La compétence d'entraîneuse de Sarah Vaillancourt fait maintenant le tour du pays.

La grande révolution de Sarah

La récente percée d'Alexie Guay, Rosalie Demers et Audrey-Ann Veillette, trois membres des Spartans du Collège de Stanstead, avec l'équipe canadienne de hockey féminin U18 de Hockey Canada, n'est pas seulement une bonne nouvelle pour le programme hockey de cette institution scolaire. Cela met également en évidence l'excellent travail accompli par l'entraîneuse Sarah Vaillancourt.
En l'espace de trois ans, soit depuis qu'elle a été nommée à la tête de cette équipe, Sarah Vaillancourt a complètement révolutionné le programme de hockey féminin des Spartans.
« Je m'étais fixé comme objectif d'avoir des joueuses et une équipe de premier plan en Amérique du Nord, pas seulement au Canada. Nous sommes sur la bonne voie », confie la Sherbrookoise d'origine.
Celle-ci ne ménage rien pour arriver à ses fins. Le recrutement, notamment, a toujours été pris au sérieux. « Nous avons des bons contacts et on s'en sert pour attirer des athlètes de haut niveau. Par contre, je dois avouer que ce sont maintenant les joueuses et leurs familles qui cognent à nos portes. Les succès de notre équipe et de nos filles facilitent notre tâche, c'est certain », fait valoir Sarah Vaillancourt.
Avec le résultat que la saison prochaine, celle-ci comptera dans son équipe 11 filles du Québec, deux du Nouveau-Brunswick, une de la Saskatchewan, ainsi qu'une joueuse de Singapour, une de la France et une dernière de la Suède. Au dire de l'entraîneuse, ce sera l'équipe la plus complète depuis qu'elle est au collège de Stanstead.
« Nous tenterons de faire mieux que l'an dernier et cela ne se traduit pas nécessairement en victoires pour moi. On participera, entre autres, à cinq tournois dans la catégorie 19 ans alors que notre moyenne d'âge tourne autour de 16-17 ans. Les filles seront mises au défi. Je ne qualifie jamais notre performance en regardant le pointage final au tableau indicateur. Elles doivent surtout jouer à la hauteur de leur talent et au chapitre de l'effort sur la glace, je suis intraitable. »
Hockey Canada
Il est permis de se demander si Hockey Canada ne commence pas à épier le travail de Sarah Vaillancourt à la barre de son équipe. Comme joueuse, on se souvient des deux médailles d'or de Vaillancourt aux Jeux olympiques de Vancouver et Turin avec ses coéquipières de l'équipe nationale. Hockey Canada en a déjà une très haute opinion.
« J'adore mon emploi au collège de Stanstead qui me permet de combiner ma passion pour le coaching et l'enseignement. Un jour peut-être que je me laisserai tenter de poursuivre ma carrière d'entraîneuse avec l'équipe nationale ou à travers leur programme. On verra. J'ai déjà participé à des camps avec eux. Ce programme m'a tellement apporté dans la vie. Je ne veux pas m'en éloigner, bien au contraire. Nous sommes une grande famille et c'est toujours plaisant d'y retourner », affirme Sarah Vaillancourt.
C'est devenu un secret de Polichinelle : la compétence d'entraîneuse de Sarah Vaillancourt fait maintenant le tour du pays.