Les Cantonniers de Félix Potvin connaissent le défi qui les attend en affrontant les Grenadiers de Châteauguay en demi-finale de la Ligue de hockey midget AAA du Québec. Ils feront tout pour célébrer et accéder à la grande finale.

La fraternité attendra

Ce n’est un secret pour personne que les Grenadiers de Châteauguay et les Cantonniers de Magog ne se lanceront pas des cartes d’invitation pour fraterniser à compter de vendredi soir quand les deux équipes amorceront leur demi-finale quatre de sept à l’aréna de Magog.

Les deux équipes font partie de la même division de la Ligue midget AAA du Québec depuis déjà plusieurs saisons. En saison comme en séries, les deux équipes ont été impliquées dans des batailles épiques au cours des dernières saisons.

Or, à compter de 19 heures ce soir, le passé ne comptera plus. « Ce sera une série intéressante, annonce Félix Potvin. On ne peut pas dire d’une équipe qui gagne deux séries pour accéder à la demi-finale qu’elle est entrée par la porte de derrière. Nous méritons tous les deux de faire les frais de cette demi-finale. Maintenant, il faut faire un maître. »

Maturité

Le mentor des Cantonniers a beau diriger l’équipe la plus jeune du circuit, le mot maturité revient dans son discours. « Les gars n’ont peur de rien. L’adversité ne les effraie pas. Ils s’adaptent rapidement aux ajustements qu’on apporte. Nous avons modifié des choses avant de se rendre à Jonquière et dès que la rondelle est tombée sur la glace, les joueurs ont appliqué ce qu’on leur avait demandé. Je vois énormément de maturité dans leur attitude et leur comportement dans le feu de l’action. Pour la prochaine série contre Châteauguay, ils ont une très bonne idée de ce qui les attend. Ils savent et comprennent ce qu’ils ont à faire. Je vois un groupe de jeunes prêts à aller au combat et trouver une solution à chaque défi qui se dresse devant eux. »

Qu’on se le dise, les Grenadiers de Châteauguay n’ont rien à voir avec Amos et Jonquière, les deux formations éliminées par les Magogois. « On le sait très bien, ajoute Potvin. De la rapidité, de la hargne, deux bons trios offensifs et deux autres qui accomplissent un tas de petites choses, sans oublier des défenseurs comme Desgroseilliers, Poirier et Bandu qui ont une facilité à sortir la rondelle de leur zone. Leur gardien Chiasson excelle depuis le début des séries. Et Bruce Richardson derrière le banc est un entraîneur chevronné. »

Le mot d’ordre sera discipline dans le camp magogois. « On le sait que certains joueurs des Grenadiers tenteront de nous provoquer. Ça ne m’inquiète pas. Nous ne répondrons pas à leurs provocations après les coups de sifflet. Pour le reste, on ne leur cédera rien », souligne Potvin.

À l’image du coach

Bruce Richardson admet qu’il se reconnaît un peu dans la façon de jouer de ses protégés. L’ancien porte-couleurs des Faucons de Sherbrooke dans la LHJMQ a toujours été un joueur reconnu pour son caractère et sa fougue. « À un certain niveau, tous les joueurs sont bons. Ce qui va te permettre de passer à l’étape suivante, c’est ton caractère, ton désir de gagner, ton agressivité contrôlée, l’effort que tu déploies minute après minute. J’essaie d’inculquer ça à mes joueurs. »

Richardson aime les chances des siens dans cette série. « Nous étions prêts à sacrifier des points au classement jusqu’en novembre si ça servait l’équipe en fin de saison et surtout dans les séries. C’est ce qui se produit. Nous sommes rendus là où on voulait. Nous ne sommes aucunement surpris de nous voir face à Magog en demi-finale. On aborde nos séries un match à la fois. Les Cantonniers, c’est notre plus gros défi de la saison qu’on s’apprête à relever. La confiance règne, mais ce n’est pas par manque de respect envers les Cantonniers qui sont bien dirigés par Félix Potvin qui sait comment tirer le maximum de ses joueurs. On savait dès le début de la saison que les Cantonniers seraient parmi les favoris. Ils répondent aux attentes fondées en eux. À nous maintenant de les stopper et nos joueurs y croient. »

En vitesse

Si la série de cinq joutes entre Magog et Châteauguay en saison a été nettement à l’avantage des Cantonniers avec quatre victoires contre une défaite en prolongation, il faut reconnaître que toutes les parties ont été chaudement disputées. Deux parties se sont soldées avec un écart d’un but, deux autres par deux buts, une autre par trois buts. Le dernier affrontement entre les deux équipes remonte au 17 décembre. Charles Beaudoin a connu du succès contre les Grenadiers avec quatre buts et six passes pour 10 points en cinq parties.

*****

Les Grenadiers de Châteauguay ont connu leurs heures de gloire dans le circuit Baillargé en étant couronnés champions des séries en 2006, 2014 et 2015. Bruce Richardson pilotait l’équipe en 2014 avant de se retrouver éventuellement avec les Tigres de Victoriaville dans la LHJMQ. Richardson se souvient trop bien de la finale de 2014 contre Esther-Blondin. « Le club visiteur avait gagné les sept parties. Vous aurez deviné que je ne crois pas beaucoup à l’avantage de la glace dans les séries », fait-il valoir.

*****

Ayant écopé une pénalité majeure et d’une extrême inconduite de partie qui lui ont valu une suspension automatique dimanche dernier à Jonquière, Jérémy Lapointe des Cantonniers manquera à l’appel pour les deux premières rencontres de la série. Affligé par un virus, Mathieu Bergeron demeure un cas incertain.

*****

Blake Richardson, le fils de l’entraîneur des Grenadiers, compte pas moins de trois buts en infériorité numérique depuis le début des séries.

*****

Après avoir pris la route pour aller jouer à Amos et Jonquière dans les deux séries précédentes, les Cantonniers ne sont pas fâchés de voir qu’ils passeront moins de temps dans l’autocar en allant jouer à Châteauguay en demi-finale.

*****

Le deuxième match de la série aura lieu dimanche à 13 h 30 à l’aréna de Magog.