut le départ d'une domination olympique qui a des répercussions jusqu'à aujourd'hui.
Il y a 19 ans, la Sherbrookoise Annie Perreault remportait l'or sur 500 m aux Olympiques de Nagano.
La tradition est fortement ancrée, chez les Perreault. À ce temps-ci de l'année, Annie et sa petite famille ressortent des boîtes les cassettes VHS pour regarder les courses olympiques de l'époque. Parmi celle-ci, la médaille d'or au relais féminin des Jeux d'Albertville en 1992, mais aussi la médaille d'or d'Annie à Nagano, sur 500 m.
Si l'or d'Albertville a 25 ans, l'or de Nagano a 19 ans, presque jour pour jour. Deux souvenirs encore imprégnés dans la mémoire de Perreault.
Car cette médaille d'or au relais 3000 m à Albertville a servi de catalyseur à cette discipline qui a connu par la suite un boom de popularité.
Certes, le Québec était déjà le château fort du patinage de vitesse courte piste depuis plusieurs années; les nombreux succès en championnats du monde des Maryse Perreault et Sylvie Daigle ont tracé la voie à une présence, en sport de démonstration, aux Jeux Olympiques de Calgary, en 1988.
Quatre ans plus tard, avec les projecteurs de la télévision braqués sur l'ovale de courte piste à Albertville, les Canadiens ont redécouvert ce sport rapide et un peu fou.
« Chaque année, à la même date ou à peu près, on regarde les vidéos de ces courses-là. En 1992, c'était ma première présence aux Olympiques. Déjà 25 ans, ça me dit que je suis vieille! Mais à voir circuler encore ces souvenirs sur les réseaux sociaux, c'est signe que ce n'est pas oublié encore, que c'est encore présent chez les gens », a dit l'olympienne Perreault.
Évolution rapide
« Je crois que cette médaille d'or au relais en 1992 a fait connaître notre sport encore plus, elle l'a fait évoluer très rapidement, notamment parce que les gens nous ont vu à la télévision. Ce n'était pas le cas en 1988, alors que seules les grandes disciplines étaient diffusées. Les gens ont vu le sport, ils l'ont trouvé spectaculaire. Et il y a eu un gros boum dans les inscriptions, par la suite. »
« Quand j'étais jeune, il y avait deux circuits de compétition en patinage de vitesse courte piste; on a rapidement passé à quatre circuits, après Albertville! Le niveau de compétition est devenu très élevé, au Québec, et cela a produit plusieurs champions. »
En cette première année olympique, le Canada avait récolté trois médailles en patinage courte piste, à égalité avec la Corée du sud. Seulement cinq pays ont participé aux quatre épreuves proposées à Albertville (500 m féminin, 1000 m masculin, relais 5000m masculin et relais 3000m féminin).
« Je me rappelle davantage ma médaille d'or en 1998. Je me souviens très bien de la course. Oui, la Chinoise devant moi est tombée, mais j'ai eu l'instinct d'éviter le carambolage que je croyais inévitable devant moi. »
Course serrée jusqu'à la fin, ce 500 m s'est conclu d'une dramatique façon, alors que la Chinoise Wang Chen Lu et la Canadienne Isabelle Charest s'accrochent tout juste devant Perreault.
Cette dernière n'a qu'à garder le rythme pour devancer la Chinoise Yang Yang vers l'or.
« Je me rappelle la ligne d'arrivée, l'euphorie, les célébrations avec les membres de ma famille, ma soeur Maryse qui avait une accréditation, les médias jusqu'à 3 h du matin. C'est un événement marquant dans une vie et encore plus maintenant, avec des enfants, qui sont en âge de comprendre les sacrifices nécessaires non seulement pour se rendre aux Olympiques, mais y gagner une médaille », précise Annie Perreault.
Le patinage de vitesse courte piste en a fait du chemin, en 25 ans.
Les médailles se sont succédé; Mathieu Turcotte, Marc Gagnon, Marie-Ève Drolet, Charles Hamelin, Kim Boutin, Marianne St-Gelais, Kalyna Roberge, Frédéric Blackburn, les héros nationaux ont été nombreux, par la suite.
Et la tradition se poursuit.